Is de ci de là mais pas cahincaha entre Tille et Ignon !

Is de ci de là mais pas cahincaha  entre Tille et Ignon !

Contact :

Mairie d'Is-sur-Tille :
20, place Général Leclerc
21120 Is-sur-Tille
tél : 03 80 95 02 08
fax : 03 80 95 08 33

Horaires d'ouverture :
Du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30.
Un samedi sur deux (semaines paires) de 10h à 12h

Service carte d'identité et passeport :
du lundi au vendredi, de 9h à 11h30 et les samedis des semaines paires, de 10h à 11h30 sur RDV.

 


12 septembre 2017

Si ailleurs tout est plaisir, luxe et volupté, Is ci et là est de verdure, fleurs et clapotis de l’eau qui circule dans le village en prenant le temps qu’il faut… celui des canards, des enfants, des saisons et d’une certaine nonchalance qui fait le charme d’Is-sur-Tille en terre de Bourgogne, en Pays de Seine-et-Tilles, dont le nom assorti d’un S provient de celui des marais que l’on assécha au 17ème siècle pour protéger les villages des eaux intempestives qui les menaçaient. Is sur Tille, un territoire « énergie positive », une commune « connectée » de 4430 habitants, drivée par Thierry Darphin et son conseil avec énergie qui vous invite à partager un bilan à mi-mandat !

Is-sur-Tille c’est un village fleuri, très fleuri, bourg centre de la Communauté de communes des Vallées de la Tille et de l’Ignon. Autrement dit, un chef lieu de canton, qui, nouvelle organisation du territoire oblige, gère de nombreux services pour l’ensemble des 50 communes (contre 26 auparavant). Mais, sur cette organisation qui bouleverse le monde rural plus que l’urbain, monsieur le maire a des avis tranchés qu’il défend haut et ferme.

Thierry Darphin est partisan de la grande intercommunalité, de services rendus autrement aux habitants, d’une collaboration intercommunale qui est censée créer du lien entre les communes plutôt que de les diviser en rationalisant la dépense publique. A mi-mandat, l’équipe municipale convie les issois à une réunion publique pour exposer le bilan, faire le point sur les promesses, les attentes et les projets.

L’équipe municipale est jeune, même si son doyen est septuagénaire, dynamique et plutôt soudée quelle que soit l’appartenance politique. A Is on œuvre pour la commune, ensemble, dans une mairie repensée, aux espaces optimisés, aménagés aux dernières normes environnementales tout en respectant le cadre historique et le caractère fort de ce bel édifice.

Etre bourg centre, c’est un privilège et de nombreuses contraintes. Ainsi, la commune d’Is-sur-Tille hérite du service des cartes d’identité, des passeports… il a fallu recruter une personne supplémentaire… s’ajouteront les PACS au mois d’octobre à l’ensemble des services de l’état civil. Un nouvel espace accueil est en cours de réalisation pour faciliter le service et rendre ce passage agréable aux usagers.

54 agents travaillent au sein de cette collectivité locale, DRH, comptabilité, urbanisme, secrétariat de mairie, cimetière, direction générale des services techniques… espaces verts, ATSEM, entretien des locaux, voierie… police municipale, une véritable PME qui va transférer la compétence de la restauration scolaire à la com-com.

Ont déjà été transférés la FPU (fiscalité professionnelle unique) et l’urbanisme. Un souci qui tenait à cœur de monsieur le maire, le confort des salariés, la création du CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail qui n’existait avant  pas mettant la commune hors la loi). La mutualisation du DGS entre la commune et la com-com a été abandonnée en raison de la grande charge de travail. Le CCAS a été mutualisé, adoptant la politique sociale précédemment mise en œuvre à Is sur Tille. Le pari est tenu et le challenge tient la route. Un premier axe concerne l’accompagnement des aînés avec Actif Partage (animations et partage de repas avec les partenaires locaux), Actif Conduite pour les plus de 65 ans avec révision de code et de conduite en partenariat avec une auto-école, elle  aussi locale et enfin Actif Santé qui, grâce à un coach sportif, aide les aînés à reprendre goût à l’activité, au fait de sortir de chez eux pour rompre l’isolement dans lequel ils ont pu s’enfermer.

Une AIBS (analyse intercommunale des besoins sociaux) a été menée mettant autour de la table la CAF, la CRAM, le Conseil Départemental et en fin de course et de regard l’ARS pour la création d’un CIAS (centre intercommunale d’action sociale). Un projet de campagne, un pari gagnant et gagné. Is-sur-Tille c’est aussi un hôpital et un centre ADPEI, Les Eaux Vives, qui va voir son volume d’accueil renforcé par 14 lits supplémentaires pour personnes dépendantes, créant par la même occasion 25 emplois.

La commune a mis en place une politique d’accompagnement économique sous conventionnement avec la CCI de Côte d’Or. Un accompagnement vers le numérique pour des commerces connectés à l’avenir et à la communication. La Boutique Connectée de la CCI a donc fait escale à Is-sur-Tille il y a un an. La commune a accompagné les commerces, à hauteur de 30 000€, vers l’accessibilité des locaux.

D’autre part un inventaire des Zones du territoire a été établi et une stratégie spécifique de zones a été définie pour les rendre attractives avant de transférer la compétence à l’intercommunalité. La bonne recette pour améliorer les recettes d’une commune ! Un transfert qui a rapporté 100 000€ à la com-com, une somme qui a permis d’investir dans les NAP, entres autres…

Is-sur-Tille ne reviendra à la semaine de 4 jours qu’en 2018 pour une transition en douceur à construire avec les enseignants et les familles. Is-sur-Tille accueille les enfants de Villecomte, Vernot, Dienay, Billet, Marey-sur-Tille  soit 1000 élèves entre les maternelles, les primaires et les 740 collégiens du plus gros collège rural de Côte d’Or. Et bientôt… un nouveau centre de loisirs pour les petits ! 

La mise en place du numérique c’est aussi à l’école que ça se passe, salle informatique, tableaux interactifs, tablettes numériques… internet est bel et bien entré dans l’école ! Un centre SATI va bientôt ouvrir ses portes. C’est l’association ESCALE qui aura la charge de l’animation.

Sur l’aspect sécurité le bilan communal peut se quantifier à 80% du projet de campagne, soit comme étant effectué ou engagé. Car à Is-sur-Tille on la joue sécurité avec le dispositif Voisins Vigilants et la mise en place de caméra, de la sécurisation des entrées des écoles.

Un « deal prévention » a été conclu avec Villeo et Orvitis dans le domaine du logement social, c'est-à-dire qu’on a mis autour de la table les bailleurs, les représentants des locataires, la police et on cause on discute pour gérer ou anticiper les problèmes qui peuvent être rencontrés.

Les gendarmes verront bientôt une nouvelle gendarmerie avec 35 logements, une réalisation rendue possible par la mise à disposition  d’un terrain par la commune pou 1€ symbolique. La même chose se prépare pour le SDIS avec un nouveau centre de secours qui opère plus de 500 opérations grâce à un contingent de 25 volontaires et 12 JSP (jeunes sapeurs pompiers). La sécurité des carrefours a été renforcée.

Autre projet, autre challenge monsieur le maire évoque l’urbanisme et les programmes immobiliers à venir avec 35 logements au Portes du Sud construits pour répondre à un besoin en accession à la propriété. Le deuxième projet, AMI, investira l’ancien site industriel AMI LINPAC après une dépense de 1 million € pour l’achat su site et 1 400 000 € pour la dépollution dont 850 000€ financés par l’ADEME, le solde restant à la charge de la commune. Début des travaux fin septembre 2017 !

Un nouveau magasin ALDI s’installera aussi sur ce site et l’enseigne Colerette du centre ville s’y déplacera permettant d’ouvrir un nouveau petit commerce en centre bourg. 15 logements seront construits en locatifs et accession à la propriété dans ce qui sera le futur éco-quartier d’Is sur Tille. La  réhabilitation des 15 anciens logements ouvriers en HQE (haute qualité environnementale) car ici on est à cheval sur l’écologie, le zéro phyto, énergie verte, viendra compléter l’offre d’habitat avec des ré de jardins en préservant la qualité architectural des bâtiments.

 

La performance des réseaux d’eau a été améliorée, nouveau château, repérage et réparation des fuites ont fait passer la performance du réseau à 87%, un enjeu capital pour la ressource en eau à laquelle on est attaché dans un village de rivières, biefs, courtines et lavoirs, un engagement de tout temps. Ceci a permis de renégocier le contrat d’eau occasionnant une baisse du prix de l’eau de 12%.

L’ancien château d’eau ne sera pas démoli, il sert de réserve d’eau de pluie (300 m3) utilisée pour arroser les massifs de la commune, les suspensions florales… une démarche développement durable qui va bien avec l’environnement et l’esprit de la commune.

Un projet avec les jardiniers… passer du zéro herbe à l’en herbage des chemins en tonte basse et prendre soin de l’existant pour préserver les deux fleurs d’Is sur Tille et peut-être un jour la 3ème ?

Pas d’augmentation d’impôts, un pari de campagne gagné en travaillant sur l’économie au sein des services, sur la maîtrise des dépenses de fonctionnement en temps de restriction en raison de la baisse considérable de la DGF (Dotation globale de fonctionnement). On a aussi réduit les dépenses grâce aux améliorations au cœur des bâtiments, isolation, double vitrage, isolation du COSEC, l’ensemble sportif d’I sur Tille. Un COSEC rendu accessible, peu énergivore, pour un investissement de 800 000€, hors subvention… 380 000€ d’aides pour la 1re tranche ont été alloués et 40 000 € au titre du Territoire Energie Positive et Croissance Verte (pour l’isolation du bâtiment et l’achat du véhicule électrique de la commune). En projet avec la com-com la réalisation d’un terrain de foot synthétique.

 

Thierry Darphin ne tarit pas sur sa commune, ses débuts à la mairie, la collaboration avec l’équipe municipale, avec les agents « qui jouent le jeu à fond ». Travail sur le Document Unique, révision des levages, remises aux normes, travaux sur la bibliothèque, bitumage des trottoirs, rénovation de la piscine et augmentation de ses amplitudes horaires, l’entreprise BWTrotomoulage confortée sur le site dont le montant du loyer a été revu avec les dirigeants de l’entreprise ainsi que les conditions  de leur présence sur le site permettant la création de 13 emplois, rénovation du site de kart cross et moto cross, rénovation des terrains de tennis et création d’un nouveau terrain, extension du Petit Train des Lavières avec une aide de la commune à hauteur de 25 000€, création de soirée découverte au quillier (une spécificité du territoire qui rassemble la communauté grâce à un sport intergénérationnel et convivial) rien n’arrête monsieur le maire, son équipe et les 100 associations d’Is sur Tille ! Associations qui n’ont pas vu sauter leurs subventions, malgré les coupes budgétaires, et qui bénéficient du prêt des barnums de la commune avec montage et démontage par les agents municipaux.

Depuis le 15 octobre 2004, Is-sur-Tille est officiellement jumelée avec une ville de Rhénanie-Palatinat, Waldmohr. Le jumelage ne se borne pas à des rencontres périodiques entre les élus des deux villes, mais intéresse aussi des associations. Certains événements locaux sont aussi l'occasion pour chacune des deux villes d'inviter leurs homologues de l'autre pays (marché de Noël, fête du vin, Gewa...). A Is-sur-Tille comme à Waldmohr, un comité de jumelage est l'acteur principal du rapprochement entre les deux villes.

100… c’est aussi le nombre de commerces, tous secteurs confondus, qui se sont installés et prospèrent à Is-sur-Tille. Des poids lourds de l’industrie sont implantés sur le territoire ainsi que de 40 TPE/PME. SEB emploie entre 100 auxquels s’ajoutent 80 à 100 intérimaires et 10 personnes, les Transports Cordiers près de 300, le CEA Valduc qui gère 960 agents et 400 sous traitants (commissariat à l’énergie atomique). Le premier employeur public local est cependant l’hôpital local avec 114 employés, le second étant la com-com avec 80 personnes. Car monsieur le maire d’Is sur Tille parle en actifs… autrement dit une image valorisante de l’emploi sur le territoire et non en termes de sinistrose du salariat… sans doute une des clés de la réussite économique de ce territoire attractif qui se situe à 14 minutes de l’entrée de Dijon.


Thierry Darphin joue les partenariats locaux, Villeo pour la récupération d’une chaudière bois pour chauffer le nouveau centre de loisirs, la commune de Marcilly-sur-Tille pour l’eau et l’assainissement, commune avec laquelle monsieur le maire aurait aimé fusionner en nouvelle commune, pas seulement pour la loi NOTRé mais par intérêt majeur pour les deux communes en termes de dépenses mutualisées, notamment… cela ne semble pas très bien parti. Pourtant Is-sur-Tille ayant perdu 255 000€ de dotations et Marcilly 90 000€ soit 360 000€ qui auraient pu être utiles à la réalisation de beaux projets.

La commune tire sur tous les bouts de chandelle en renégociant les contrats d’énergie, d’opérateur téléphonique engendrant de fortes économies pour la commune qui ont pu être engrangées pour le futur ! Les éclairages se sont vus pourvus de LED, ce qui permet de ne pas couper la lumière complètement la nuit, de jouer sur la baisse d’intensité et d’éteindre les lampadaires dans les parcs à partir de minuit.

Thierry Darphin et son équipe jouent les geo-trouvetout des économies, de l’écologie, de l’environnement privilégié et de la préservation du patrimoine sur un territoire à démographie ascendante… Un maire attaché aux valeurs de la République, de la laicité et de la famille, fermement engagé dans le développement durable et la protection des espaces et le bien être des agents de la commune et de ses administrés !

 

Le site internet de la commune, la communication ont été revisités, les services dématérialisés avec  paiement en ligne, par exemple, ont fait leur apparition et la réservation de salle ce sera pour bientôt… Un énorme challenge dont il ne reste que 10% à réaliser, autant dire que Thierry Darphin est fier de sa commune et de son équipe municipale et des issois connectés mais qui reçoivent leur magazine municipal dans la boîte à lettres !!

Des issois qui profitent de deux festivals importants, celui des Mots Croisés et Tambourinis qui lui se déroule tous les deux ans… un vrai tabac et d’un marché tous les dimanches matin qui accueillent des producteurs locaux, un bonheur entre odeur de pain frais, de poulet rôti à la broche et d’encens des portes de l’église entrouvertes sur la sortie de la messe… une église archi comble d’ailleurs !

Is sur Tille c’est aussi un patrimoine insolite, celui de l’eau présente partout, de belles demeures, de ruelles et cours privés où se cachent de jolis jardins. Le centre historique de la ville est protégé par une ZPPAUP, ou zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager.

Deux rivières parcourent le territoire de la commune, l'Ignon (sur 8,5 km) et la Tille (sur 3,5 km). C'est l'Ignon, et non la Tille, qui traverse le centre ville. Son lit comporte 7 vannages (dont 2 sont communaux), 7 déversoirs (dont 2 communaux), 6 biefs dont 2 sont appelés fausses rivières. Ses berges accueillent 5 lavoirs abrités (dont 3 communaux). Le franchissement est possible grâce à 22 passerelles et 13 ponts, publics ou privés.

A l'extérieur de la ville, il ne faut  pas manquer le détour vers les pelouses calcaires du Petit Clocher, situées sur un coteau nord de la commune d'Is-sur-Tille et entourées de forêts, couvrent une superficie d'environ 1 hectare,. Fréquentées par les promeneurs, elles bénéficient d'un statut de site naturel remarquable géré par le Conservatoire d’espaces naturels de Bourgogne depuis 1996.

 

L'église présente dans ses murs le livre ouvert des différentes époques de sa construction, entamée au XIIe siècle sur un site culte ancien, dont attestent plusieurs sarcophages mérovingiens découverts à l'occasion de travaux dans les années 1960. Sa silhouette si particulière est due à un épisode malheureux de son histoire, l'écroulement de son clocher en 1620, suivi d'une modification profonde de son aspect lors de la campagne de reconstruction commencée quelques années plus tard. Des travaux d'assainissement importants et une rénovation complète de son aspect extérieur et intérieur ont eu lieu entre 2007 et 2009.

La Tour de Lenoncourt, rue Charbonnel, est le vestige d'un château du XVIe siècle. A proximité immédiate se trouve le château Charbonnel, construit au XVIIe siècle et profondément remanié au XIXe siècle par son propriétaire, le général Charbonnel, et plus tard par son épouse...

L'Hôtel de ville date de 1779. De style néo-classique, il est l'œuvre de l'architecte Pierre-Joseph Antoine. La construction de ce bâtiment public a fait l'objet d'une controverse aiguë avec le curé, qui n'acceptait pas la disparition du cimetière et la trop grande proximité du nouveau bâtiment avec l'église.

La salle Charbonnel, propriété de la Ville, a été construite en 1848 par la comtesse Charbonnel, suivant les dernières volontés de son mari, en hommage à leur fille Caroline, décédée à l'âge de 12 ans. Ce bâtiment était un « asile » destiné à accueillir les très jeunes enfants, trop souvent laissés sans surveillance pendant que leurs parents étaient au travail.

L'office de tourisme, inauguré le 31 janvier 2009, situé sur la place de la République, était une salle du marché construite à la fin du XIXe siècle sur l'emplacement d'anciennes halles démolies une vingtaine d'années plus tôt.

Le Grand pont d'Is-sur-Tille, dans le bas du pays,Grand pont d'Is-sur-Tilleconstruit en 1748, présente la particularité d'avoir 5 arches en amont et 6 en aval. En réalité, l'eau passe sous une maison bourgeoise contiguë au pont et ressort par la sixième arche. Ce passage permettait d'actionner un moulin dans cette bâtisse qui était jadis une huilerie.

La rue Gambetta longe le bief des Courtines, dont l'existence est attestée dès le XIIe siècle. Cette ruelle champêtre, sorte d'entre-deux reliant le centre ville au parc des Capucins, constitue une promenade agréable prisée des touristes comme des habitants de la ville.

Au parc des Capucins,, se croisent canards et ragondins entre petits biefs et arbres majestueux...

Merci à monsieur le maire qui a joué le jeu du « je ne cache rien, je dis tout » pour un accueil vraiment sympathique et un « tour du propriétaire » fort agréable . Rendezvous le 24 pour la grande manifestation dans le cadre de la Mission Centenaire... forcément l'Echo des Communes y sera !

 

 

 

Crédit photos Marie Quiquemelle

 

 

Crédit photos Tambourinis , Kart Cross et cérémonies Christine Nogueira

 

 

m.quiquemelle@echodescommunes.com

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Auxonne... enquête dans la capitale du Val de Saône !
Mettons tout de suite les choses au point ! On ne prononce pas AuCXonne mais...
En passant par Gissey sous Flavigny...
Gissey a été pendant longtemps partagé entre un grand...
A deux on est plus fort ou l'histoire de Val-Mont commune nouvelle !
Christian Bressoulaly et Noël Belin ont fait un constat commun. La vie des...
Au coeur des communes, la chronique qui t'emmène au-delà de la Lino, par Guy Pierre Surdon (alias GPS).
La Côte d’Or pour un Dijonnais, c’est ça : Dijon,...
Visite au coeur de la Vingeanne
L’Echo des communes vous emmène...
Echannay raconté par son maire, Laurent Streibig.
Réélu maire de sa commune et nouveau Président de la...
Flavigny... anis au pays des merveilles ou un village raconté par ses habitants.
Planté à 421 mètres d’altitude, sur un promontoire...
Nicola Urbano, maire de Fontaine Française raconte son village
Nicolas Urbano, maire de Fontaine Française ou l’art de vivre...

Envoyez un commentaire