En passant par Châteauneuf

En passant par Châteauneuf
15 juillet 2015

La forteresse de Châteauneufest un modèle d’architecture militaire bourguignonne du 15e siècle, témoignant de la position stratégique du village entre Dijon et Autun. Située au cœur d'un village médiéval préservé, elle domine la vallée du canal de Bourgogne. Du belvédère de la Croix de Mission, les monts du Morvan se dessineront pour vous et  la plaine de l’Auxois se déroulera au rythme du canal. Immanquablement vous croiserez des villageois qui vivent et font vivre leur village, ses traditions et veillent sur un patrimoine architectural et naturel exceptionnel. Monsieur le maire n’est jamais bien loin et connaît tout le monde. Il raconte « son village », celui où il a grandi et d’où il ne partirait pour rien au monde.

 

 

 

Jean Paul Maurice est un jeune maire, papa de deux enfants, garagiste de son état et dévoué corps et âme à son village. C’est pour cette raison qu’il a conclu un accord de bons procédés avec son employeur, dans le village en dessous, qui a bien compris les enjeux de la présence d’un maire une journée entière par semaine dans son bureau et au plus proche des ses administrés.

 

Et ce jour… c’est le mardi !

 

Jeune maire et déjà deux mandats ! Un en temps que conseiller minicipal et un en tant que maire. Son prédécesseur avait gardé les clés de la cité pendant 31 ans et celui d’avant…presqu’autant. C’est dire si à Châteauneuf on fait confiance à ses élus !

 

Comment Jean Paul Maurice est-il devenu maire ?CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

Il fallait avoir sur place et  sur un temps dédié uniquement à la commune, une personne compétente qui se donne à son village… et ce n’était pas la première intention de Jean Paul qui s’est fait un peu « pousser tirer » pour finalement accepter ce mandat pour un grand bonheur et beaucoup d’engagement.

 

« Vous savez, on ne peut pas tout déléguer, mais je délègue beaucoup et j’ai confiance en mon conseil. Un adjoint a en charge les relations avec le SICECO, des conseillers ont en charge au sein de commissions le fleurissement, les cérémonies et l’animation, en partie assurée par l’association des Amis de Châteauneuf complémentaire de la commission. 

 

Je ne peux pas déléguer la représentation en conseil communautaire et s’il  est un dossier que je ne délèguerai pour rien au monde, c’est celui du label « Plus beau village de France » car même si le dossier administratif est complexe et doit être renouvelé tous les 6 ans, rien n’est jamais acquis et la vigilance reste de mise. »

Pour Jean-Paul Maurice perdre le label serait un échec pour la commune et pour lui à titre personnel.

Un label d’exception qui, bien mis en avant, est une vraie plus value pour le village.

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESEt à Châteauneuf en Auxois, le label on y tient et chacun met la main à la pâte pour fleurir, restaurer, aménager tout ce qui ressemble à une pierre, un bout de jardin, une ruelle pavée.

 

Parmi les 32 000 villages français, difficile d’établir une hiérarchie. Pourtant l’association des plus beaux villages de France s’emploie depuis 30 ans à promouvoir le petit patrimoine de communes d’exception. Aujourd’hui, la structure compte 156 villages, répartis dans 21 régions et 69 départements.

 

Entre un héritage à protéger et un avenir à assurer, ce label permet de conjuguer les deux. Les sites et monuments d’hier attirent aujourd’hui les visiteurs qui redonnent vie aux ruelles des villages.

 

En Côte-d’Or, on compte deux villages labellisés « plus beaux villages de France » : Châteauneuf et Flavigny-sur-Ozerain. Châteauneuf, village plein de charme, fut voici très longtemps un village de marchands qui se caractérise par sa forteresse et ses remparts médiévaux, mais aussi par son architecture de maisons en pierre décorées de frontons et de tourelles d’escaliers datant des 15ème et 16ème siècles.

 

Châteauneuf  a su développer une belle attractivité et des familles allemandes, anglaises, hollandaises, luxembourgeoises et italiennes se sont installées. Des étrangers qui, culturellement, sont attachés eux aussi aux jardins et au fleurissement de la moindre parcelle de terre. Ceci a rassuré monsieur le maire, d’autant plus que toutes ces familles se sont bien intégrées dans le village.

 

D’abord à l’ombre des marronniers à l’heure du café, monsieur le maire se livre… un peu !

« Je suis un jeune maire, bien sur je m’implique différemment de mes aînés et je dois être encore plus attentif car rien n’est facile lorsqu’on travaille… tout comme les membres du conseil municipal d’ailleurs.

 

Notre secrétaire de mairie est une vraie force, une alliée pour moi dans les dossiers difficiles. Sans elle, tout serait plus compliqué.

Je tiens à préserver cette relation privilégiée avec les habitants, les entreprises, les institutions… tout en conciliant avec ma vie professionnelle et ma vie de famille »

 

                           CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES 

 

A la question « Seriez vous tenté par les sirènes de la politique » ? la réponse est claire et sans hésitation « Je n’ai qu’une politique, celle de mon village et de ses 87 habitants. En revanche les rencontres entre élus sont des moments de partage privilégiés. »

 

Abordant le sujet de la réforme territoriale, et comme de nombreux élus, Jean Paul Maurice répondra « Le canton est devenu un canton électoral et non plus un canton à la taille de ses habitants et dans leur proximité. Je suis du canton de Pouilly dans l’âme, même si notre commune a été rattachée à celui d’Arnay Le Duc, une décision arbitraire et qu’il est difficile d’expliquer à mes administrés… le territoire ne semble plus rien vouloir dire en quelque sorte. Cette réforme cantonale ne va pas dans le sens de l’économie pour les territoires, bien au contraire ! »

 

J’attendrai le café dégusté avant de poser la question, souvent douloureuse des projets de la loi NOTRe.

 

Là aussi la réponse est nette « En tant que premier magistrat, doté du pouvoir de police et de beaucoup de responsabilités, j’espère que la loi NOTRe ne viendra pas casser ce statut !! Entre l’élection des délégués communautaires au suffrage universel direct, les baisses de dotations, les menaces d’intercommunalité sans échelle humaine et tout le reste… Que nous restera-t-il ? Que restera-t-il aux habitants de nos territoires ?

Ce n’est pas ce qui va me démotiver, au contraire, je vais me battre !

Tout comme pour défendre nos valeurs rurales au sein d’une Grande région qui nous éloigne d’avantage des décisions à l’échelon local.

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESA ce titre, je crains beaucoup pour le château !! (oui vous pouvez l’écrire me dit-il)

 

La Région continuera-t-elle à nous soutenir ? Le château représente 40 000 visiteurs par an et 100 000 promeneurs dans le village.

C’est l’axe fort de notre développement touristique et pour le moment la commune ne peut le supporter financièrement.

 

Nous nous battrons, mais qu’adviendra-t-il de notre village si nous n’engrangeons plus ces retombées financières pour préparer l’avenir ?

 

Et à Châteauneuf  il y a un grand projet, la création d’un second parking, la mairie achète le terrain et se pose la question du parking. Payant ou pas ?? Il sera gratuit sans doute !

Je ne veux pas, nous ne voulons pas, d’un village musée en train de mourir avec des rues vides… explique Jean Paul Maurice. « Le mouvement est important pour les visiteurs, mais surtout pour les habitants, les entreprises… ce n’est pas bon de mettre un village sous cloche ! C’est pour cette raison que la circulation n’est pas interdite dans le village …

 

Par contre je souhaite créer plus de places pour les personnes handicapées, même si nous bénéficions de l’exception patrimoniale au titre de la loi de 2005, ici nous avons à eu à cœur de faire en sorte que soient aménagés ou mis aux normes le plus de lieux possibles.

 

Nous organisons les bureaux de vote sous les halles, pour que tout le monde puisse venir voter.

Nous avons un bon soutien de la CCI, au travers de Flavien Troubat, qui est d’une aide précieuse pour les demandes de subventions, les demandes de devis etc… »

 

La moindre manifestation, d’un baptême à un concert, organisée dans l’église nécessite l’autorisation de l’évêché (pointe d’agacement chez monsieur le maire) qui refuse la plus part du temps, alors que le bien ecclésiastique appartient à la commune qui l’entretient et le restaure. Ainsi les enfants du village ne peuvent être baptisés ici et les familles se rendent à Pouilly, c’est tout à fait navrant !

 

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESTout en devisant, nous partons en promenade et Jean Paul Maurice racontera le RPI avec Comarin et ses 82 enfants venant de 4 communes.

 

Les enfants revenant en nombre, il va falloir déplacer la cantine à Vandenesse et si la restauration est assurée à Saulieu, monsieur le maire caresse de très près l’espoir d’un partenariat avec l’EPHAD de Pouilly en Auxois.

 

Beaucoup d’enfants multiplient la complexité de la mise en palce des NAP et là c’est Michel Poillot qui coordonne au sein du SIVOS… Michel Poillot c’est le maire voisin… celui de Vandenesse !

Ici on a opté pour l’embauche d’un contrat aidé et il n’y a pas de bénévole.

 

Les temps d'activités périscolaires et de repos ont été répartis sur deux jours le mardi et le jeudi.

 

Et c’est le sujet qui fait réagir vivement monsieur le maire si calme et prévenant.

 

« C’est une aberration ! Les enfants sont de plus en plus fatigués, les transports sont compliqués et couteux à organiser et pour le mercredi matin il nous faut tourner avec un bus entre toutes les communes pour peu d’heures de présence à l’école…  C’est là qu’on voit que cette réforme a été votée par des urbains et que le fossé se creuse entre ruraux et urbains. !»

 

 

Les sujets « Monsieur le Maire au bureau» étant abordés en toute simplicité, nous abordons les sujets « Monsieur le Maire aux champs », mais pas seulement !

 

 

Mais nous allons alors cheminer, descendre, monter, redescendre et remonter (oui ça monte souvent).

Donc en premier… nous descendons, enfin un peu !

 

 

Un peu de patrimoine !

 

"Avant de parler à tort et à travers du Moyen Age, les gens d'aujourd'hui devraient d'abord essayer de démolir un mur de cette époque là". (Le pape des escargots, Henri Vincenot)

 

 

De bien loin, outre le château-fort très visible, on distingue en même temps le clocher de l'église St Philippe et St Jacques. Elle est située en contrebas du château, à l'extrémité sud de Châteauneuf, et abrite de belles statues des 14eme, 15eme et 16eme siècles : "Vierge à l'enfant", Saint Jean-Baptiste  Saint-Jacques, Saint-Philippe.

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESCette ancienne chapelle seigneuriale a été bâtie au 15eme siècle. On y voit le blason de l'épouse de Régnier Pot; Catherine d' Angoiselle (Anguisola) aïeule de Philippe Pot qui fut seigneur de 1457 à 1493.

 

Son clocher à lanternon reconstruit en 1821 est recouvert d'ardoises. La nef à trois travées est couverte de voûtes d'ogives, les deux travées du chœur sont voûtées d'ogives.

 

Cette église du 16eme  siècle abrite une "Vierge à l'Enfant" du 14eme siècle, un saint Jean-Baptiste du 15eme siècle, un saint Jacques et un saint Philippe du XVe ou XVIe siècle. Toutes ces pièces magnifiques sont classées aux Monuments Historiques tout comme trois maisons que nous découvrirons plus bas.

 

 

  CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 
 

Entrons dans l’église !

 

A droite et à gauche de l'avant-chœur, les statues de bois de Saints Jacques et Philippe, patrons de la paroisse, datant du 15ème et 16ème siècle se dressent, grandeur nature.

 

Dans la chapelle, se trouve, sereine la  Vierge à l'oiseau du XIVème siècle. Saint-Jean Baptiste Bourguignon du XVème siècle et quant à lui l’œuvre d’un élève de Claus Sluter (Puits de Moise, Basilique de St Denis)

 

Les chapelles de la Vierge et de Saint-Joseph sont désaxées. Le chœur de l'église et les chapelles sont légèrement inclinées vers la gauche, par rapport à l'axe de la nef. Ceci pour évoquer la position de la tête du Christ sur la croix.

 

Mais ici, nous sommes au pays des guetteurs de loups où traditionnellement, les nuits de Noel, on se rendait en procession à l’église. A l’entrée, le marguillier montait la garde  munis d’un fouet solide à la corde noueuse qu’il faisait siffler, éloignant les chiens hurlant après les  loups qui pullulaient autour du village … L’office de la nativité pouvait alors se dérouler dans un calme relatif.

 

L’église de Châteauneuf, placée sous la protection des ses saints patrons, héberge une Vierge Miraculeuse, toujours vénérée. Elle fut autrefois découverte dans le tronc d’un chêne par des bucherons chargés d’abattre l’arbre, d’où son nom de Notre Dame du Chêne. La légende dit qu’elle fit quelques farces au Monseigneur et retournait dans son chêne la nuit…

C’est alors qu’on construisit, en 1746, une chapelle pour l’abriter et on vint lui prodiguer milles attentions, l’invoquant pour préserver le village de la grêle.

 

Comme bien des objets de culte, elle fut cachée à la révolution et ne retrouva le chemin de l’église qu’en 1831.

 

Un étourdi néfaste déroba Notre Dame du Chêne, mais de nos jours elle est présente dans la chapelle latérale où elle reste vénérée pour protéger les maisons. Le lundi de Pentecôte, de longues et somptueuses processions se faisaient pour demander à Notre Dame du Chêne grâce et protection.

 

                                                        

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

                                                                          Vierge à l'Enfant

 

                     CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

                                                                         Notre Dame du Chêne

 

 

  CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

 

En se baladant et devisant dans les ruelles pentues…très pentues du village, monsieur le maire continue de raconter sa vie, son village, les maisons et les coins oubliés des regards.

Nous passons devant la Maison du Mouton et son magnifique cadran solaire. Comme bon nombre de maison de la Grande Rue, cette bâtisse fut construite durant le XVIème siècle. Ayant probablement appartenu à une famille aisée du village, elle a gardé son nom. 

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESLes deux façades sur rue de cette maison sont en tous points différentes.

Celle donnant sur la Grande Rue est richement décorée et possède de nombreuses ouvertures, l'autre se contente d'une petite porte et de quelques lucarnes.

 

A l'angle, on découvre une grosse tour circulaire couverte d'une toiture en lauze et percée par deux lucarnes (une par niveau).

 

Pour finir, la décoration Renaissance de cette maison se termine sur la tour d'angle qui est ornée d'un cadran solaire portant la date de 1588.

A chaque extrémité on voit un mouton sculpté et un masque de putti grimaçant, typique de cette époque.

 

 

La  Maison du Potier d'Étain… quan tà elle... a gardé le nom de l’artisan qui y travailla ce métal précieux à l’époque, gage de richesse pour ceux qui en possédait. L’étain qu’on n’alliait pas encore à d’autres métaux gardait un corps malléable et « cabossable » à souhait…mais incassable.

 

Merveille du village … mais combien y-at—il de merveilles ?...La Maison St Georges nous fait de l’œil. Bien sur elle tient son nom du blason placé au dessus de la porte principale. Sur celui-ci est représenté Saint-Georges à cheval, brandissant son épée. St Georges y est représenté en  l'absence du dragon habituellement placé sous les pieds du cavalier. Cette maison Renaissance se pare  au sommet, on retrouve une guirlande de fruit surmontée par des palmettes et un pot à feu. De part et d'autre sont sculptés des masques crachant d'autres guirlandes. En dessous, on découvre l'inscription "IN DOMINO CONFIDO" et la date 1588 coupée en deux par une tête de putti ailés.

 

Ces vieilles demeures qui font la beauté de Châteauneuf sont restaurées depuis quelques années et abritent des boutiques d'artisanat ou des restaurants.

 

 CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

                             Maison du Mouton                                                      Maison du Potier d'Etain

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

                           Maison Saint Gorges                                                            Saint Georges

 

 

Châteauneuf  fut prospère et vers l'année 1890 et il y avait : Médecin/Pharmacien, Instituteur et 35 élèves, Curé, Marguillier, Chantres (6), Chanteuses à l'église (20 à 30), Notaire, Clerc, Percepteur, Garde forestier, Garde champêtre, Cantonnier, Boulanger, Meunier, Bureau de tabac, Marchand d'étoffes (2), Marchand de vin en gros, Aubergistes (4), Quincaillier-ferblantier, Menuisier, Charron, Maréchaux ferrants (2), Tisserands (2), Maçons (2), Cordiers (2), Sabotier, Cordonniers (2), Femmes de lessive (3), Blanchisseuses (3), Couturières (3 ou 4), Servantes ou femmes de ménage (10 à 20), Cuisinières, Fermiers ou cultivateurs (15), Commis de fermes (20 à 25), Vacher communal, Bergers (5), Bûcherons (7 à 8), des Manouvriers, Musicien (pour les cérémonies familiales), Rentiers (10 à 20).

 

 

Au long de la promenade Châteauneuf se découvre de jardins clos de murs dont certains sont accessibles par des portes surmontées d'un toit de lave, architecture typique de la région. Autrefois,  ces jardins appelés "courtils" appartenaient aux propriétaires des riches demeures du village.

 

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESEntre beau verger, qui n’est pas encore conservatoire mais qui y pense, et lavoirs à bassins, Jean Paul Maurice raconte comment, avec son père, il descendait les vaches en passant par ce chemin qui mène à un autre lavoir, couvert celui-ci perché au dessus de la vallée.

 

Nous remontons et en repassant par un autre chemin qui nous mène à d’autres murets de pierres sèches, d’autres jardins bien séparés, nous faisons une petite pose.

 

« Dans le verger on a installé une pompe thermique pour pouvoir arroser car ici il y a de l’eau partout et beaucoup de sources...explique et démontre Jean Paul Maurice ».

 

 

Ruelles secrètes, presque mystérieuses, artisans originaux aux devantures amusantes, ça monte toujours sous les 35 degrés qui appellent le diabolo menthe glaciale.

 

 

    CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

                              Lavoir découvert à 3 niveaux                                       Bassin à "pavé debout"

 

De tours en détours nous retrouverons un beau chemin qui permet d'aller admirer le point de vue de la Croix de Mission et de poursuivre la promenade vers la forêt par le Grand Chemin, ancienne voie romaine, sur la gauche, pour aller à l'ermitage de Saint-Julien (aujourd'hui en ruines), fondé en 1301, pour recueillir et soigner les lépreux, ensuite les pestiférés de Solle et Châteauneuf.

 

Châteauneuf vit aussi séjourner, hors seigneuries, des personnages célèbres séjournèrent à Châteauneuf en Auxois.

Henri Vincenot, qui passa son enfance dans une famille d'employés du chemin de fer à Dijon et Commarin, passait ses vacances  son grand-père paternel, compagnon-forgeron à Châteauneuf.

 

La fin de la journée arrive et Jean Paul, puisque nous nous appelons par nos prénoms,  s’aventurera jusqu’à un atelier bien caché.

Chemin faisant il sait que de mon côté j’aime les arts, la sculpture et les villages perchés perdus au milieu de nulle part comme Rocamadour.

 

Plusieurs artistes et artisans d’art se sont installés parce que, d’ici, d’ailleurs, par coup de cœur ou de foudre.

 

Et c’est bien la foudre qui m’est tombée sur le pied, entrant dans un atelier aux parfums divins de bois et de sciure, puis un salon comme une ile, frais et lumineux. Lumineux comme Sylvain Lagneau, l’artiste que je découvre et que je reviendrai voir, simplement, sans micro ni calepin.

 

Il est temps de se quitter, le bus des enfants revient de l’école… Il est 5h et je n’ai pas sommeil !

 

 

Balade en images !

 

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

                                                Les portes d'ocre traditionnelles de l'Auxois Morvan

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

                                            Chateauneuf , ses murs de pierres et de fleurs

 

 

 CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES  CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESCHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

                                                                                Les jolies échoppes

 

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

                                                               Les belles demeures ont repris vie

 

 CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

                         Une très belle Croix de Mission taillé dans un seul bloc veille sur la vallée

 

 

                            CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

           En route vers un nouveau village, son maire, ses habitants et ses merveilles à découvrir

 

 

"Dans ce temps-là, la nuit pénétrait dans les maisons et ne restait pas à la porte, car on ne la rejetait pas durement dehors comme maintenant. On n'avait à lui opposer que la clarté dansante des flammes du foyer..." (La billebaude, Henri Vincenot).

 

 

Crédit photos Valery Choplain et Marie Quiquemelle

 

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

C’est sous cette photo que vous retrouverez tout ce qu’il faut savoir sur le château de    Châteauneuf   !

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNES

 

 

Ou bien encore ici !

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESEt toutes les informations pratiques !

 

 

 

 

 

 

CHATEAUNEUF EN AUXOIS ECHO DES COMMUNESm.quiquemelle@echodescommunes.com

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

VISITE AU COEUR DE LA VINGEANNE.
L’Echo des communes vous emmène...
Echannay raconté par son maire, Laurent Streibig.
Réélu maire de sa commune et nouveau Président de la...
Flavigny... anis au pays des merveilles ou un village raconté par ses habitants.
Planté à 421 mètres d’altitude, sur un promontoire...
Nicola Urbano, maire de Fontaine Française raconte son village
Nicolas Urbano, maire de Fontaine Française ou l’art de vivre...
Saint-Jean-de-Losne, le réveil de la belle endormie ?
Saint-Jean-de-Losne, "La perle d'eau" ou comment un maire se débat dans...
En passant par Gissey sous Flavigny...
Gissey a été pendant longtemps partagé entre un grand...
En passant par Poncey sur l'Ignon... j'ai rencontré Eliane et son village !
Poncey-sur-l'Ignon est l'écrin de deux sources. La Seine qui s'ouvre...
En passant par La Roche-en-Brenil... au coeur du Morvan !
Par tous les temps j’ai sillonné de jolies routes… tout...

Envoyez un commentaire

Quiquemelle
a publié le 24/07/2015 14:14
Cette proposition est à retenir en effet ! Sur notre page Facebook, vous pouvez voir les photos en taille réelle, e, revanche elles ne sont pas libre de droits.La source ou le copyright sont toujours indiqués. Je suis heureuse si cet article vous a plu. En vous souhaitant une très agréable fin de semaine.
Olivier LEUCI
a publié le 17/07/2015 09:34
Bonjour, Il est bien dommage que votre site ne permette pas les fonctions d'agrandissement des photos, permettant ainsi d'apprécier au mieux le patrimoine des villages (Châteauneuf dans ce cas puisque j'en suis un habitant). Un petit budget de mise à jour technologique ne serait pas de trop pour mettre en valeur des articles au demeurant forts sympathiques. Bonne journée à vous. Bien cordialement.