Medef : Concevoir ensemble le territoire économique

Pour construire un territoire dynamique, David Butet, président du MEDEF, invite les collectivités à intégrer le monde économique à leurs réflexions. En plus d’attendre qu’elles jouent leur rôle de facilitateur d’activité, les entreprises espèrent que les communes deviennent des partenaires privilégiés dans la construction d’un avenir commun.

« La seule création de valeur vient de l’entreprise » insiste David Butet, y voyant la seule cellule dans laquelle la société garde confiance et une certaine estime. Directement ou indirectement, l’entreprise irrigue la construction d’un territoire, générant des ressources tant pour lui que ses habitants. Pourtant, le président du Medef regrette qu’elle ne soit pas mieux considérée par l’Etat et les collectivités. « L’entreprise paye des impôts, cotise à travers des taxes pour financer ceux qui ont la compétence économique. Elle paie de plus en plus alors qu’il y a de moins en moins de moyens et un climat de récession économique. C’est à n’y rien comprendre. » David Butet condamne une fiscalité en hausse, tant sur les ménages que les professionnels, afin de financer des strates administratives qui nuisent à la création d’activité et des personnels parfois peu enclin à soutenir les entreprises locales. « Je n’accable pas les élus mais plutôt les services qui pilotent les choses à leur place, appliquent leur propre décision et non celles des élus. Plutôt que de chercher des solutions, j’ai constaté que certains trouvaient des prétextes pour ne pas faire, par facilité. » Convaincu que ce manque de volonté peut tuer un territoire, David Butet n’en peux plus de voir l’entreprise affronter seule les montagnes administratives susceptibles de se dresser devant elle. En s’appuyant sur des exemples concrets, il interpelle les élus sur les financements capables de transformer les projets en réalité, à condition que chacun remplisse sa part du travail. « J’ai vu des projets avortés parce que des services n’avaient pas tamponné et envoyé des documents que l’entreprise avait préparés en amont. » Le responsable va plus loin en faisant référence à certaines activités économiques qui souffrent de préjugés capables d’interférer, à tort, dans leur implantation sur un territoire. Pour le responsable du Medef, le dialogue peut faire tomber les barrières des uns tout en apportant des conditions d’exécution rassurantes pour les autres. « On nous met de nombreux bâtons dans les roues sur nos propres territoires et on s’étonne que les entreprises ne s’installent pas ou ne se développent pas. »  

Penser ensemble

Pourtant David Butet reste optimiste, persuadé qu’il est possible d’inverser la tendance. « Les politiques peuvent développer leur territoire mais ils doivent consulter les entreprises pour y parvenir. » Pour le président, l’absence de représentants économiques dans les organismes en charge de l’attractivité du territoire ne facilite pas la mise en place d’une stratégie cohérente capable d’attirer les talents, les clients et les fournisseurs. « Travailler ensemble relève du bon sens selon moi, même si ce n’est pas assez appliqué. » Il encourage ainsi l’agence économique régionale et les établissements publics de coopération intercommunale, EPCI, à prendre le temps de réunir les acteurs économiques pour envisager ensemble des solutions concrètes et traiter des problématiques rencontrées par chaque partie. Les transports, l’accès routier, la fibre font partie des axes de travail et des attentes du monde économique. « On nous encourage à créer des emplois sans nous apporter le soutien pour le faire. Par contre quand on quitte un secteur qui n’est pas propice, on condamne l’entreprise alors qu’elle ne part pas par choix mais pour sa survie. » Pour éviter d’aggraver un déséquilibre entre métropole et ruralité, David Butet préconise une forme de vivre ensemble économique. « Les communes ont besoin de compétences et d’outils que les collectivités plus importantes ont en leur possession. Elles pourraient alors former et mettre à disposition des personnels pour accompagner les territoires ruraux. » Loin de concevoir qu’il y ait une concurrence entre des territoires aussi disparates, le président du MEDEF s’insurge contre un modèle où chacun travaille de son côté, au risque de se scléroser. « On détruit le dynamisme en conservant une posture de silo. Tout le monde dénonce le dépeuplement alors qu’en associant les différents acteurs, on trouve des idées pour recréer du lien et répondre aux besoins. » S’appuyant sur le projet de ferme réhabilitée à Flavigny-sur-Ozerain, il insiste sur les opportunités qu’offre le monde rural. « Les collectivités doivent se saisir de cette question pour imaginer de nouveaux modèles économiques et nous sommes prêts à y contribuer. »  

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

La CCI21ouvre sa E-boutique.
La boutique en ligne de la CCI21 est destinée aux professionnels,...
La CCI de Côte-d'Or retourne à l'école
Mais que va faire une CCI dans un lycée ? Xavier Mirepoix,...
AJ3M : « la Rolls » de l'équipement urbain et péri-urbain depuis 20 ans
AJ3M ? Sous ce sigle se cache : Aire de Jeux Maintenance Multi...
Entreprise ROGER MARTIN - « Partenaire des communes »
Chez ROGER MARTIN, les travaux publics, c’est une histoire de famille....
Perrbal : Coup de propre dans la ville
Pour donner un cadre de vie agréable à ses administrés,...
Quadran, un locataire durable pour les communes
Expert  des énergies renouvelables, Quadran accompagne les communes...
Cartolia Ingénierie : Un oeil de lynx pour les territoires
Depuis 2017, Cartolia Ingénierie réunit les compétences de...
"Réconcilier" : 5ème Université d'été du MEDEF en Bourgogne
Le coup d'envoi est lancé : la 5e Université...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.