Voeux de la CEBFC : Y'a d'la joie (mais pas que)

A l’heure des vœux, la Caisse d’Épargne Bourgogne Franche-Comté affiche un bilan satisfaisant dans un contexte général difficile et réaffirme son attachement au développement local. Une cérémonie en demi-teinte, entre espoir et réalisme à l’heure de la montée des populismes dans le monde et un climat social pour le moins houleux.

 

Ca va pas bien…

Président du Conseil d’Orientation et de Surveillance (COS) Antoine-Sylvain Blanc

Et c’est, selon la tradition, le Président du Conseil d’Orientation et de Surveillance (COS) Antoine-Sylvain Blanc qui a ouvert le bal. Le Maître Yoda du COS, vénérable gardien en chef des valeurs de la banque sociétaire, cèdera en effet sa place de président du COS en avril prochain, tout en en demeurant membre. Revenant sur une année « riche de changements, voire de bouleversements » et un avenir « mouvant, incertain » - il est vrai que le tableau, « montée des populismes, chute des taux financiers, alourdissement des réglementations sclérosant la liberté d’innovation » à peine nuancé par les demandes croissantes des clients « qui veulent être toujours mieux et plus rapidement informés » induisant une montée de l’utilisation de l’intelligence artificielle, n’incitait guère au fou-rire – Antoine-Sylvain Blanc s’est félicité de « l’adaptation en souplesse » de la banque régionale qui a su néanmoins « rester fidèle à ses valeurs » et notamment l’attachement au développement des territoires.

Ses vœux pour 2019

-          Un contexte social apaisé

-          Peut-être de nouvelles inflexions avec l’arrivée d’un nouveau président du COS

-          Et une bonne santé (oui, quand même)

 

Vraiment pas bien, même…

Le Président du Directoire, Jean-Pierre DeramecourtLe Président du Directoire, Jean-Pierre Deramecourt, n’a pas exactement bombardé l’assistance de paillettes en prenant la suite d’Antoine-Sylvain Blanc à qui il a rendu hommage « pour son attachement à faire respecter nos valeurs ». Lui aussi s’est lancé dans un tour du monde pas vraiment « au beau fixe », entre « Trump, le Brexit, Salvini, Bolsonaro », « la baisse de la croissance, la montée des guerres commerciales » et la colère des Gilets Jaunes « malgré 10 milliard d’euros d’aides, il n’y a pas de climat de confiance ». Aïe. Heureusement que les bons résultats en région de la banque en 2018 (qui permettra le versement d’une prime à tous les salariés), « d’excellentes performances commerciales » notamment sur le crédit immobilier, le crédit à la consommation et à l’équipement et diverses annonces liées au déménagement du siège à Valmy – et particulièrement l’accès à des « bus connectés » pour les collaborateurs de Franche-Comté qui pourront ainsi travailler sur le trajet vers le siège – sont venus tempérer ce sombre tableau. Enfin, Jean-Pierre Deramecourt a assuré que même si les mesures régionales n’avaient encore démontré leur efficacité, la CEBFC allait continuer à faire croître le dynamisme au service de l’intérêt général. Ouf.

Ses vœux pour 2019

-          Que la situation économique, politique et sociale s’améliore, que la démocratie reste un ferme rempart contre les populisme

-          Que les entreprises qui avaient repris confiance de stoppent pas leurs investissements

-          Que les esprits constructifs ne soient pas écartés, que l’on participe au Grand Débat National

-          Que l’on apporte de bonnes réponses aux problématiques soulevées par les Gilets Jaunes

 

Mais en fait, ça va pas si mal !

Isabelle BroutéC’est enfin Isabelle Brouté, fraîche arrivée au sein du Directoire qui a pris la parole, faisant souffler un vent d’enthousiasme pour partager les projets de la CEBFC en tant que soutien du développement des talents au féminin. Rappelons d’ailleurs que les Caisses d’Épargne furent des pionnières en permettant aux femmes (considérées comme mineures à vie selon le code napoléonien) d’utiliser leur livret sans l’aval de leurs époux... Isabelle Brouté a détaillé plusieurs actions de la CEBFC (sponsor du Trophées des femmes dans l’économie, soutien du réseau K’Elles énergies…) et rappelé que le Cellier de Clairvaux accueillera des entrepreneuses du 25 au 27 janvier qui exposeront leur travail, leurs projets et leurs sociétés. Dans ce monde bien sombre, n’en déplaise à ce cher Aragon, la femme sera-t-elle aussi l’avenir de l’économie ?

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

La Caisse d'Epargne de Bourgogne Franche-Comté réduit son empreinte énergétique.
Consciente de sa responsabilité au regard de l’environnement, la...
Inauguration de l'agence Caisse d'Epargne Dijon Lac.
La Caisse d'Epargne Bourgogne Franche-Comté (CEBFC) investit chaque...
Jean-Pierre Deramecourt (CEBFC) : la banque au plus près du territoire !
Nommé président du Directoire de la Caisse d’Epargne de...
Philippe Dessertine : « Le futur est déjà là ! »
Fort d’un CV éloquent (professeur en science de gestion,...
En 2017, ayons l'énergie d'entreprendre pour notre région
En ce début d’année 2017, la traditionnelle...
CEBFC : l'avenir se conjugue au présent
Après l'annonce de ses résultats satisfaisants pour...
Rencontres de la viticulture : faites votre marché !
Devenue aussi traditionnelle qu’un paulée à la fin des...
1ère cérémonie des Trophées « Les Femmes de l'économie » Bourgogne-Franche-Comté
Les plus beaux talents féminins de la Bourgogne-Franche-Comté...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *