Au MEDEF, c'est Retour vers le futur

Pour la 7e édition de son Université d’été, le Medef 21 tente l’oxymore avec son thème : « Se souvenir du futur ». Au programme : un grand entretien économique, deux conférences avec des invités « vus à la télé » et l’occasion pour les patrons et les acteurs du monde économique de dire tout le bien qu’ils pensent des orientations du nouveau quinquennat.

Hasard du calendrier : le jour même où Edouard Philippe était à Dijon dans un salon de coiffure pour annoncer, entre autres, que le gouvernement allait raser gratis le RSI, le Medef tenait son université d’été, 7e édition, au sein de l’uB. Bronzage de rigueur pour la quasi totalité des présents et optimisme itou : ce n’est rien de dire que l’atmosphère était nettement moins grise que l’année dernière…

Sur une thématique vertigineuse - Se souvenir du futur - une conférence : « S’adapter ou créer son futur » que l’on a zappé, avouons-le, pour la seconde à l’intitulé nettement plus aguicheur : « Chéri(e), j’ai déshérité les gosses ! » avec casting trois étoiles, comptant notamment Ghislaine Arabian (chef autodidacte, double étoilée Michelin, vue dans Top Chef) et Bernard de la Villardière (journaliste, vu dans Zone inerdite sur M6). Un duo médiatique complété par Sacha Genot, délégué général du collectif Performance (plus de 200 PME et Grands Comptes) dont l’objectif est de promouvoir la qualité de vie au travail au service de la performance et Pascal Picq, paléoanthropologue, maître de conférence au Collège de France, dont la maîtrise dans l’art de captiver un auditoire prouve que ce ne sont pas aux vieux singes (l’un de ses sujets d’étude !) que l’on apprend à faire des grimaces…

 Ghislaine Arabian (chef autodidacte, double étoilée Michelin, vue dans Top Chef) et Bernard de la Villardière (journaliste, vu dans Zone inerdite sur M6)

Inventer l’humain de demain !

C’est d’ailleurs par un boutade qu’il a lancé la conférence, s’étonnant faussement d’avoir pu « entrer à l’Université dans une voiture du Medef… que font donc les étudiants d’aujourd’hui ? », histoire d’entrer de plain-pied dans la thématique du jour : l’héritage, la tradition, la transmission… avant d’enchaîner sur des thèmes passionnants mais malheureusement survolés, contrains par l’horaire et l’obligation de donner la parole à chacun. Notons en particulier le transhumanisme (dit aussi l’homme augmenté) échappant à la nécessité de mourir et renonçant de fait à son héritage génétique. Un dessein qui pourrait faire sourire si les plus grandes entreprises du monde ne mettaient pas des milliards pour inventer l’humanité de demain…

Ghislaine Arabian a de son côté exprimé haut et fort qu’elle était contre l’héritage matériel, ayant elle-même refusé celui de ses parents, estimant illégitime de recevoir un dû pour lequel elle n’avait pas travaillé. Quant à la cuisine… si elle reconnaît la force de l’héritage culinaire français et son cortège de recettes et de traditions, elle enjoint d’en faire un patrimoine vivant : « aux gens qui travaillent chez moi, je donne des conseils en leur disant : prenez, transformez-le, ne le laissez pas comme cela ! »

 

Terre natale, terre vitale

Bernard de la Villardière, fort de son expérience de reporter qui a visité à peu près tous les recoins du monde a apporté sa pierre cosmopolite au débat en rappelant que si l’homme occidental surconnecté cherche à échapper à son héritage (ou du moins ne s’en contente pas pour définir son identité), il est bien des endroits où la question « de la transmission est essentiel. Il y a un attachement à une terre, quand bien même elle a été détruite par un conflit, une volonté de revenir chez soi ». Père de quatre enfants, issu lui-même d’une grande famille, le reporter a également souligné ce moment de la vie où l’enfant que l’on a poussé à grandir, avec lequel vous avez partagé des activités (sportives notamment) vous dépasse : « il faut accepter d’être tué dans les yeux de son enfant ». Concernant l’économie et notamment le management, Sacha Genot a pour sa part expliqué que les équipes les plus performantes sont celles qui utilisent la transmission entendue comme apprentissage d’un héritage que l’on transforme : capter toutes les idées, procéder par essai/erreur, prendre en compte les émotions demande finalement plus de leadership que l’exercice d’une autorité stricte basée sur des schémas et des protocoles. « Il faut accepter de remettre de l’irrationnel dans la gestion de l’entreprise. Et effectuer un retour vers l’humain qui n’a longtemps été qu’une variable d’ajustement. »

 

Ils ont dit…

Le même jour, Edouard Philippe était à Dijon pour annoncer plusieurs points de la politique économique du gouvernement impulsée par Emmanuel Macron. L’occasion de sonder des participants sur leur sentiment sur ce nouveau quinquennat…

 

Pierre-Antoine Kern, président du Medef 21Pierre-Antoine Kern, président du Medef 21 : « Concernant l’abandon du RSI, c’est plus symbolique qu’autre chose. Mais ce qui est certain c’est que l’on va dans le bon sens. Grâce à Emmanuel Macron, la France est regardée de manière plus positive, il donne à l’international une image plus dynamique plus positive et cela c’est bon pour les investisseurs. J’ai plutôt confiance et je salue un savoir-faire dans la réforme. »

 

 

Pierre-Yves Scheer, membre du directoire de la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté Pierre-Yves Scheer, membre du directoire de la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté : « C’est la politique du bon sens et des équilibres. Les choses sont en mouvement. »

 

 

 

 

Xavier Mirepoix, président de la CCI 21 Xavier Mirepoix, président de la CCI 21 : « Je ressens de la satisfaction et je notre du bon sens ! Plus de flexibilité c’est ce que l’on demandait. Personne n’est programmé pour faire des licenciements, mais quand la situation l’exige il faut pouvoir réagir. Je ne suis pas choqué par la politique d’ordonnance : il fallait qu’on aille vite. Ensuite, il ne faut pas attendre des résultats demain matin. Mais j’ai confiance. »

 

 

 

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Le Club des Entrepreneurs de l'Auxois en plénière à Saulieu !
Le Club des Entrepreneurs de l’Auxois organise des réunions...
"Réconcilier" : 5ème Université d'été du MEDEF en Bourgogne
Le coup d'envoi est lancé : la 5e Université...
Le Club des Entrepreneurs de l'Auxois en pleinière à Semur en Auxois
Le Club des Entrepreneurs de l’Auxois, créé en juillet...
Alexandre SAUBOT, Président de l'UIMM, à Dijon le 10 septembre 2015
Pour la première fois depuis son élection en mars dernier, le...
Université d'été du MEDEF en Bourgogne : Le bilan
La 5e Université d'été du MEDEF en Bourgogne s’est...
Les "Portes du Sud", une identité visuelle pour se rassembler et se développer.
A l’initiative de Club GrandSud, les municipalités...
Le club d'entreprises Cap Nord s'installe à la Maison Hôtelière.
Mardi 20 octobre 2015, l'association Cap Nord,  club d'entreprises de la...
Initial accueille le Club GrandSud pour sa réunion plénière mensuelle
Le jeudi 22 octobre 2015, Gilles Mehl, directeur de la société...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *