Philippe Dessertine : « Le futur est déjà là ! »

Philippe Dessertine : « Le futur est déjà là ! »

Contact :

Pour en savoir plus, retrouvez les travaux de Philippe Dessertine (et notamment une conférence en vidéo où l’on retrouve l’essentiel de sa pensée) sur www.philippedessertine.com


Fort d’un CV éloquent (professeur en science de gestion, professeur à l’Institut d’administration des entreprises à Paris I Panthéon-Sorbonne, directeur de l’Institut de Haute finance et membre du Haut conseil des finances publiques) et d’une éloquence à toute épreuve, Philippe Dessertine était invité par la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté à intervenir sur le thème « L’Europe au cœur des régions économiques ». C’était aussi l’occasion de donner sa vision du monde économique actuel. Un « nouveau modèle » dans lequel nous sommes déjà plongés sans toujours vouloir le voir et riche de potentiels exaltants.

Étonnant Philippe Dessertine ! Invité par la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté à partager sa vision de la situation économique actuelle, ce spécialiste des mécanismes financiers ne nous a pas servi (et on s’en félicite), le discours alarmiste qui plombe la moindre déclaration économique pour au contraire brosser du présent un tableau bien plus riant. A condition de savoir abandonner un mode de pensée hérité de « l’ancien monde » dont force est de constater qu’il arrive à bout de souffle… Exaltant, sûrement. Mais à bien des aspects, également menaçant...

La crise ? Pour Philippe Dessertine, il conviendrait plutôt de parler de « mutation », ultime convulsion d’un modèle économique issu de la révolution industrielle, puis de l’après-guerre lorsque la démographie était bien moindre et le travail strictement hiérarchisé et théorisé. Un modèle qui, jusqu’à aujourd’hui, a généré des réflexes, des modes de vie et une manière de penser l’économie. Or, constate Philippe Dessertine, tout ceci est dépassé. « Il n’y a pas le choix. Le modèle d’avant ne fonctionne plus. »

Philippe

Place à l’homme nouveau

Pour Philippe Dessertine, le monde économique libéral tel qu’expérimenté jusqu’ici était l’héritier d’un mécanisme économique indissociable des découvertes technologiques. Selon lui, cet âge d’or a été la période 1850-1950, celle de la révolution industrielle. Suivie d’une latence de 50 années, malgré ce que l’on pourrait croire : « Un mécanicien de 1850 pourrait comprendre une automobile ou un avion d’aujourd’hui. Les échanges de données qui ont donné Internet existaient déjà dans les années 40 ! » C’est en l’an 2000 que, selon lui, le glas de l’ancien monde a sonné : « Le grand public et les medias n’y ont peut-être pas accordé l’attention nécessaire, mais cette année-là, Tony Blair et Bill Clinton annonçaient le décryptage du génome humain ». Depuis, c’est chaque jour ou presque que le monde scientifique progresse pour percer le secret de la matière et interroge l’humanité dans son existence même : « Le Boson de Higgs (celui qui donne à la matière sa masse, découvert en 2012 NDLR) n’a-t-il pas rapidement  acquis le surnom de particule de Dieu ? » L’expert financier pointe aussi le vaste champ des bio-technologies, qui, s’affranchissant des contraintes naturelles, créent aujourd’hui ce qui semblaient hier du domaine de l’utopie ou de la science-fiction, taquinant là encore les limites de l’essence de l’humanité : « On est en train de régler le problème du vieillissement des cellules. Un jour, c’est le problème de la mort qui va être réglé. L’homme de 250 ans est déjà né ! »

Le nouveau monde est déjà là

De manière beaucoup plus pragmatique, ce « nouveau monde » a également amené une révolution dans l’essence même de l’économie, qui de pyramidale devient horizontale, s’étendant par nappes, affranchie des contraintes d’espaces grâce aux communications virtuelles (le prélude d’un nouvel aménagement des territoires, en liaison avec la démographie galopante ? A observer…). Plus besoin d’une découverte majeure pour créer des groupes qui en quelques années deviennent des géants de l’économie mondiale, plus besoin d’une longue histoire faite de rachats, d’investissements et de stratégie à long terme pour s’imposer comme leader : une histoire comme celle de Facebook, bâtie sur une technologie existante (internet) est éloquente de ce point de vue. Idem pour Uber « un rien en terme d’innovation technologique qui est en train de révolutionner le travail à travers le monde ».

Pour l’expert financier, la question n’est même plus de savoir si on souhaite ou pas de ce « nouveau monde » dominé par les GAFA (les géants du web : Google, Apple, Facebook, Amazon). Il suffit juste d’ouvrir les yeux pour s’apercevoir que le « modèle » Uber - qui défie les lois sociales et fiscales dans les pays où il se développe – ne cesse de s’étendre, que la mobilité est une condition sine qua non à une carrière, que des mutations neurologiques spontanées permettent déjà aux plus jeunes générations d’être opérationnels dans le monde actuel dominé par les écrans. Ce nouveau monde, donc certains des aspects étaient présents dans les romans d’anticipation (de Georges Orwell à Aldous Huxley en passant par Isaac Asimov) est bien présent. Pour Philippe Dessertine, la lucidité est donc plus que nécessaire : vitale. On peut comme lui s’en réjouir, ou trouver tout cela vaguement menaçant. Mais on ne peut plus l’ignorer…

Pour en savoir plus, retrouvez les travaux de Philippe Dessertine (et notamment une conférence en vidéo où l’on retrouve l’essentiel de sa pensée) sur www.philippedessertine.com

 

Rédaction/Photos : Agence ProScriptum
Emmanuelle de Jesus & Antoine Gavory

03 80 75 87 37 | proscriptum.presse@gmail.com |

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

La Caisse d'Epargne de Bourgogne Franche-Comté réduit son empreinte énergétique.
Consciente de sa responsabilité au regard de l’environnement, la...
Cédric MIGNON nommé au Directoire de la Caisse d'Epargne de Bourgogne Franche-Comté
Le Conseil d’Orientation et de Surveillance (COS) de la Caisse d'Epargne...
Le Crédit Agricole innove avec la signature électronique
Pionnier dans le domaine de la signature électronique, le Crédit...
Jean-Pierre Deramecourt (CEBFC) : la banque au plus près du territoire !
Nommé président du Directoire de la Caisse d’Epargne de...
Les Caves Carrière s'installent à Dijon.
Les Caves Carrière sont nées d’un projet professionnel...
CEBFC : bons résultats malgré un climat maussade
Cette semaine, la Caisse d’Epargne Bourgogne Franche-Comté (CEBFC)...
CEBFC : l'avenir se conjugue au présent
Après l'annonce de ses résultats satisfaisants pour...
Remise des prix concours Talents de la création d'entreprise !
Le jury et la remise des prix de l’édition régionale du...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *