Les créateurs repreneurs d'entreprises de Haute Côte d'Or à la page avec la CCI !

Il y a 1 mois 1/2 se déroulait la semaine de la création d’entreprises. A Montbard, une vingtaine de porteurs de projets ont répondu à l’appel de la CCI pour une journée d’information et de formation au plus proche des besoins des participants et des nécessité du territoire de Haute Côte d’Or où ces futurs créateurs ont choisi d’entreprendre  en milieu rural. Une journée riche proposé par la CCI et ses partenaires qui a permis de guider et d’orienter des personnes parfois un peu perdues dans les méandres administratifs, financiers ou juridiques de la création ou de la reprise d’une entreprise.

 

 

Cette Semaine de la Création-Reprise d'Entreprise est organisée par les Chambres de Commerces et d'Industrie de Bourgogne et par la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de région Bourgogne. La Chambre de Commerce et d'Industrie de Côte-d'Or pilote cette opération depuis maintenant 4 ans. La Semaine de la Création-Reprise d'Entreprise est organisée pour proposer à des porteurs de projets qui souhaitent s'installer en Bourgogne, un contenu riche et varié pour développer leurs projets et leurs compétences en présence de la quasi-totalité des acteurs de la création-reprise.

 

Acteurs forts de la création-reprise d'entreprises en Bourgogne, les Chambres Consulaires ont eu la volonté de donner rendez-vous aux porteurs de projet en leur permettant de trouver des informations, des thématiques différentes et attractives pour favoriser la réussite de l'étude d'un projet de création-reprise d'entreprise. De multiples partenariats ont permis d’offrir un contenu de qualité et la possibilité de rencontrer des professionnels présents pour aider à consolider un projet personnalisé.

 

Une mission moins connue de la CCI de Côte d’Or qui délocalise à Montbard une partie de son activité sur un territoire déjà riche de son industrie métallurgique et en devenir entrepreneurial. L’occasion de réconcilier les porteurs de projets locaux en se positionnant à leur portée, là où ils vivent et souhaitent entreprendre.

 

     CCICCI

 

Cet évènement,  entièrement gratuit pour les participants,  est proposé grâce au soutien indispensable des partenaires financiers que sont le Crédit Mutuel, le Conseil Régional de Bourgogne, la DIRECCTE, Logilia, le Groupe Caisse des Dépôts et Consignations, Groupama Rhônes-Alpes-Auvergne, la Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loireet d'une participation importante des Chambres Consulaires de Bourgogne.

 

Au quotidien, les Chambres Consulaires accompagnent les porteurs de projets pour créer, reprendre ou transmettre une entreprise et sont  présentes pour aider dans toutes les étapes d’un projet et de la vie de la future entreprise. Trois thèmes généraux étaient proposés le matin « Les aides à la création-reprise d'entreprise : faciliter le financement de votre projet »  avec le Crédit Mutuel Entreprise, « RSI , mode d'emploi » avec la référent création d’entreprise RSI Bourgogne, « Approche technique : Mon entreprise dans le monde digital ? » avec Flavien Troubat.

  

Lors de l’introduction les différentes mesures ou structures d’aides aux créateurs d’entreprises ont été présentées.

 

CCIACCRE :  L'Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d'Entreprise permet, sous conditions, aux demandeurs d'emploi créant ou reprenant une entreprise de bénéficier d'une exonération de charges sociales pendant un an. L'aide peut comprendre, une exonération des cotisations sociales pendant un an (assurance maladie, maternité, invalidité, décès, prestations familiales, retraite de base et assurance veuvage), une avance financière de l'Etat, remboursable, le financement partiel par l'Etat des actions de conseil, de formation ou d'accompagnement.

 

 

NACRE : Le Nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d'entreprise est un dispositif d'accompagnement d'au moins 3 ans. Il aide au montage du projet de création ou de reprise, à la structuration financière et au démarrage de l'activité. Il permet la signature d'un contrat entre le créateur ou le repreneur d'entreprise et un organisme d'accompagnement conventionné par l'État.

 

  

CCISIAGI, a été créée en 1966 par les Chambres de métiers pour faciliter l’accès au crédit des entreprises artisanales. Depuis, ses interventions ont été élargies aux autres secteurs dits des « activités de proximité ». Elle donne sa garantie aux banques pour les prêts que celles-ci accordent aux entreprises. Il y a donc partage de risques entre la banque et la SIAGI qui a ainsi 2 métiers, l’expertise de projets et l’octroi de garantie.

 

 

CCIAide au cautionnement des entreprises artisanales : Le Conseil Départementalpermet de favoriser l’installation, le développement ou la transmission des entreprises artisanales en soutenant le renforcement de leur structure financière.  Les artisans doivent bénéficier d’une garantie d’emprunt de la SIAGI ou de la SOCAMA. Cela consiste en la prise en charge de 50 % des frais de dossiers dus à la SIAGI ou à la SOCAMA.

  

 

CCIL’ADIE,  créée par Maria Nowak en 1989 l’association pour le droit à l’initiative économique a adapté à la France le principe du microcrédit, mécanisme financier qui a largement fait ses preuves dans les pays du tiers-monde, en Asie, Afrique et Amérique Latine. Aujourd’hui, des millions de personnes à travers le monde vivent de leur travail grâce à ce type de financement. Depuis ses débuts, les missions de l’Adie sont restées inchangées : Financer les micro-entrepreneurs qui n’ont pas accès au crédit bancaire, et plus particulièrement les chômeurs et les allocataires des minima sociaux, à travers le microcrédit.Accompagner les micro-entrepreneurs avant, pendant et après la création de leur entreprise pour assurer la pérennité de leur activité. Contribuer à l’amélioration de l’environnement institutionnel du microcrédit et de la création d’entreprise.

 

  

CCIFrance Active est un réseau de proximité qui aide depuis plus de 25 ans les personnes en difficulté à créer leur entreprise individuelle. Il finance parallèlement les entreprises solidaires, insertion par l’activité économique, associations d’utilité sociale. Elle est présidée par Christian Sautter.

 

  

CCIAGEFIPH, créée en 1987, confortée dans son rôle en 2005, l’Agefiph a pour missions de favoriser l’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des personnes handicapées dans les entreprises privées. L’Agefiph finance, grâce aux fonds collectés auprès des entreprises, des actions visant à favoriser l'insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi de personnes handicapées dans les entreprises privées et en milieu ordinaire de travail. En complément des aides et dispositifs de droit commun, nous proposons une offre d’interventions composée de services, de prestations et d’aides destinés aux personnes handicapées et aux entreprises.

 

 

La Haute Côte d’Or, Montbardois, Chatillonnais et Auxois Morvan, présente la particularité d’être en Zone de Revitalisation Rurale où les créateurs repreneurs d’entreprises peuvent bénéficier d’un panel d’aides financières, fiscales  ou d’aides à l’installation, pour peu d’en avoir connaissance et de bien cibler son projet et sa viabilité pérenne.

 

 

« Les aides à la création-reprise d'entreprise : faciliter le financement de votre projet »  avec le Crédit Mutuel.

 

Le Crédit Mutuel est le partenaire bancaire historique de l’ADIE (association pour le droit à l’initiative économique) depuis plus de 20 ans.  Bancassureur de premier plan en France, le groupe Crédit Mutuel est composé du réseau  du Crédit Mutuel et de l’ensemble de ses filiales. Banque de proximité, le groupe conjugue les forces du Crédit Mutuel, banque coopérative et mutualiste à fort ancrage régional et local, avec celles du CIC, banque commerciale. Les deux enseignes du groupe, Crédit Mutuel et CIC, complétées par celles de Targobank et Cofidis, constituent un réseau de près de 6 000 points de vente. Il est le partenaire financier de près de 20% des artisans français.

 

CCIFace aux porteurs de projets souvent soucieux du financement de leur initiative, Olivier Baron du Marché Professionnel, direction régionale Bourgogne Champagne, et ses collaboratrices ont transmis informations et conseils de qualité.

 

Comment étudier et choisir sa structure juridique ? Comment étudier les risques ? Quel seront le barème d’imposition et le régime fiscal ? Comment gérer la déclaration de TVA et son taux applicable en fonction de l’activité ? Comment dégager son propre salaire pour ne pas se décourager? Autant de questions à se poser et à poser aux personnes dédiées à l’accompagnement ou comment parler de tout et surtout avec son banquier.

 

Olivier Baron a expliqué comment la relation privilégiée se tisse entre le créateur et le banquier dont il a bien redéfini le rôle. « Il ne faut pas se mettre de frein pour entreprendre…ne pas se sentir seul au monde…prendre le parti de faire un point régulier avec son banquier…considérez que la banque peut aussi accorder des avances de trésoreries… la banque est là pour  vous aider dans la mesure où le projet est viable quelle que soit son contenu ou son originalité».

  

Il expliquera aux participants comment penser à tous les moyens de paiements possibles comme le terminal de paiement par carte bancaire utilisable depuis un smartphone, au prélèvement bancaire du compte client et surtout ne pas hésiter, avec l’aide de la banque, à mettre en place des moyens de recouvrement quand cela s’avère nécessaire vis-à-vis d’un client indélicat avant d’être soi-même devant un gouffre. Il insistera sur le fait qu’il ne faut pas minimiser ses besoins financiers et avoir un prévisionnel réaliste. Dans un contexte difficile, le banquier doit prendre le projet et son porteur dans une approche globale et bienveillante en étudiant aussi le contexte et le projet familial. Il faut savoir se mettre en avant, valoriser les enjeux et ne pas rester seul face à un projet qui pourrait sombrer aux oubliettes faute d’avoir pu échanger, confronter ses idées et points de vue.

  

CCIOlivier Baron et ses collaboratrices tiennent des permanences hors agglomération dijonnaise à Semur ou Montbard entre autre,  pour garder une réelle proximité avec les entrepreneurs de Haute Côte d’Or, une disponibilité rassurante pour les femmes avec des enfants en bas âge, les personnes en difficulté de mobilité ou tout simplement tous ceux qui ont fait le choix de la vie et de la création en milieu rural qui n’ont pas envie d’être tributaires des trajets ou des moyens de transport.

   

 

 

 

« RSI, mode d'emploi » avec Véronique Groselier, en charge des créateurs d’entreprise RSI Bourgogne.

  

Le RSI est l’interlocuteur social unique pour toutes les cotisations sociales et contributions sociales personnelles obligatoires et les prestations de maladie, de maternité, de prévoyance et de retraite.

L’organisation de la sécurité sociale se caractérise avant tout par une grande diversité de structures et de multiples acteurs. Il existe plus d’une trentaine de régimes obligatoires de base coordonnés par différents acteurs. On y retrouve  le Régime Social des Indépendants. Certains points de la réglementation (par exemple la retraite complémentaire, l’invalidité-décès) diffèrent selon que l’activité professionnelle est artisanale, commerciale ou libérale.

 

CCIEntendre le mot RSI est souvent le début d’un cauchemar pour les créateurs d’entreprise ! Le RSI, ou comment en découdre avec les idées reçues et bien gérer son statut, un challenge matinal et un tour complet de du Régime Social des Indépendants. Pour que tout se passe bien, il faut de la rigueur et de la ponctualité dans les déclarations et les réponses aux courriers.

 

Véronique Groselier, vous explique… Avant toute chose, il faudra bien choisir son statut : Commerçant, profession libérale auto-entrepreneur etc  car de là découle le montant des cotisations obligatoires de tous chef d’entreprise et d’éventuelles part d’exonération en fonction du statut, de l’activité principale exercée et du territoire sur lequel elle s’exerce (ZRR pour la Haute Côte d’Or). 

 

 

Ne confondez pas une activité principale exercée et une activité complémentaire d’un revenu salarié qui ne doit pas excéder le montant brut de votre revenu salarié et que vous devez aussi déclarer …mais pas dans les mêmes colonnes de votre déclaration de revenus..

 

Il vous faudra ensuite bien choisir votre organisme, mutualiste ou pas, qui prendra en charge vos dépenses et remboursements de santé et le cas échéant votre pension d’invalidité. 

  

Les conseils de Véronique Groselier pour bien gérer votre RSI et la relation à venir avec cet organisme collecteur unique de cotisations.

  

Déclarez vos revenus trimestriels dans les temps, le  moindre retard et la taxation d’office s’applique.

Anticiper votre trésorerie, que vous fassiez ou pas l’objet d’exonérations de court ou long terme.

Attention une exonération au titre de l’ACRE, par exemple ne vous exonère pas du paiement CGS/RDS entre autre.

Demandez la modulation du montant de vos cotisations auprès du RSI, AVANT les dates d’échéances

  

Les acquis qui ne changent pas :

  

Vous gardez votre carte vitale que vous devrez par contre actualiser au moment du changement de statut.

Vous conservez votre mutuelle si elle est compatible avec votre nouveau statut. Dans le cas contraire, la pus part des organismes mutualistes vous proposeront d’aménager votre contrat en fonction de votre nouveau statut.

Vous percevrez des indemnités journalières en cas d’arrêt maladie au prorata, bien sûr, des cotisations payées car  pas de cotisation payée = pas de prise en charge… Pour les autos entrepreneurs, ce droit n’existe pas puisqu’il est calculé sur la base cumulable annuelle de revenus.

 

CCILa CMU pour les faibles revenus reste acquise ou à demander le cas échéant. En effet si les revenus sont faibles, le chef d’entreprise peut prétendre à la Couverture Maladie Universelle ou à une aide pour souscrire une assurance maladie complémentaire.

Il bénéficie des mêmes taux et des mêmes conditions de remboursement que les assurés du régime général des salariés. Un dossier de demande d'attribution de la CMUcomplémentaire doit être remis ou adressé à la caisse RSI du département d’exercice. Les droits à la CMU complémentaire seront ouverts pour un an et réexaminés chaque année si le dossier est accepté.

 

Vous conservez le droit au versement des prestations familiales aux mêmes conditions du « soumis à condition de ressources ». Vous avez droit à une retraite, si vous avez cotisé bien sûr. 

Il aura fallu le sourire et la douceur énergique de Véronique Groselier pour capter l'attention d'un auditoire en quête d'informations parfois...complexes et débrousailler l'ensemble des droits et démarches !

 

 

« Approche technique : Mon entreprise dans le monde digital ? » avec Flavien Troubat de la CCI Côte d’Or.

 

L’espace Internet est une voie de développement à multiples facettes pour les TPE. Le pixel devient un espace commercial supplémentaire. Découvrez comment construire votre stratégie marketing sur Internet  avec Flavien Troubat qui  est en charge de l’appui au développement des entreprises commerce et tourisme du conseil individuel et collectif, de la veille et ingénierie Commerce, tourisme, Ecommerce, Mcommerce, Etourisme et Mtourisme et référent Achat Côte dO au sein de la CCI de Côte d’Or.

  

CCIEt il ne fallait pas moins qu’un passionné du sujet pour expliquer et convaincre du bien fondé de la communication WEB, de la rigueur à observer et des écueils à éviter.  Passer au ecommerce, tout un programme et une stratégie qui commence par la création d’un compte boutique en ligne sans oublier quelques détails comme l’adjonction obligatoire des CGU (conditions générales de vente) et les mentions légales (loi Hamon) ainsi que la déclaration CNIL.

  

Avant toute chose il vous faudra penser au contenu de votre site, à la qualité des produits, cela va s’en dire, mais aussi à la qualité visuelle, à l’organisation de votre espace de vente (familles de produits, référencement des gammes etc). Un site réussi ne tolère aucune faute d’orthographe dans vos textes, les photos doivent être de bonne résolution et être créditées à leur auteur (attention les infractions à la propriété intellectuelle ou artistique peuvent coûter très cher).

 

Flavien Troubat explique comment s’exposer sur les réseaux sociaux peut développer la notoriété de votre entreprise ou à contrario la desservir.  Le réseau social que vous choisissez est votre vitrine et complète votre stratégie commerciale, il convient donc de bien penser son média ( Facebook, Instragram, Twitter etc…). afin qu’il soit en corrélation avec votre segment de clientèle. Le réseau social sur lequel vous exposez votre produit est le complément de votre site internet…C’est une communauté où l’on partage les bons plans, les idées, les bonnes adresses, mais pour graver votre notoriété sur le net quelques impératifs : Renouveler vos contenus en ligne, répondez aux internautes avec courtoisie et dans un délai plus que raisonnable.

  

Ne perdez pas de vue que sur le net on vous juge, on vous note…et donc on vous encense ou on vous coule ! Car la confiance s’installe alors plus seulement avec vous ais de consommateurs à consommateurs. En quelques sortes, le client s’exprime « dans votre dos ». Alors quand survient un avis négatif, il convient de se poser la bonne question et ne pas hésiter à opter pour une stratégie de veille et de gestion en utilisant des outils comme Google Alerte par exemple.

 

CCILa montée en puissance du smartphone, à l’utilisation devenue compulsive, permet au client d’avoir une information à temps T en allant sur le net où qu’il se trouve ou encore mieux grâce aux multiples applications installées qui permettent un achat immédiat en moins de trois clics.  Lorsque vous créez votre site, il vous faut donc penser à la vitesse de chargement sur un téléphone mobile, au poids des photos et à la lisibilité immédiate du texte. Les habitudes d’achat changent, l’entreprise doit évoluer à la même vitesse et être en adaptation constante.

 

Les conseils du Pro pour éviter écueils et déboires : Sauvegarder toutes ses données dans un cloud …vous y retrouverez toutes vos informations si vous perdez ou cassez votre téléphone ou votre ordinateur. Faire son ménage dans ses données pour actualiser votre site et votre page réseau social. Avoir le sourire numérique, autant dire, soyez courtois, avenant comme si votre client se trouvait devant votre comptoir de vente !

  

Cette intervention clôturait une matinée efficace qui a séduit les futurs entrepreneurs par la disponibilité des intervenants, la précision des informations et la possibilité d’un contact privilégié pour poursuivre plus en détails de manière personnalisée. Dans ce sens, l’après midi était consacré à la stratégie de communication et l'importance du marketing et aux rendez-vous experts.

 

Stratégie de communication avec Françoise Naudet.

 

Françoise Naudet est dirigeante de Savoir French, une entreprise créée, en juin 2013, après plus de 20 ans d’expérience en marketing international, communication et management environnemental. L’entreprise a vocation d’aider les chefs d’entreprise de PME à développer leur activité a expliqué que communiquer est une condition sine qua non pour se faire connaitre et donc pour développer son activité. Même si les principes de base sont identiques, les démarches marketing diffèrent selon la taille des entreprises, leur maturité vis-à-vis de cette fonction, le secteur d'activité et les types de marché exploité. Concernant une structure de taille moyenne ou petite, il convient d'adopter une approche simple, opérationnelle et efficace.

 

Un après midi également consacré au Rendez-vous Expert ou comment être confronté individuellement à un jury de professionnels et faire le point sur son projet, ses objectifs Un panel de juristes, experts-comptables, banquiers, conseillers créations ont ainsi abordé les aspects juridiques, fiscaux, sociaux, économiques,… des projets de création ou de reprise d’entreprise levant  les doutes et répondant sans tabou.

 

      CCICCI  

 

Deux mois plus tard, je retourne voir quelques participants qui ont envie de parler de leurs réalisations …à suivre donc !

 

  

 

CCIContact à la CCI Côte-d'Or

 Irène BIANCHI

 03 80 92 39 67

 irene.bianchi@cci21.fr

 

 

 

 

 

Crédit photos Marie Quiquemelle

m.quiquemelle@echodescommunes.com

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

La CCI de Côte d'Or délocalise ses réunions de bureau
La Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’or se...
Sensibilisation aux escroqueries bancaires
La CCI Côte-d’Or s’associe au Groupement de gendarmerie...
Atelier "L'importance de la communication"
Dans le cadre des rendez-vous pèriodiques organisés par la CCI de...
Forum Accessibilité - CCI Côte-d'Or
Pour tout savoir sur les évolutions de la réglementation et les...
Opération apprentissage à la Toison-d'Or
La CCI Côte-d’Or organise, dans le cadre de la Semaine nationale de...
Les Jeunes Entreprises rencontrent les "experts Alizé"
Les grandes entreprises de votre territoire s'engagent gratuitement...
Commerces du Sud Côte-d'Or face à la réglementation accessibilité
La CCI Côte-d’Or organise, pour les commerçants, artisans et...
Invest in Côte-d'Or, des rencontres en or !
Invest in Côte-d'Or, structure initiée par la CCI 21, favorise...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *