Une seconde session pour la plateforme 100% bio à Aiserey

Le service bio de Dijon Céréales recevait, ce mardi 2 juin, une soixantaine de visiteurs (producteurs bio adhérents de la coopérative mais aussi clients du moulin Decollogne, représentants des coops partenaires d’Artemis et de l’administration) autour de la plateforme d'essais bio d’Aiserey mise en  place par Artémis à l'automne 2013

 

 

 

 

De rayonnement régional, la plateforme Artemis d’Aiserey propose, sur près de 4 ha, des essais pluriannuels dans des conditions identiques (grandes parcelles, rotations longues) à celles des exploitations bio.

 

Comme le rappelle Florence Ethevenot, responsable des expérimentations, « 4 axes de recherche majeurs ont été mis en place sur la plateforme, portant sur les rotations, la gestion du désherbage mécanique, de la fertilisation organique et la fertilité des sols. L’objectif est de bâtir des systèmes de cultures stables et rémunérateurs en AB, adaptés aux conditions pédoclimatiques de la région».

 

Sur cette plateforme qui reçoit l'appui technique de la chambre d'Agriculture de Côte-­?d'Or  et  de  Damier  Vert  (service technique  Dijon  Céréales),  sept  rotations quinquennales différentes sont désormais testées à Aiserey :

 

  1. Simples avec des cultures rentables (blé, soja, blé, soja, blé),
  2. Classiques à base de luzerne ou de trèfles (3 ou 2 ans),
  3. Diversifiées (triticale, soja, blé, pois, triticale) avec ou sans apport d’engrais.

 

En plus des essais variétés (blés, sojas) et de la fertilisation (étude de la dynamique de minéralisation des engrais organiques), la plateforme d’Aiserey s’intéresse à l’optimisation du potentiel en eau des sols, actionnant des leviers comme l’augmentation de la matière organique et la limitation de l’évapotranspiration.

 

Des indicateurs de sortie (agronomie, débouchés, économie, social) sont passés au crible dans les résultats pour mesurer la durabilité des systèmes mis à l’épreuve. La plateforme sert aussi de support à un programme de formation destiné aux agriculteurs bio.

 

 

Une belle carte régionale à jouer !

 

 

ARTEMIS AISEREY ECHO DES COMMUNESGérard Million, coordinateur du programme Artémis. précise «La plateforme bio Artemis met en évidence l’intérêt des associations blés/pois dans le cadre de protocoles mis en place avec l’Inra, avec un impact sur la qualité des blés, la quantité globale du mélange et la marge brute à l’hectare par rapport aux deux variétés semées en pure.

 

Ce sont des données qui ont aussi tout leur intérêt en agriculture raisonnée »

 

Cette matinée de terrain s’est poursuivie par un état des lieux de l’agriculture bio en Bourgogne Franche Comté, France, Europe et à travers le Monde.

 

Notre pays tient bonne place dans la production bio dans l’UE (1er  en poulets de chair, 2ème     en vaches  allaitantes,  lait, œufs  et  oléagineux,  3ème   en  céréales,  légumes,  vins),  la filière se développe régulièrement en amont et aval depuis 2008.

 

La Bio en France, c’est un marché de 5 milliards d’euros en 2014 multiplié par 5 depuis 1999. Un marché où le rayon frais domine (plus de 50% des ventes) et où l’origine hexagonale (76%)  est  mise  en  avant.

 

« Nous  avons  une  belle  carte  à jouer avec le    site    d’Aiserey,    des outils comme    le    moulin    Decollogne ou    le laboratoire  Cérélab.  Ce  sont  des  vitrines d’un véritable savoir-­?faire  d’une  filière régionale »,  note  Loïc   Viguier,  responsable   des   clients   industriels   pour   la meunerie du groupe Dijon Céréales.

 

DIJON CEREALES ET LE BIO...

 

Dijon Céréales collabore aujourd’hui avec une soixantaine de livreurs AB qui ont exploité quelques 5 500 ha de surfaces en 2014. La collecte progresse régulièrement, elle  pourrait  dépasser  les  7 000  tonnes  en  2015 (dont  près  de 4 000  tonnes  de  blé).

 

«Des  conversions  importantes  ont  eu  lieu.  La dynamique autour d’Aiserey et une nouvelle dimension pour la commercialisation avec l’entrée de notre coopérative dans Centre Bio, aux côtés d’Axéréal, sont des éléments moteurs pour le développement de ce secteur dans notre coop», estime Cédric Cap, responsable de l’AB pour Dijon Céréales.

 

ARTEMIS

 

Artémis   est née en   octobre   2010   dans   la   sphère   du   pôle   de   compétitivité Vitagora®.    

 

Cette    structure    de    R&D    agro-­?environnementale    rassemble    les coopératives   de   Bourgogne   Franche-­?Comté  (Dijon   Céréales,   Bourgogne   du Sud, Seine-­?Yonne, Intervaĺ et Sedarb,  les  Chambres  d’Agriculture  de  Bourgogne, Franche-­?Comté et Côte-­?d’Or, les unions nationales Invivo et Sofiprotéol, ainsi que la recherche (Université de Bourgogne avec Wellience, Inra).

 

                                ARTEMIS AISEREY ECHO DES COMMUNES

 

 

 

 

Source Dijon Céréales

 

 

 

ARTEMIS AISEREY ECHO DES COMMUNESContact Dijon Céréales : Didier Quintard

 

06.74.63.04.90

 

 

didier.quintard@dijon-cereales.fr  

 

 

 

m.quiquemelle@echodescommunes.com

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

MD concept fait revivre la RN71
En 2012, la population et les élus, dont le maire de...
Le microcrédit pour créer son entreprise ?
Face à un chômage croissant qui touche tout...
BIFI : L'exemple d'une entreprise locale
L'entreprise BIFI est née de l'idée de son actuel...
17ème édition du concours TALENTS BGE de la création d'entreprise : c'est parti !
Les porteurs de projet et nouveaux entrepreneurs ont jusqu’au 30 avril...
Suramortissement des investissements : une vraie bonne mesure !
Le Premier Ministre a annoncé ce matin un plan visant à stimuler...
La CCI de Côte d'Or délocalise ses réunions de bureau
La Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’or se...
VENTE-PRIVEE MIAM MIAM.
VENTE-PRIVEE crée près de 100 emplois en Bourgogne, dans le cadre...
Sensibilisation aux escroqueries bancaires
La CCI Côte-d’Or s’associe au Groupement de gendarmerie...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *