A Bussy Rabutin, Charlette Morel-Sauphar joue avec la lumière...

02 août 2015

Le château de Bussy-Rabutin c’est l’harmonie d’une architecture Renaissance et XVIIème éblouissante, un parc de 12 hectares de jardins à la française en gestion « eco-responsable », des plafonds et poutres peints qui évoquent tant la littérature et  l’amour que les affres de la guerre.  Ce soir, façades et tours se sont parées d’une danse multicolore et raffinée comme les éventails des Dames qui, autrefois, s’alanguissaient sous les arbres du parc.

 

 

 

Si le nom de Roger de Rabutin est parvenu jusqu’à nous, ce n’est pas uniquement en raison de sa parenté avec l’envoutante Marquise de Sévigné dont il reste le parfum de ces fabuleuses correspondances épistolières échangées avec  le comte. Non !

Écrivain, satirique et libertin français né le 13 avril 1618 à Saint-Émiland en Saône-et-Loire, Roger de Bussy-Rabutin est décédé le 9 avril 1693 à Autun. Outre l'Histoire amoureuse des Gaules et le discours prononcé, le 1 janvier 1665, lors de sa réception à l'Académie française, Bussy-Rabutin laisse sept volumes de lettres et divers autres ouvrages.

 

Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES Roger, comte de Bussy Rabutin écrivit autant qu’il se battit. Ce militaire et coureur de jupons invétéré a toujours eu le don de mettre les pieds dans le plat et fut à l’origine d’une sulfureuse affaire qui lui valu l’embastillement, puis, un an plus tard, la conversion de cette sentence en un exil perpétuel dans ses terres de Bourgogne.

Autant dire…le bout du monde !

 

Mais le comte de Bussy dérange. Il a beaucoup d’ennemis, dont le puissant cardinal Mazarin...qui lui écrivit :

 

"Monsieur le comte de Bussy-Rabutin,

Étant mal satisfait de votre conduite, je vous fais cette lettre pour vous dire qu’aussitôt que vous l’aurez reçue vous ayez à partir de ma bonne ville de Paris et à vous acheminer incessamment en votre maison en Bourgogne et à n’en point partir que vous n’en aurez permission expresse de moi. (…)"

 

 

Le château du comte Roger de Bussy Rabutin, au creux dans un vallon de frais, au flanc de collines douces et sauvages de l'Auxois, est l’un des deux monuments bourguignons, avec l’abbaye de Cluny, ouverts à la visite et placés sous la responsabilité du Centre des Monuments Nationaux.

Il rayonne dans son écrin de jardins tirés au cordeau, entourés de ses douves et bassins. Une blancheur dont Charlette Morel-Sauphar a animé les façades, les colonnes et les sculptures de ses gravures étirées, allongées, plaquées contre les pierres séculaires…

Elle éveille … réveille… ainsi l’architecture par un regard contemporain, coloré et sensible pour  inviter l'oeil et l'esprit à une déambulation hors du temps… immatérielle.

Elève de l’école des Beaux Arts de Mâcon en gravure, sculpture et calligraphie chinoise, Charlette Morel-Sauphar pratique en même temps, la gravure expérimentale. Tout au long de son parcours, elle emploie, maitrise et s’adonne à la création pour sortir cette pratique artistique qu’est la gravure, de « son ghetto pour initiés ».

 

En 2001, elle la met au centre d’un nouveau concept : la diastampe. La gravure n’est plus objet mais « pellicule » diffusée à travers le vidéoprojecteur.

L’Institut National pour la Propriété Industrielle lui délivre le 16 février 2001, un brevet d’invention pour Diastampe (procédé de fabrication de gravure projetée) et dépôt de marque.

Elle enlumina de ses créations les grandes élévations millénaires du grand transept roman de l’abbatiale Cluny, mais aussi la cathédrale Saint-Vincent de Chalon-sur-Saône, l’église Saint-Pierre de Mâcon ainsi que des monuments à Genève et en Israël.

 

« Je pense que les oeuvres d’art peuvent montrer que l’esprit ne s’arrête pas là où l’on croit, et que l’environnement dans lequel on vit ne s’arrête pas là où l’on croit qu’il s’arrête. L’esprit et l’environnement sont une seule et même chose ; mon art est d’essence méditative : dans le territoire de l’art on ne s’affirme pas, c’est le territoire du jeu et des hypothèses. La méditation artistique est donc par essence interrogative, méditative ».Charlette Morel-Sauphar

 

Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNESLa visite du château s’est faite à la nuit tombée. Les salles, sublimées par ces éclairages ont retrouvé, le temps d’un soir, leur atmosphère originelle. La galerie des portraits craque de ses parquets cirés.

Et comme nous ne sommes plus que deux visiteurs pour qui on a, avec courtoisie et gentillesse, réouvert les portes silencieuses… la visite se fait à la seule lueur d’une petite lampe.

 

Les langues se délient et sous le regard de Louis XIV qui ne pipe mot, on évoque les petits matins d’hiver quand il ne fait pas bien clair et que, sans savoir pourquoi, on se demande bien qui  est là à écouter ou épier les premiers pas du jour. On en frissonne un peu, car parfois, mais seulement parfois, on n’est pas tout à fait tranquille malgré tout.

 

Les murs ont une âme… c’est bien sûr… Et ce soir, ceux de Bussy se sont parés de dentelles étranges et dansantes, de couleurs étonnantes transcendées par la lumière et la nuit, sous un ciel dont Molière eût dit « il fait noir comme dans un four, et le ciel s’est habillé ce soir en Scraramouche ».

 

Si nous pouvions y joindre le son, je vous convierais à l'écoute de Lully pour feuilleter ensemble ce petit recueil !

 

    Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES

     Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES

     Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES

     Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES

                        Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES

« La faiblesse de craindre les comètes n'est pas moderne. Elle a eu cours dans tous les siècles, et Virgile, qui avait tant d'esprit, a dit qu'on ne les voyait jamais impunément » Lettres, à Madame de Sévigné, 8 janvier 1681

 

 

 

 Charlette Morel-Sauphar BUSSY 2015 ECHO DES COMMUNES

 

Crédit photos Marie Quiquemelle

m.quiquemelle@echodescommunes.com

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Les jeunes et le patrimoine... avec le Pays d'art et d'histoire de l'Auxois
Pendant toute une semaine, les jeunes de l’école de loisirs de...
Lanternes magiques et fantasmagories chez Monsieur le Comte !
Nous sommes chez Roger Bussy Rabutin, comte et libertin de son état...
Trésors cachés... patrimoine révélé avec le Musée de Nuits Saint Georges !
Aboutissement d’une vaste opération d’étude des...
Perché sur la Colline ou le festival totalement barré de Collin'Art !
Si en grimpant la côte, qui monte vraiment, sur ta bicyclette à...
L'Ecole des Beaux Arts de Beaune à votre porte.
Dans le cadre d’une politique de proximité culturelle, l'Ecole des...
AUX PORTES DE LA RESTAURATION
Chantier de restauration pour les 400 ans de la porte de la chapelle des...
Lancement de l'appel à projet "Jeunes Talents-création contemporaine"
Depuis 2009, le Département remet un « Prix Jeunes Talents...
On ne décline pas une invitation au Château de Pommard...
Pour le vernissage de l’exposition du sculpteur Christian LAPIE et du...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *