Gare de Leuglay, terminus tout le monde s'arrête !

12 juillet 2015

Propriétaire depuis 1995 du site de l’ancienne gare, la commune de Leuglay à travers un groupe de commanditaires constitué de conseillers municipaux autour de François Maire du Poset puis Françoise Spillmann, successivement maires, accompagnés de Françoise Naudet et des membres de la commission de la gare, a sollicité l’appui de la Fondation de France à travers son programme Nouveaux commanditaires dans le but d’y créer un pôle touristique et culturel atypique. Une idée qui s’inscrit dans une volonté plus ancienne de plusieurs communes du territoire de réhabiliter la voie de chemin de fer désaffectée.

 

 

 

 

C’est dans ce contexte rural, où existe déjà une dynamique touristique et culturelle affirmée, que les commanditaires encouragés par Xavier Douroux, médiateur agréé de la Fondation de France, ont souhaité prolonger cet élan.

 

Ils proposent une offre différenciée répondant aux besoins de tous les publics dans une logique de cohérence avec les exemples architecturaux novateurs déjà présents dans la région – Carré rouge à Villars-Santenoge, Habitats Légers et Club House du golf de Salives, passerelle et labyrinthe végétal de la Maison de la Forêt à Leuglay…ou le circuit des lavoirs.

 

Conçu en résonnance avec la Maison de la Forêt, le projet met en œuvre le savoir-faire local du bois. Il réunit les bâtiments de la gare et de la halle de marchandises réhabilités et la création de cinq gîtes touristiques sur un même site. Pari réussi d’un patrimoine préservé associé à des créations contemporaines générant une économie de proximité.

 

 

Un peu d’histoire avec Françoise Spillmann... toute jeune maire de Leuglay !

 

 

GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNESEntourés des élus de la commue et des membres de la commission de la gare, Françoise Spillmann, toute jeune maire de Leuglay a rendu hommage à François Maire du Poset, depuis 30 ans au service de la commune, qu’elle remplace depuis 56 jours dans ce jolie village de 328 âmes.

 

Inaugurée le 17 décembre 1882, la gare de Leuglay-Voulaines, qui vit passer  les derniers trains à vapeur de France, est située sur la voie ferrée reliant Châtillon sur Seine à Marcilly sur Tille.

 

Elle est un témoignage intact des gares rurales de la Compagnie des Chemins de Fer de l’Est construite à la fin du 19ème siècle.

La ligne était ponctuée de 16 gares, dont la belle gare PLM de Châtillon sur Seine et de 28 maisons de garde barrière.

 

Cette ligne a connu un gros trafic de voyageurs et de marchandises (à titre d’ex : en 1937, 5 447 voyageurs sont passés par la gare et 9 137 tonnes de marchandises y furent enlevées).

 

Des films l’ont prise pour décor, notamment en 1973 « Le Train » avec Romy Schneider et Jean Louis Trintignant, en 1975 « On a retrouvé la 7ème compagnie »  avec Jean Lefevre et Pierre Mondy.

 

Le transport de voyageurs s’est arrêté en 1969, celui des trains à vapeur en 1975, le trafic marchandise perdure jusque dans les années 1980.

 

En 1995, à l’initiative de Jean Naudet, alors maire de Leuglay, la commune fait l’acquisition des bâtiments et d’un hectare de terrain attenant.

 

«Entreprenant et visionnaire, Jean a eu l’intuition que l’on pouvait y bâtir un beau projet (aujourd’hui réalisé) et nous lui en sommes infiniment reconnaissants ».

 

 

A partir de ce moment là et jusqu’en 2008 des projets émergent.

 

 

Puis après plusieurs esquisses, la commune développe avec l’aide de la Fondation de France au travers du Programme Nouveaux Commanditaires, un projet architectural original et cohérent qui permet à la fois : Une mise en valeur du site, l’organisation des différentes fonctions d’accueil, l’hébergement de touristes dans 5 gîtes à ossature bois, l’organisation des fonctions d’accueil de créateurs et amateurs d’art dans la halle de marchandises autour de l’œuvre de Nancy RUBINS, artiste américaine.

 

Enfin un style et une conception d’ensemble des bâtiments et des espaces, avec une architecture remarquable dont la maîtrise d’œuvre a été confiée à un architecte renommé, Adelfo Scaranello.

 

« En donnant un nouvel usage et une nouvelle attractivité à ce site, nous voulions l’inscrire dans la re dynamisation de notre village, de la Maison de la Forêt, des commerces et du Pays Châtillonnais dans son ensemble et dans la perspective du futur Parc national des Forêts de Champagne et Bourgogne. 

 

Bien conscients que l’ouvrage ne serait réalisable qu’avec l’apport de subventions publiques et privées, nous nous sommes lancés dans un activisme administratif, dont François m’a confié la charge. J’ai pu me reposer sur l’infatigable consultante Françoise Naudet, pour l’aide au montage des dossiers, ses conseils et la communication autour de ce projet » exprimera Françoise Spillmann.

 

C’est alors qu’a commencé un véritable combat que chacun qualifiera de…sportif !

 

Un marathon d’allées et venues entre tous les services de nos possibles financeurs, véritable saut d’obstacles,  escalade vertigineuse de dossiers en tous genres … la simplification administrative a encore un bel avenir !

Mais il y eut des interlocuteurs solides !

 

 

 GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES

 

Hubert Brigandalors président de la Communauté de Communes du Pays Châtilonnais, Sophie, Florence et Katia pour leur aide à démêler la pelote des énigmes de la participation financière de chacun des partenaires.

 

Les services de l’Etat, à la sous préfecture de Montbard et les encouragements de Madame Gunigue-Boppe, relayée ensuite avec bienveillance par son successeur Olivier Huisman.

Patricia Fourrier, alors secrétaire générale de Monssieur le Sous Préfet qui n’a  autorisé personne à baisser les bras.

 

François Patriat et le Conseil Régional de Bourgogne qui,  à la demande du Maire, nous a alloué une rallonge supplémentaire.

 

François Sauvadet et le Conseil Départemental qui ont convaincu les autres partenaires de participer à ce projet, et tout particulièrement Anne Leclerc Chalvet précieuse dans l’ingénierie du projet.

 

Aussi le 22 mars 2012 avec 7 voix pour 10 votants, le maire et le conseil municipal ont délibéré : La réalisation de ce projet a été acceptée et confiée au cabinet d’architecture Scaranello, le suivi technique étant assuré par Monsieur Fischer du Cabinet Image et Calcul.

 

 

GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES       

                                        Technique du pavé de bois debout utilisée ici dans la plus pure tradition

 

 

En parlant financements

 

 

La création de 5 gîtes pour un montant global de 766 094.97 euros hors taxe

 

L’EUROPE(LEADER) pour 41 564.42 €

 

L’ETAT(DETR) pour  258 907.11 €

 

La  REGION (CREDIT PAYS) pour 150 000.00 €

 

Le  DEPARTEMENT (ACOR)       pour 72 079.47 €

 

AUTOFINANCEMENT à hauteur de 243 543.97 €

 

A toute cette liste, nous ajouterons une aide de 4 500 €  sur la réserve parlementaire d’Alain Houpert et  affectés à des aménagements extérieurs.

 

Tout ceci fut possible en  profitant des crédits accordés au Pays Châtillonnais, aucun autre projet n’ayant été retenu cette année là.

 

C’est ainsi qu’après les consultations règlementaires, 7 entreprises sont retenues, dont 5 le secteur géographique de Leuglay.

 

                         GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES

 

 

Terrassement - VRD  SCHMIT de Vanvey qui sous traite la partie espaces  verts à L’entreprise NAUDET de Leuglay

 

Gros œuvre GIRARDET d’Etalente

 

Charpente - ossature bois  CEM de Couternon

 

Etanchéité SFCA de Ornans

 

Menuiserie extérieure PETIT H de Chalencey

 

Menuiserie intérieure PETIT H de Chalencey

 

Cloisons - doublage – peinture COLOMBO Bure les Templiers

 

Chapes – faïence ALLO TOUS SERVICES de Buncey

 

Electricité  (idem)

 

Deux entreprises autres entreprises sont intervenues : l’entreprise Cailletet de Leuglay pour la reprise de la toiture, la zinguerie et les enduits et l’entreprise Petit déjà citée pour les huisseries et le sol en bois debout de chêne local.

 

Entreprises qui ont respecté les coûts (pas de surcoût).

En octobre 2013, le début des travaux est lancé. L’ensemble de l’ouvrage est réceptionné en février 2015.

 

Un soin particulier a été apporté à l’aménagement des gîtes, le choix étant fait  quand c’était possible, de mobilier fabriqué localement, comme les chaises de l’entreprise Regnier de Clairvaux, et les canapés Gruhier de Tonnerre.

 

Ces travaux ont été entièrement financés par des dons : de la Fondation de France, de la Fondation du Patrimoine et de généreux souscripteurs.

Françoise Spillmann a chaleureusement remercié  les amis, les souscripteurs d’ici et d’ailleurs, souscription reste ouverte jusqu’en octobre 2015 pour améliorer l’aménagement extérieur et des travaux supplémentaires dans la halle.

 

Xavier Douroux, médiateur agréé de la Fondation de France pour la Bourgogne qui a cru en nous dès le départ (il y a 15 ans !). « Il nous accompagnés avec obstination, et en tant qu’important donateur, nous a permis de mener ce projet à son achèvement. »

 

Monsieur Guillet, délégué départemental de la Fondation du Patrimoine et son directeur Monsieur Menegon, pour leur implication et leur don.

 

 

  GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES

 

Claude Patriat, Président du FRAC de Bourgogne et à Astrid  Handa-Gagnard et son équipe pour le dépôt exceptionnel d’une œuvre monumentale de leur collection «  Je m’adresserai directement à l’artiste Nancy RUBINS : « thank you Nancy for your kindness et your spontaneity » et bonne fête nationale en ce 4 juillet. Merci  à son équipe de montage, les sympathiques Collins et Jean-Marie ainsi que  Diane et   Pomme  du FRAC. »

 

L’œuvre arrivée à Leuglay en pièces détachées a demandé 15 jours de patience pour assembler tous les morceaux de ce gigantesque puzzle.

 

« Et je ne saurais terminer mon intervention sans remercier celles et ceux qui se sont investis dans cette réalisation.

 

Pour le côté dossiers notre fidèle secrétaire Sylvie, pour la surveillance rapprochée du chantier, tout spécialement Joël « notre pro » de la commission de la gare et notre adjoint Michel, les conseillers pour des bricolages en tous genres et selon les besoins assistés de leurs conjoints, les employés communaux, les habitants de Leuglay qui nous ont « meublé » en partie la gare et maintenant Marie-Rose responsable auprès des gîtes de France pour le suivi et l’accueil de nos clients secondée par Marie-Alice qui assure l’entretien de l’ensemble. »

 

« Nous sommes rassurés sur la pertinence de ce projet par la bonne fréquentation de nos gîtes depuis l’ouverture (400 personnes à ce jour dont 45 enfants), les excellentes appréciations des locataires, et l’impact économique auprès de nos commerces. Que ceux que j’aurais pu oublier me pardonnent,  je ne suis qu’une « jeune maire ».

 

Claude Patriat, s’est exprimé au nom du FRAC de Bourgogne

 

«Je voudrais vous parler d'un mystère : celui des apparences, ou, ce qui revient au même, celui de l'art. Car le propre de l'art, c'est d'être autre chose que ce qu'il parait être. Ainsi, cela a l'air d'être une gare, aucun train n'y passe plus cela se présente comme une halle de marchandises, elle n'en comporte aucune !

 

Cela a l'air d'un avion sans ailes, mais qui n'est pas sans elle. Et tout autour de nous, cela a l'air d'un village endormi, c'est une cité de culture vivante.

 

Ce qui se passe ici et maintenant, c'est ce miracle de la transformation du sens par la culture. Un patrimoine tranquille, dans un environnement forestier séculaire, si cher a l'âme du grand Hugo.

 

 

GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES«Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,

 

Dans tout  ce qui m'entoure et me cache à la   fois,

 

Dans votre solitude ou je rentre en moi-même,

 

Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute et qui m'aime  »

 

 

(Dessin de Victor Hugo, Les Arbres extrait des Comtemplations)

 

 

Permettre a tous, quel que soit le lieu, quelle que soit la condition, de rencontrer l’émotion, de se sentir au monde, c'est, modestement ce à  quoi le FRAC Bourgogne tente de contribuer.

 

Irriguer les territoires de notre région, briser le mur de l'isolement, confronter le passe qui s'enfuit et le présent qui nous échappe, revisiter le patrimoine en l'intégrant  au  mouvement  créatif, voila  qui explique  notre  présence et rassemble aujourd'hui.

 

S'il y a bien une force de  l'art contemporain, c'est  cette  capacité  des  artistes  à affronter  le  réel dans  ce  qu'il  a de prosaïque pour en élever le sens.

 

C'est pourquoi nous avons activement accepte de nous intégrer a cette action de la Fondation de France, action durable, forgée avec une longue persévérance. Pour participer a cette vitalité du territoire et de son patrimoine, nous avons choisi d'installer de manière pérenne une œuvre emblématique de notre collection : celle de Nancy Rubins. Que dis-je « installer ». Je dois dire « recrée.»

 

Car Nancy est la, elle a traverse I'Amerique, I'Atlantique  et  la  France  pour  elle-même  organiser   la recomposition  de  son  œuvre.

 

Car  chacune de ses monstrations est une réinvention. A l'heure ou certains parlent de guerre des civilisations, Nancy nous propose le choc pacifique des cultures. Dans ce qui n'est plus une gare, mais reste plus que jamais une station, cette oeuvre résonne doublement.

 

Par son sujet, bien sur qui renvoie a des évènements du siècle dernier. Mais aussi, et peut-être surtout, parce qu'elle nous rappelle ce mouvement incessant qui nous entraine vers de nouveaux rivages, et qu'a la manière de ce grand Bourguignon qu'était  Lamartine : «  L'homme n'a point de port, le temps  n'a point de rive. II coule et nous passons. »

 

Pour Jérémie Brigand, tout jeune président de la Communauté de Communes du Pays Châtillonnais « Cette réalisation apportera de la vitalité au Pays Châtillonnais et surtout à la commune de Leuglay, qui est coutumière du fait, car elle accueille déjà le Centre d’interprétation de la forêt et ce depuis 1998.

 

   GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES

 

 

Qui est Adelfo Scaranello ?

 

GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNESAdelfo Scaranello vit et travaille à Besançon. Sa démarche architecturale développe des aspects particuliers liés aux spécificités locales tout en étant ouverte à un contexte d'idées auxquelles l'architecture est sensible, notamment l'art contemporain.

 

Souvent, ses projets sont des « architectures mesurées » quant à leur appartenance à un lieu.

 

Le dénominateur commun de ses constructions est marqué par le soin apporté aux études fonctionnelles des bâtiments et la réalisation rigoureuse des détails qui garantissent le vieillissement des réalisations.

 

Il a réalisé dans le cadre de l’action Nouveaux Commanditaires, La Maison des pêcheurs à Flée, La Halle du Marché à Arnay-le-Duc (avec l’artiste Marc Camille Chaimowicz), la réalisation d’hébergements touristiques modulables et du Club House du Golf de Salives.

 

 

Qui est donc Nancy Rubins ?

 

 

 

GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNESNancy Rubins née au Texas, en 1952, est une créatrice qui exprime son art au travers de sculptures monumentales et d’installations.

 

Son œuvre fait appel à des d'arrangements rayonnants d'objets de taille conséquente comme des télévisions, des appareils ménagers, des chauffe-eaux, des remorques, des matelas, des pièces d'avion, des barques, des planches de surf, etc.

 

Depuis le début de sa carrière, Rubins questionne la nature des techniques.

 

À l'université, elle travaille principalement l'argile, évitant la permanence de la céramique en désassemblant constamment ses sculptures, les faisant s'effondrer à nouveau dans les seaux ou en morceaux bruts.

 

Son œuvre de 1974, Mud Slip, Army-Surplus Canvas and Used Cups from Coffee Machine combine des matériaux trouvés avec de l'argile humide : elle ne dure que tant que l'argile ne sèche pas.

Nancy  Rubins commence alors à créer des assemblages, incorporant plus de détritus et matériaux trouvés dans ses œuvres.

 
 

Le mot ... le mot !

 

Pour les irréductibles de l’art dans les musées et de la sculpture contemporaine dissimulée des regard… l’art contemporain c’est aussi à la campagne…

 

Et je vous invite à lever le nez et à jeter un œil, voir deux aux à la gare de Leuglay où son œuvre monumentale est comme un hommage de la matière à ces voies ferrées de rouille, de métal et de milliers d’objets hétéroclites qui jonchent leur lignes droites. Une envolée peut-être lyrique, certes, de cette artiste mal connue en France et qui s’exposent dans les plus grands musées et parc du monde.

 

 

 GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES

 

 

Le mot de la fin !

 

La gare, restaurée, a été transformé en un espace de vie commun destiné aux locataires des gîtes et à l’accueil de groupes.

 

La halle de marchandises a fait l’objet d’attention particulière pour la restauration de ses portes d’origine en bois et la restauration/remplacement de son plancher en pavés de bois debout.

 

Elle conserve son volume originel et sa lumière naturelle. Des travaux qui ont pu être réalisés grâce au soutien de la Fondation du patrimoine et de la Fondation de France.

 

La présence de nombreuses personnalités, habitants et visiteurs, lors de cette belle inauguration, réconforte Françoise Spillmann et l’encourage ainsi que ses administrés à rester un village d’irréductibles gaulois qui ne veut pas mourir !

 

 

  GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES

 

 

 

Crédit Photos Françoise Naudet et Marie Quiquemelle

 

 

Leuglay lauréate des Trophées Côte-d'Or Partenaires, à relire ici   GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES

 

 

 

Et un petit clic pour une jolie claque .... GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES... poussez cette porte  ... !

 

 

    
 

       GARE DE LEUGLAY ECHO DES COMMUNES  Bulletin de souscription ci contre 

 

 

 

 

 

 

 

m.quiquemelle@echodescommunes.com

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Arc-sur-Tille : un 1er prix national pour un patrimoine local.
Mardi 27 mai, une délégation municipale,...
"Croix de nos villages" de Fontaine-Française et de ses environs.
Les croix de village font partie de l'héritage rural de notre...
A Saint seine l'Abbaye, les vieux métiers font rêver
L’Office de Tourisme du Pays de Saint Seine vous invite à...
Histoire des jardins de Fleurey-sur-Ouche aux XVIIe et XVIIIe siècles
À cette époque, Dijon s’urbanise rapidement à...
L'anis a maintenant son joli musée !
Il est petit, il est kiki, il est mimi…Il est tout mignon le petit...
En route vers les Climats du vignoble de Bourgogne... le nouveau dépliant touristique vient de sortir
Le nouveau dépliant touristique dédié au site des Climats...
L'appli Balades en Bourgogne a dépassé les 15000 téléchargements.
L'’application mobile Balades en Bourgogne a parcouru du chemin en un an...
La Société Historique et Touristique de Fontaine-Française en assemblée générale
Samedi, à la salle polyvalente de Fontaine Française a eu lieu la...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *