La brigade de gendarmerie d'Auxonne "placée en garde à vue" par l'Echo des communes !

08 juillet 2015

Nous avons eu l’autorisation de passer une journée entière en patrouille avec les Gendarmes de la Brigade Territoriale d’Auxonne. Une vraie découverte, une expérience étonnante, un accueil sympathique et direct. Des réponses cash. Parfois « off » ! Ai-je été affecté dans « la Brigade modèle », dans « l’appartement témoin du 21 » ou toutes les brigades fonctionnent-elles à l’identique ?

 

 

 

 

 

 

Mon sentiment, après de très nombreuses discussions avec des interlocuteurs différents, sans être «bisounours», m’oblige à écrire que je fus très agréablement surpris, voire étonné. Tous ces militaires méritent, incontestablement, notre respect et notre considération. Vous mettrez peut-être un terme à vos préjugés ? A vous de juger …

 

A 8 heures je suis reçu par le Major Thierry Magnin, Commandant de la Brigade. La Brigade compte 15 militaires et un gendarme adjoint volontaire. Disponibles par roulement 24 heures sur 24. Dans la nuit la brigade était intervenue sur un différend intra familial, un tapage nocturne et un accident matériel de circulation routière. Sans omettre au cours d’un service police route, effectué la veille, une vitesse de 161 km/heure sur une portion limitée à 90 et 4 infractions relevées pour conduite sous l’emprise d’un état alcoolique  !!! No comment.

 

Le rôle d’une brigade : mission de sécurité publique : mission première du gendarme qui consiste à préserver l’ordre public à travers un mode d’action dénommé « prévention de proximité », de sécurité routière, de police judiciaire, de renseignement ; mais également le contact avec la population et les élus locaux. Toujours répondre avec réactivité aux sollicitations nécessitant une intervention. La brigade peut être soutenue en cas de besoin par le peloton de surveillance et d’intervention de Dijon et, dans le domaine judiciaire, par la brigade de recherches de Dijon ; le cas échéant par l’engagement d’unités supplémentaires.

 

La brigade d’Auxonne intervient sur une zone au sein de laquelle la précarité sociale est assez conséquente dans la population. Ce qui peut générer des violences trop souvent liées à l’alcool et, comme partout, des problèmes de stupéfiants. Elle gère sur le canton la sécurité de 15.000 habitants. Les chiffres d’interventions ne sont pas communicables. Même en insistant un peu !!!

 

LA JOURNEE. LES PATROUILLES

 

La brigade de gendarmerie d'Auxonne - Echo des communesLa brigade de gendarmerie d'Auxonne - Echo des communes

 

8 heures 10. Après mon premier entretien avec le Major, je pars pour une première patrouille avec l’Adjudant-Chef Laurent F et le Brigadier Sébastien J. A la suite d’un appel concernant un vol sur une péniche. La climatisation de la voiture ne marche pas ! Dommage… Sur place les victimes ont fait ce qu’il ne fallait pas faire… Ils ont tout remis en place, tout rangé. Pour un relevé éventuel d’empreintes c’est terminé. Un conseil : ne touchez à rien avant l’arrivée des gendarmes. Peu de témoins dans le voisinage à l’exception d’une péniche menée par des Irlandais qui ont juste vu des jeunes vers 23.00 !

 

La brigade de gendarmerie d'Auxonne - Echo des communesPuis nous circulons en ville où les gendarmes sont régulièrement salués. Arrêt au magasin Casino dont le directeur profite de ma présence pour me dire qu’il apprécie vraiment la proximité et la disponibilité des gendarmes. Discussion sur la sécurité et la prévention au sein du magasin.

 

Nous poursuivons en zone rurale en passant par la Mairie d’Athée où nous sommes reçus très chaleureusement par le Maire, Serge Perron, qui lui aussi apprécie la présence, la régularité, la proximité et la disponibilité des gendarmes. La Mairie rénovée dans un château ayant reçu Louis XIV est un très beau bâtiment. Pas de problèmes particuliers.

 

La patrouille s’achève à proximité d’Auxonne par un contrôle routier (papiers et alcootest). Là, sans entrer dans les détails, je constate que « le tout répressif n’existe pas » !! Sur cet épisode j’ai constaté de la prévention, quelques remontrances (méritées !) et une véritable approche sociale.  Même si clairement, sur la route, la rigueur des gendarmes est totale et sans aucune concession sur les conduites addictives (alcool et stupéfiants), la ceinture, le téléphone portable, la conduite dangereuse. Là alors il n’est clairement plus question de social ou de souplesse mais bien de répression.

 

La brigade de gendarmerie d'Auxonne - Echo des communes13 heures 30. Je pars avec les Gendarmes Nicolas G. et Allan G. Mise en place d’un Eurolaser (ne dites surtout pas radar !) sur un rond-point avec vue imprenable sur une ligne droite de 500 mètres limitée à 50. Il fait chaud mais nous sommes à l’ombre des arbres… De toute évidence les voitures se dirigeant vers nous sont prévenues par des appels de phares. Ce qu’en effet j’apprécie aussi lorsque je suis conducteur ! Malgré tout certains ont un peu le pied lourd… Non, ce contrôle n’est pas du « racket ». Aucune verbalisation. Juste, une fois encore, une attitude de prévention et une incontestable « souplesse » ! Pour info : le gendarme est perçu comme traquant l’automobiliste au bord de la route ! Sachez que la présence sur la route ne représente que 12% de l’activité globale de la gendarmerie et une grande partie est assurée par les unités de sécurité routière. Dont acte !

 

 

Nous rejoignons ensuite l’autre patrouille pour un contrôle routier. Deux voitures, quatre gendarmes. Impossible de s’échapper !! L’endroit est judicieusement choisi … mais je ne peux vous dire où il situe !! Secret Défense (sauf pour les habitants d’Auxonne qui, eux, connaissent..). Une bonne vingtaine de contrôles (papiers, ceintures, alcootest…). RAS. Là aussi quelques remontrances sans verbalisation. L’une des voitures arrêtées avait été contrôlée et…  verbalisée la veille. Pour ce qui la concerne tout était donc parfaitement en règle !!!

 

15 heures 45. Je repars (dans la voiture non climatisée…) avec l’Adjudant Vincent L. et le gendarme Sébastien W. La patrouille s’inscrit dans le cadre de l’opération « tranquillité vacances ». Nous nous rendons à plusieurs adresses dont les propriétaires ont signalé leur absence afin que la gendarmerie passe pour s’assurer que tout est en ordre et sans dégradations. La surveillance est sérieuse.

 

17 heures 45. Je rentre… à 130 sur l’autoroute !!

 

 

MON ANALYSE… QUI N’ENGAGE QUE MOI !!

 

Ceux que j’ai rencontré et avec lesquels j’ai passé quelques heures sont unanimement d’accord pour apprécier dans leur activité de gendarmes, de militaires, une activité non monotone, inattendue chaque jour, variée, toujours imprévue même s’ils retrouvent trop souvent sur certains faits « des têtes et pédigrées connus ». « On a vraiment l’impression de servir, d’être utiles ». Certains rêvaient d’être « gendarme ou pompier » dès l’enfance, d’autres sont issus de familles de gendarmes, d’autres furent gendarmes mobiles. Pour tous, le lien social avec les habitants et les élus est une réalité qu’ils assument avec plaisir. Manifestement cette reconnaissance de la population est un atout pour eux et leur permet de vivre des moments plus difficiles.

 

Aucune culture du tout répressif. Contrairement à l’imagerie qui trop souvent tend à dire que, par exemple, les contrôles routiers servent à remplir les caisses de l’Etat.

 

Les heures de travail sont très nombreuses, les astreintes également. Le gendarme habite à la brigade, donc sur son lieu de travail, ce qu'il « paye » en disponibilité. Le métier de gendarme ne se limite donc pas au temps passé du départ en service au retour de ce service, cela va bien au-delà puisqu'en cas de coup dur, on peut rappeler tous les personnels qui peuvent reprendre le collier en quelques minutes. La capacité de montée en puissance est donc importante et on le voit à chaque événement grave, la gendarmerie peut projeter rapidement son personnel sur le terrain. C'est un des modes de fonctionnement majeurs de l'institution de même que le maillage territorial qui fait que les brigades sont réparties sur tout le territoire.

 

Le matériel et les logements devraient s’améliorer progressivement en respectant les contraintes budgétaires. En militaires, ils assument totalement et les critiques sont très rares. Même quand il fait une chaleur torride. J’ai vraiment été impressionné par leur engagement, leur manière d’appréhender leur mission, leur disponibilité. J’ai rencontré des personnes intéressantes et motivées.

 

Non il ne s’agit pas d’un article de complaisance ni d’un publi-reportage… En 68 j’étais sur les barricades !!! Et non je ne suis pas – encore – un vieux crouton réac !!

 

NB : Les appels de phares. Sans même parler des situations dramatiques, des alertes enlèvements, des évadés de prison… n’oubliez pas qu’un appel de phares peut aussi servir à celui qui vient de voler votre voiture !!!

 

NB : Existe une Page Facebook de « la gendarmerie de côte d’or » sur les activités de la gendarmerie, des infos diverses, nouvelles réglementations mais aussi des mises en garde, des appels à témoin …

 

Mes remerciements au Lieutenant-Colonel CORTOT, au Major MAGNIN, à tous ceux de la Brigade Territoriale d’Auxonne et au Major ROUSSEL qui fut mon premier contact.

 

 

La brigade de gendarmerie d'Auxonne

Xavier MULLER

Correspondant Echo des Communes Pays Beaunois

06 09 72 56 94

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Comment faciliter la vie des personnes âgées dans les communes de Côte-d'Or ?
En 2035, plus de 30% de la population française aura plus de 60...
COMMUNE CHERCHE MEDECIN DESESPEREMENT.
La désertification médicale nous guette.L'état des lieux...
Quel avenir pour la ruralité ?
Lutte contre la désertification des campagnes, dynamisation...
Un Vill'âge Bleu à Dijon pour les personnes âgées.
Alternative entre le domicile et la maison de retraite, le concept de...
Un nouveau Centre Social et Relais des Services Publics, à Arnay-le-Duc
Le CSRSP  rassemble dans un bâtiment unique une...
Orvitis : des travaux d'éco-rénovation sur 450 logements
Joël ABBEY, Président, et les membres du Conseil d'administration...
Bilan 2014 de la Fondation " AGIR en Champagne-Bourgogne "
En aidant financièrement 54 projets pour un montant de 141 361...
Mal-logement, quelle responsabilité pour le maire ?
La lutte contre le mal-logement demeure une priorité depuis 2006 sur le...
quiquemelle
a publié le 08/07/2015 19:32
Ouf...contente de savoir de nous avons fréquenté les mêmes que barricades (enfin j'étais plus p'tite) Et que vous ne soyez pas un vieux croûton réac ! L'honneur est totalement sauf. Bravo pour cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *