Sequana lève son voile aux Sources de la Seine

03 juin 2015

Depuis quelques années les Sources de la Seine voient passer projets et beaux évènements. L’Association des Sources de la Seine en collaboration avec la Ville de Paris, propriétaire du site et le musée archéologique de Dijon ont mené fouilles, restauration du Chalet Corot et de nombreux aménagements. Rendre aux Sources sa  déesse était un projet de longue date qui a vu son apogée par l’inauguration de la nouvelle statue, œuvre d’Eric De Laclos  et fruit d’une souscription sous forme de mécénat.

 

 

 

 

Pour tous les bénévoles qui interviennent toute l’année sur le site des Sources, comme pour les visiteurs et les souscripteurs, ce moment fut d’émotion, de verdure et de chants d’oiseaux.

 

Antoine Hoareau, président de l’association s’est souvenu « Il y a un peu moins de deux ans, durant l'été 2013, je revois Eric en train de sculpter des ex- voto dans le cadre des animations estivales que nous proposons aux visiteurs chaque été. Lors de nos nombreuses discussions, Eric me fait part d'une idée qui germe dans son esprit d'artiste et de passionné de sculpture gallo-romaine : reproduire à l'échelle 1 la statue de la Déesse Sequana à partir du modèle découvert au XIX° siècle par Henri Baudot »

 

L'idée va germer quelques mois encore et l'association des sources de la Seine décide de porter ce projet lors d'une décision collective prise en assemblée générale en janvier 2014.

 

 

Mais le travail ne faisait que commencer.

 

Comment imaginer les parties manquantes, la statue retrouvée n'ayant ni tête, ni bras, ni attributs ? Comment ne pas se tromper dans l’interprétation sacrée de cette déesse ?

 

 

On ne savait qu'une chose… elle était assise et sa main gauche était posée sur son genou.

Eric De Laclos va alors faire des recherches, consulter des avis pour établir un premier dessin qu'il présenta le 22 mars 2014.

 

Le travail et les conseils avisés de Christian Vernou, conservateur en chef du musée archéologique de Dijon, qui participa activement à la validation des choix proposés par le sculpteur  furent précieux.

 

Mais au delà du travail de composition de la statue, le projet a nécessité la mobilisation des membres de l'association des sources de la Seine pour la recherche des financements du projet, projet à hauteur de 4 000 €.

Somme modeste au regard du besoin que les sources de la Seine auront à mobiliser dans l'avenir, mais important pour l’association qui espère que ce projet marquera le début d'une longue série de réalisations pour les sources de la Seine.

 

 

Antoine Hoareau à salué et remercié très chaleureusement M. Bernard Babouillard, carrier à Chaume-les-Baigneux, qui a offert la pierre de la statue et a offert un beau cadeau pour la pierre du socle.

Patrick Molinoz, maire de Venarey, président de la Communauté de Communes d’Alésia et de Seine a soutenu le projet à travers son enveloppe de fond d'aide à la vie associative à hauteur de 1000 €.

 

Une fois ces soutiens mobilisés, l'association a lancé une souscription publique qui  a permis de récolter 2 305 € auprès de 42 souscripteurs individuellement et collectivement remerciés. Sans cette mobilisation d'importance, le projet n'aurait pu se faire. Cette souscription donne une ampleur très symbolique à cette statue, elle est l’œuvre d'un artiste, mais elle n'a pu naitre que d'une volonté collective.

 

Une fois n’est pas coutume, le président de l’association a remercié les services fiscaux qui ont reconnu en 2014 l'association des sources de la Seine comme étant « d'intérêt général ».

Cette reconnaissance permet d'émettre des reçus-dons permettant aux  donateurs de bénéficier d'une réduction d'impôt de 66 % de leur don.

La plate-forme Graines de Start, portée par le Pôle d’Économie Solidaire de Dijon, a aidé l’association dans cette démarche de souscription publique.

 

Après avoir réalisé un plâtre, Eric De Laclos a sculpté en direct aux sources de la Seine du 17 juillet au 17 août. Ce fut une belle aventure, à la fois pour les très nombreux visiteurs des sources de la Seine mais aussi pour les locaux !

 

Nombreux sont ceux qui sont venus, revenus et encore re- revenus voir l'avancement du travail durant l'été.

 

C’est avec chaleur que le président a salué les membres du bureau et les bénévoles de l'association, qui se sont mobilisés, tant en matériel qu'en temps, pour l'installation du stand de sculpture, pour la mise en place de la pierre puis la mise en place du socle et de la statue.

 

Pour terminer Antoine Hoareau s’est exprimé « je souhaiterais remercié l'ensemble des services de l’État, en particulier M. le sous-préfet de Montbard, Olivier Huisman, l’inspectrice des sites de la DREAL, Laurence Ruivilly, et le Service Régional d'Archéologie en la personne d'Yves Pautrat, qui ont été  à nos cotés pour le choix de l'emplacement de cette statue ainsi que la Ville de Paris, M. Eric Redlinger, ingénieur au service des canaux, qui nous a autorisé et laissé une très grande liberté dans la réalisation de ce projet.

 

 

                                    

 

Un remerciement également à la Mairie de Source Seine, qui n'a pas soutenu ce projet propre mais qui soutien le fonctionnement de l'association avec une fidélité inégalable. »

 

Les sources de la Seine vivent depuis quelques années une nouvelle dynamique : animations estivales, rénovation du chalet Corot et présentation au public d'une exposition permanente sur le site, nouvelles publications scientifiques ou encore reprise des recherches archéologiques.

 

Le tout dans un véritable esprit collectif, synonyme de la volonté des habitants du territoire de voir les Sources de la Seine reconnues à leur juste niveau. Cette réalisation était une étape importante dans la reconnaissance de la capacité de l'association à porter un projet d'envergure.

 

« L’objectif était de redonner sa déesse à la Seine en faisant se rencontrer l'art et l'histoire, je crois que nous pouvons aujourd'hui être fier collectivement car cet objectif est largement réussi ! »

 

Eric De Laclos plus prompt à tailler la pierre et à chanter qu’à faire de longs discours a expliqué qu’il s’est inspiré d’un modèle Gallo Romain « rencontré » au musée archéologique de Dijon pour réaliser Sequana et plus particulièrement son visage.

 

Un visage aux yeux fixes, et dont la bouche anatomique a été  la seule concession du sculpteur pour la rendre accessible à nos contemporains.

 

En position assise, comme se veut une statue votive de l’époque antique, Sequana incarne la force guérisseuse que chaque pèlerin pouvait alors lui attribuer et aux pieds de laquelle il pouvait déposer des offrandes en gage de foi, de piété et de remerciements.

 

Votive, cette statue au drapé antique et droit pose une main gauche sur son genou…tandis que ne sachant rien au sujet de la main droite, l’artiste a composé celle-ci posée de la même manière et dont  les doigts s’opposent en triangle à celle de la main gauche. Une position de sage prête à écouter souhaits et craintes des fidèles.

 

Eric de Laclos livre ces jolis mots «  j’ai été guidé par une main… à chacun de lui trouver un nom… À mes yeux, cette statue accompagne la renaissance des Sources de la Seine, mais aussi la foi dans la vie, le combat contre la mort, la souffrance, la reconnaissance. »

 

 

Pas de fêtes sans de belles agapes qui se sont voulues plus que gourmandes en tartes aux orties, crêpes de consoude, saucissons aux multiples parfums de cèpes, de baies ou de miel.

 

Un banquet abrité du vent et du ciel menaçant où l’on a pu se régaler de salades de lentilles ou de pois aux fleurs d’oseille, de trèfle ou de roses… de jambons braisés suivis de fromage frais aux herbes fraiches ou au miel de l’Auxois et bien sur de miches cuites à point et brunies à souhait.

 

 

Pas d’agapes sans des desserts à la hauteur de l’époque fleurant et goutant miel amande et châtaigne… Et le vin me direz-vous ? Chhuuttt…

C’est le doux breuvage d’orge et de malt grillé qui réchauffa des convives d’un printemps un peu fraichou aux sons de la vielle et du biniou… se régalant des chants au combien savoureux de deux musiciens chanteurs sculpteurs au demeurant fort joyeux !

 

Et chaque convive repartit avec une larme de déesse… éclat de pierre brute … dans lequel chacun racontera son histoire … à Sequana !

 

 

                                      

Authentique casse... noix de ...l'âge de pierre...

Mais qui est donc ce Pierre ... qui inventa alors...le casse noix ?

 

 

 

 

Et à relire ici

 

 

 

Crédit photos Marie Quiquemelle

m.quiquemelle@echodescommunes.com

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

La Bourgogne : destination touristique de portée internationale
François Patriat, président du conseil régional, a...
"Croix de nos villages" de Fontaine-Française et de ses environs.
Les croix de village font partie de l'héritage rural de notre...
Office de Tourisme des Vallées de la Tille et de l'Ignon
Située entre Dijon et Langres, la Communauté de communes des...
Office de Tourisme de Marsannay la Côte
Marsannay-la-Côte, surnommée la “Porte d’Or de la...
Office de Tourisme du Mirebellois
Au carrefour des territoires des Lingons et des Attuariens, le Mirebellois eut...
Office de Tourisme du Montbardois
Le Canal de Bourgogne s’étend sur 242 Km de Saint-Jean-de-Losne...
Office de Tourisme de Nuits Saint Georges
Nuits-Saint-Georges conjugue l'intimité et le pittoresque d'une...
Office de Tourisme de Pontaillier Val de Vingeanne
La Plaine de Saône est riche en bocages. C’est à Pontailler...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.