Mobilité électrique, branchez-vous à Talant.

04 décembre 2014

Jeudi 4 décembre 2014, Gilbert Menut, Maire de Talant et Vice-président du Conseil Général de la Côte-d’Or, a officiellement inauguré la première borne publique de recharge pour véhicule électrique en accès libre, en compagnie de Jacques Jacquenet, Président du SICECO. Une première pour une collectivité territoriale dans l’agglomération dijonnaise !


 

 

 

 

Anticiper le mode de déplacement de demain
La promotion du véhicule électrique est une des priorités actuelles du Gouvernement. Au delà des intentions, il paraît indispensable de compléter l’offre de véhicules par une infrastructure de recharge adaptée. Pour aller au devant d’un usage croissant de véhicules électriques mais aussi pour l’encourager, la ville de Talant a décidé demontrer l’exemple. L’aménagement de la voirie est réalisé par la ville de Talant et l’infrastructure de charge est installée par le SICECO auquel la commune a transféré cette compétence.

 

Une borne installée à un endroit approprié
La borne a deux objectifs : proposer un point de charge pour des utilisateurs locaux qui auraient besoin d’un complément de charge pour achever leur parcours ou pour des visiteurs réalisant des trajets de plusieurs centaines de kilomètres.
La première borne de recharge pour véhicule électrique de Talant, fabriquée par le constructeur SOBEM à Sainte-Marie-sur- Ouche, est placée au carrefour de l’avenue du Général Canzio et de la rue des Moulissards. Ce site a été choisi en raison de sa facilité d’accès et de la relative proximité des commerces et de la Lino. Les travaux d’installation ont été réalisés par l’entreprise CITEOS. Le système de supervision et de paiement est développé par la société TECHNOLIA.
La borne permet une recharge accélérée ou lente, pour « faire le plein ». Deux voitures pourront l’utiliser en même temps. Le paiement se fera par carte bancaire sans contact par tranche de 15 minutes (0,10 € les 15 minutes pour une recharge lente et 0,60 € les 15 minutes pour une recharge rapide) avec un montant maximum de paiement de 20 € (limite de la carte sans contact).L’accès sera gratuit pendant les premiers mois à titre promotionnel.

 

 

 

Talant en faveur du développement durable
La ville de Talant s’est depuis longtemps engagée dans une politique volontariste pour limiter sa consommation d’énergie. Elle axe ses projets urbains sur le développement durable de son territoire tout en répondant aux besoins actuels des populations et sans conséquence pour les générations futures. Après l’acquisition de véhicules électriques pour ses services communaux, c’est tout naturellement que la municipalité se dirige vers l’installation de points de charge. Un premier pas dans la course à la mobilité électrique.

 

 

Une borne pilote pour le SICECO
En 2012, le SICECO a pris la compétence optionnelle « création et entretien des infrastructures de charge nécessaires à l’usage des véhicules électriques ou hybrides rechargeables ». Il accompagne donc Talant dans la mise en place de sa première borne de recharge pour véhicule électrique. Cette opération s’inscrit dans la continuité de l’expérience que le SICECO mène de son côté au sujet des bornes de recharge. Pour rappel, en 2013, le SICECO a inauguré l’installation de 3 bornes sur son siège social pour étudier notamment l’impact de ces équipements sur le réseau électrique. A Talant, il pourra étudier les aspects relatifs à la gestion de l’énergie ou encore des paiements.
Le site de Talant sera l’occasion de tester en vraie grandeur les modalités de gestion à distance et de paiement. à l’echelle de la Bourgogne, le SICECO et les trois autres Syndicats bourguignons, le SIEEEN (58), le SYDESL (71) et le SDEY (89), participent également au schéma régional de déploiement des infrastructures de charge piloté par la Région.

 

 

 

Créé en 1947, le SICECO (Syndicat Intercommunal d’Énergie de Côte-d’Or ) est un établissement public de coopération intercommunale.
Il regroupe 665 communes de Côte - d’Or qui lui ont délégué l’organisation du service public de distribution d’électricité. Il s’assure ainsi du bon fonctionnement des réseaux électriques, finance et réalise des travaux de renforcement, d’extension et de dissimulation de ces mêmes réseaux. Le Syndicat traite également des problématiques de maîtrise de la demande d’énergie et de développement des énergies renouvelables.
Les communes adhérentes ont le choix de transférer au SICECO la compétence pour s’occuper des missions de service public de distribution de gaz, d’éclairage public, d’enfouissement des réseaux de télécommunication (hors travaux électriques) et d’achat d’énergie. Dernièrement, le SICECO a ajouté une nouvelle compétence optionnelle : la création et l’entretien des infrastructures de charge nécessaires à l’usage des véhicules électriques ou hybrides rechargeables. L’exploitation (achat d’électricité, revente éventuelle aux utilisateurs, ...) restera à la charge de la commune.

 

 

Le SICECO s’investit dans ce domaine
Une compétence historique : alimenter en électricité les communes de Côte-d’Or

En France, les communes sont propriétaires des réseaux HTA et BT. Sur le territoire de la Côte-d’Or, 665 communes ont confié l’organisation du service public de la distribution et de la fourniture d’électricité au SICECO. Il est appelé autorité concédante car il a délégué l’exploitation du réseau électrique à un concessionnaire, ERDF, à travers un cahier des charges de concession.

 

Mesurer et anticiper les impacts sur le réseau électrique
Les bornes de charges seront certainement groupées en îlots, raccordés à un point de livraison (point où l’utilisateur soutire ou injecte de l’électricité) pouvant aussi alimenter d’autres usages.
Afin d’assurer la disponibilité de la puissance requise aux points de livraison, le déploiement de l’infrastructure de charge peut nécessiter un renforcement de chaque maillon du réseau (réseaux HTA et BT, poste de transformation). L’ampleur et les coûts des travaux varient en fonction de la puissance requise, de la localisation des points de charge, et de leur utilisation. Pour les communes rurales de moins de 2 000 habitants, c’est le SICECO qui sera en charge des travaux de renforcement.

Tester pour mieux conseiller ses communes
En 2013, le SICECO a installé sur son siège social plusieurs bornes fonctionnant selon des modalités différentes (type de charge, ...) à des fins expérimentales. Au-delà du test des équipements, le SICECO souhaite surtout évaluer l’ensemble du système de recharge des véhicules électriques qui comprend, outre le terminal de charge (« la prise »), l’achat d’électricité, la gestion de l’appel de puissance électrique et des conflits entre usagers électriques, les impacts sur le réseau électrique, les systèmes de paiement et la relation à l’utilisateur. Ceci permettra d’apporter la meilleure réponse technique aux communes qui choisiront de faire installer des bornes par le SICECO. En effet, dernièrement, le SICECO s’est doté d’une nouvelle compétence : la création et l’entretien des infrastructures de charge pour les véhicules électriques ou hybrides recyclables (l’exploitation, l’achat d’électricité et la revente aux éventuels utilisateurs, restera à la charge de la commune.
Dans ce cadre, le SICECO apporte une subvention aux communes à hauteur de 60 %. L’installation du SICECO est constituée d’une borne de charge lente et de deux bornes de charge semi-rapide raccordées sur l’alimentation électrique du bâtiment du SICECO. Elles sont pilotées par l’intermédiaire d’une gestion technique centralisée qui permet d’autoriser ou non la charge selon la disponibilité de puissance.
Actuellement, la charge est offerte gratuitement aux seuls visiteurs en rendez-vous au SICECO. Dans un second temps, il est envisageable de rendre accessible la charge au grand public par l’intermédiaire d’un système de paiement universel.
Par ailleurs, le SICECO insiste sur un déploiement raisonnable et progressif de l’infrastructure à l’échelle départementale dans le cadre de l’étude de déploiement en cours pilotée par la Région, afin de garantir la cohérence entre les investissements publics en matière de recharge et et l’évolution attendue des besoins réels des utilisateurs.

 

 

 

 

 

Véhicule électrique : enjeux et développement
Le contexte national :
Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, le Gouvernement souhaite que les véhicules dits décarbonés  (qui comprennent les véhicules rechargeables, 100 % électriques ou hybrides rechargeables), soient une priorité importante dans sa politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Leur déploiement, ainsi que celui des bornes de recharges associées, répond à plusieurs enjeux dont la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 (objectif du facteur 4). En 2020, le gouvernement prévoit de faire circuler 2 millions de voitures électriques et hybrides rechargeables. Les collectivités territoriales ont un rôle important à jouer dans le déploiement de l’infrastructure de recharge puisque la loi Grenelle 2 a confié aux communes et à leurs groupements (comme le SICECO) la charge de développer les infrastructures de charges accessibles au public. En cas d’absence d’initiative privée dans ce domaine, elles peuvent prendre l’initiative d’organiser ce service sur leur territoire selon les modalités de leur choix.

 

 

 

 

 

 Les prévisions de développement du parc de véhicules électriques :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : Livre vert sur les infrastructures de recharges ouvertes au public pour les véhicules décarbonés - Avril 2011

 

 

Le SICECO
Syndicat Intercommunal d’Énergies de Côte-d’Or

Le SICECO est un établissement public de coopération intercommunale (autorité territoriale) fondé en 1947 et qui regroupe 665 communes en Côte-d’Or.
Propriétaires des réseaux basse et moyenne tension, les communes sont en charge d’organiser la distribution publique d’électricité. En adhérant au Syndicat, elles lui délèguent cette compétence. Actuellement, en Côte-d’Or, il existe 3 autorités organisatrices de la distribution d’électricité : le SICECO et le Syndicat d’électrification de Plombières les Dijon et le Grand Dijon. Traditionnellement, le SICECO réalise des travaux d’électrification rurale et permet la desserte en électricité des habitants de Côte-d’Or. Il s’assure du bon fonctionnement des réseaux électriques, finance et réalise des travaux de renforcement, d’extension et de dissimulation de ces mêmes réseaux. Peu à peu les missions du Syndicat se sont étoffées.
Pour les communes qui le souhaitent, le SICECO peut également s’occuper des missions de service public de distribution de gaz, d’éclairage public, d’enfouissement des réseaux de télécommunication (hors travaux électriques) et d’achat d’énergie. Il est habilité à intervenir dans le domaine des communications électroniques. Il a récemment adopté une autre compétence pour la création et l’entretien des infrastructures de charges nécessaires à l’usage des véhicules électriques ou hybrides rechargeables.
Dans le cadre de ses activités communes avec le gestionnaire de réseau ERDF, le SICECO s’engage à participer à la réduction des gaz à effet de serre par un développement harmonieux des réseaux électriques.
Aujourd’hui, le Syndicat est amené à réfléchir, en concertation avec les communes, sur des problématiques de maîtrise de la demande d’énergie et de développement des énergies renouvelables.
En effet, de par ses nouveaux statuts en vigueur depuis le 1er janvier 2009, le SICECO, devenu Syndicat Intercommunal d’Énergies de Côte-d’Or, est impliqué dans la mise en oeuvre des objectifs fixés par le Grenelle Environnement, et a exprimé son engagement dans la lutte contre le changement climatique par la mise en place d’une politique locale de développement durable. à ce titre il propose auprès de ses communes adhérentes des missions concrètes pour la réduction des gaz à effet de serre et le développement des énergies renouvelables : rénovation de l’éclairage public, conseils techniques pour l’efficacité énergétique du patrimoine bâti communal, développement des production d’énergies renouvelables : bois-énergie, photovoltaïque, hydroélectricité, méthanisation.
Dernièrement, il a lancé une Étude «Stratégie énergétique départementale» en partenariat avec la DREAL, l’ADEME, le Conseil régional de Bourgogne, le Conseil Général de la Côte-d’Or et le Grand Dijon afin d’éclairer les choix énergétiques futurs pour le territoire de la Côte-d’Or en tenant compte de la production décentralisée d’énergie, de l’arrivée des réseaux dits «intelligents», qui permettent d’optimiser l’équilibre indispensable entre les zones de production, plutôt rurales, et les zones de consommation, plutôt urbaines.

 

 

 

 

 

Plus d’informations sur www.siceco.fr

 

 

 

                                                          

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

EDF et Shop in Dijon sensibilisent les commerçants Dijonnais à la mobilité électrique.
La ville durable est en train de se dessiner, et intègre un volet...
Label Cit'ergie : le Grand Dijon récompensé pour son engagement dans la lutte contre le changement climatique
À l’occasion des 16es assises de l’énergie des...
Longvic inaugure l'Autopartage
Depuis le mois d’Octobre 2014, les agents de la ville de Longvic...
Forêts, Seine et Suzon, une filière Bois-Energie locale
Le territoire se caractérise par un massif forestier important et de...
Un éco-hameau dans un village de 47 habitants, bientôt la réalité !
Longecourt-lès-Culêtre, petit village de Côte-d’Or aux...
Le Grand Dijon et EDF s'engagent pour une Communauté urbaine attractive, intelligente, durable et solidaire
Vendredi 2 octobre 2015 à Dijon, François Rebsamen,...
Smart cities : Freshmile et la Caisse des Dépôts lancent Freshmile Services
Freshmile et la Caisse des Dépôts se sont unis pour créer...
Le SICECO ou comment conjuguer énergie et écologie
Entre la date de sa création, en 1947, et aujourd’hui, le SICECO a...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *