Orvitis : des travaux d'éco-rénovation sur 450 logements

Orvitis : des travaux d'éco-rénovation sur 450 logements

Contact :

Orvitis
Office Public de l'Habitat de la Côte-d'Or – 17, boulevard Voltaire - Dijon


01 octobre 2014

Joël ABBEY, Président, et les membres du Conseil d'administration d'Orvitis, ont présenté à François Sauvadet, Président du Conseil Général de la Côte-d'Or 3 chantiers en cours de rénovation éco-énergie du patrimoine sur Dijon. 

En effet, dans le respect des enjeux du Grenelle de l’environnement, l’Office a engagé depuis 3 ans un vaste programme de rénovation de son patrimoine, en particulier celui jugé le plus énergivore. Un double objectif attendu : la maîtrise des consommations d’énergie et une réduction des charges pour les locataires, en particulier celles pour le chauffage. Une programmation des travaux méthodique et réfléchie qui, nécessairement, s’accompagne d’actions de sensibilisation auprès des locataires.

 

 

 

 



 

Rénovation éco-énergie : une préoccupation constante 

 

Dans le cadre des travaux nécessaires de rénovation de son patrimoine bâti, l’Office tient compte, depuis
40 ans de la problématique des économies d’énergie.


En 2008, le diagnostic de performance énergétique de l’ensemble du patrimoine a donné une vision globale et détaillée de la qualité énergétique du parc, au regard de la réglementation actuelle.


Qualitativement, la majorité du parc était classé en étiquette D et E., un peu plus de 6 % en étiquette F ou G. Sur la base de ce constat, Orvitis a défini de nouvelles orientations en matière de rénovation du patrimoine, avec des interventions prioritaires sur les immeubles en classe E et F.


Avec l’appellation « éco-rénovation », des opérations de réhabilitation prennent en compte principalement le volet énergétique, qui vise à réduire les consommations d’énergie, mais également à maîtriser l’évolution des charges, tout en apportant plus de confort dans les logements.

 

450 logements sur Dijon en 3 ans


Le premier chantier a été conduit en 2013 sur un ensemble immobilier rue des Péjoces. Construit au début des années 1950, il compte 40 appartements sur 5 bâtiments.
Les travaux ont vu une nette amélioration de la performance thermique. Le coefficient est passé de F à C, c’est-à-dire d’une consommation moyenne de 390 kwh/m;/an à 190 kwh/m;/an.
Et à l’issue de la saison de chauffe 2013-2014, une baisse des consommations de l’ordre de 40 % a été constatée.

 

Orvitis : des travaux d’éco-rénovation sur 450 logementsRue Jean-Baptiste Baudin.

Orvitis avait racheté ce patrimoine à un propriétaire privé en 2008. Il compte un bâtiment principal de 20 logements sur deux entrées qui donnent directement sur la rue, et dans la cour arrière, deux petits immeubles de 8 appartements.


Pour améliorer la performance thermique, les murs extérieurs ont reçu un matériau isolant de 16 cm, de même qu’en toiture et en sous-sol, le système de VMC a été amélioré et les convecteurs remplacés par des convecteurs à inertie. Les travaux réalisés en 2014 devraient conduire à une évolution de l’étiquette énergétique de G à D.

 

 

 

 

 

 

 


Orvitis : des travaux d’éco-rénovation sur 450 logementsOutre la remise en peinture des façades, un habillage des cages d’escalier par des plaques alvéolaires redonne modernité aux bâtiments.


Des interventions annexes ont conduit au remplacement des portes d’entrées, à l’installation de l’interphonie, au rafraichissement des peintures des cages d’escaliers, au cloisement des caves, à la création de locaux poubelles et à la réfection entière de la cour et du parking intérieur.


Coût de l’opération : 760 000 euros. Avec des subventions du Conseil Général (58 000 €, du Grand Dijon (54 000 €) et de GDF, pour les CEE (45 000 €).

 

 

 

 

 

 


Îlot Alsace – quartier de la Fontaine-d’Ouche : niveau BBC


L’ensemble immobilier compte 308 appartements répartis sur 7 bâtiments, organisés le long de l’Avenue du Lac, de la rue de Saverne, ainsi que des Allées de Ribeauvillé et Thann. Construit dans les années 1975, ces appartements avaient déjà connu quelques travaux de rénovation (remplacement de fenêtres,
fermeture des loggias par des baies vitrées...). A noter qu’en 2011, la pose de clôture, de portiques d’entrée ou encore la reprise des espaces verts ont matérialisé la résidentialisation de l’ensemble immobilier.
Les travaux, à l’identique sur chaque bâtiment, ont démarré en juin 2014 par le bâtiment 1 Allée de Thann.

Orvitis : des travaux d’éco-rénovation sur 450 logementsIls portent sur :


- l’enveloppe du bâtiment et des logements. Les menuiseries extérieures sont remplacées par des blocs fenêtres PVC avec double vitrage haute performance. Les baies des loggias sont également changées.
L’isolation a été renforcée sur l’ensemble des murs extérieurs, après la dépose du bardage existant, et la pose d’un nouveau parement de différentes couleurs sur les façades qui de plus met en avant la rénovation des immeubles.


- l’installation d’équipements plus performants à l’intérieur du bâtiment et des logements, comme une VMC avec bouches d’extraction hygroréglables (débit en fonction du degré d’humidité) et des radiateurs avec robinet thermostatique, 


- des interventions en parallèle. Le changement des portes palières des 308 appartements, qui étaient celles d’origine, renforce l’attractivité des logements. L’installation en toiture d’un nouvel équipement collectif de réception TV avec accès au bouquet satellite verra la suppression des paraboles présentes en façade. Un système de vidéo-protection veillera à la tranquillité de la résidence.


Après ces travaux, l’étiquette énergétique devrait gagner deux points et passer à la lettre B, au niveau BBC.


Le coût total de l’opération est estimé à plus de 5,6 millions d’euros, soit 18 200 euros par logement.
Orvitis assure près de 65 % du financement. Des aides seront versées par le Conseil Général de la Côte-d'Or et le Grand Dijon dans le cadre de la convention cadre partenariale « réhabilitation-thermique », respectivement pour 820 512 euros et 924 000 euros.
EDF versera une subvention au titre des Certificats Economie Energie à hauteur de 231 000 euros.

 

4 opérations programmées en 2015


Rue Maurice Chaume, le bâtiment compte 27 logements sur deux entrées.
Actuellement, le Diagnostic de performance énergétique affiche 246 kwh/m;/an, correspondant à la classe énergétique E.
L‘objectif après travaux est d’arriver à 59 kwh/m;/an, soit être proche du niveau Basse Consommation.
Dans ce cadre les interventions porteront sur :
- l’isolation, tant des façades, que dans les combles ou encore du plancher en sous-sol,
- les équipements de ventilation,
- les équipements de régulation dans les logements et le bâtiment : installation de robinets thermostatiques, remplacement des vannes hydrauliques et reprise du calorifuge des canalisations, 

- la chaufferie fioul, gérée en copropriété avec le bâtiment 14 boulevard Voltaire, sera supprimée, et remplacée par une sous-station raccordée à la nouvelle chaufferie urbaine au bois en cours de réalisation dans le quartier des Péjoces.
Le montant estimatif de l’opération dépasse 650 000 euros.
Des travaux d’éco-rénovation énergétique sont programmés en 2015 sur des bâtiments à Dijon au 35 rue de Larrey (20 logements), au 42 rue Devosge (10 appartements) et sur un petit immeuble de 12 appartements sur Ernest Lory. Ainsi que sur 2 bâtiments de 6 logements à Fontaine-lès-Dijon.


Un plus pour l’appartement en colocation


Programme initié dans un bâtiment à Semur-en-Auxois en juin 2013, 14 appartements ont été aménagés et équipés, pour accueillir des étudiants, apprentis, jeunes salariés. Fort de ce succès, et pour répondre à la demande, deux premiers appartements, rue Maurice Chaume et rue de Larrey, comptent des colocataires depuis la rentrée de septembre.
Le principe est simple. Chaque colocataire dispose d’un espace personnel : une chambre avec dressing, un plan de travail ainsi que les prises téléphonie-internet et TV. Ils partagent des espaces communs, séjour, cuisine et sanitaires. Au niveau des équipements, en plus des rangements, la cuisine comprend réfrigérateur-congélateur, micro-ondes, plaques de cuisson, hotte et lave-vaisselle. Table et chaises sont dans le séjour. La salle de bains, dont la baignoire a été remplacée par une cabine de douche pour favoriser la diminution des consommations d'eau, compte un meuble de rangement.
Côté budget, les avantages sont multiples.
Tout d’abord, loyers et charges sont partagés par les colocataires. A titre d’exemple, pour l’appartement rue Maurice Chaume, le loyer mensuel total est de l’ordre de 550 € et les charges (non compris l’eau) sont estimées à 120 €. Soit environ 220 euros par locataire.
A noter, que les appartements ouvrent droit à l'APL. Et que les résidants peuvent bénéficier d'un coup de pouce aux premiers mois de location : aide mobili-jeune Logéhab, avance Loca-Pass, garantie Loca-pass.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

ORVITIS présente ses opérations réalisées en sud Côte-d'Or.
Bailleur social ce n’est pas, loin s’en faut, qu’encaisser...
Orvitis inaugure 15 logements à Chenôve
Le programme de renouvellement urbain de la ville de Chenôve et...
L'habitat solidaire en Côte-d'Or, 1ère mission d'Orvitis
François Xavier Dugourd, président d'Orvitis a confirmé...
Résidence sociale de Semur, Orvitis renforce son implantation locale
En rachetant au CCAS de la Ville de Semur-en-Auxois, la Résidence...
Orvitis : des valeurs fortes au service des hommes et des territoires
Avec environ 13 000 logements répartis sur 130 communes du...
A Beaune, Orvitis pose la 1ère pierre d'une résidence intergénérationnelle
Le 25 avril 2016, Alain SUGUENOT, Député-Maire de BEAUNE et...
Orvitis, entre réalisations et projets, des initiatives.
Lors de sa dernière réunion, le Conseil d’Administration...
Orvitis déploie le comptage individuel des frais de chauffage dans l'habitat social
La loi sur la transition énergétique impose, au 31...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *