Les territoires de demain s'inventent aujourd'hui

02 octobre 2018

La politique de la ville a 40 ans et la préfecture de la Côte-d'Or a tenu à marquer l'événement. Pour ce faire, huit structures du territoire de la métropole ont été honorées à Dijon. Leurs représentants ont présenté un projet innovant pour leur quartier respectif devant le préfet, Bernard Schmeltz.

À l’occasion des quarante ans de la politique de la ville, le ministère de la Cohésion des Territoires et le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET) ont mis en place un programme de labellisation d’actions. Le label « 40 ans de la politique de la ville - Inventons les territoires de demain » vise à distinguer les actions les plus innovantes ou remarquables dans un objectif de mutualisation de bonnes pratiques.

Les services départementaux de l’État ont donc dû identifier des opérations d’animation pertinentes et des actions remarquables au niveau local s’inscrivant dans les objectifs de la démarche. Première intention, la positivité : parler des quartiers, faire parler les habitants et les acteurs de terrain et promouvoir une image positive des quartiers et de leurs habitants (progrès accomplis, parcours de réussite, engagement des acteurs, etc.). Second enjeu, la visibilité : montrer l’apport de la politique de la ville aux habitants des quartiers et à la société française toute entière par sa capacité à innover, en particulier dans les relations entre les pouvoirs publics et la société civile, à ajuster en permanence les modes de faire et les réponses concrètes aux besoins des habitants, à lutter contre les discriminations et à améliorer la cohésion sociale.

Les territoires de demain s'inventent aujourd'huiCiel des quartiers à la Fontaine-d'Ouche à Dijon

Nouvelle organisation, nouvelles perspectives

Les porteurs de projet susceptibles de bénéficier du label pouvaient être des collectivités locales, des associations, des conseils citoyens, des bailleurs, des centres de ressources, des réseaux professionnels, des opérateurs culturels, des établissements scolaires, etc. Les actions pouvaient utiliser différents supports : expositions, reportages, témoignages, manifestations culturelles, actions de communication, organisation d’événements. La réalisation des actions devant avoir lieu entre le  1er novembre 2017 et le 30 octobre 2018. Pour les actions locales, c'est le préfet de département qui décerne le label. A cet effet, il a instruit les demandes de labellisation en s'appuyant sur les délégués du préfet qui sont, en Côte-d'Or, Sylvie Martin et Bruno Ygaunin.

Ce processus de labellisation intervient alors que le président de la République semble vouloir dessiner de nouvelles perspectives pour la politique de la ville. En 1977, les premières opérations visant à réhabiliter les HLM avec une aide financière de l’État apparaissent, ce sont les HVS pour « Habitat et vie sociale ». Elles marquent le début de la politique de la ville en France qui est, pour les premières années, rythmée par les événements surgissant dans des « banlieues » qui ne sont pas encore des « quartiers prioritaires » : incidents aux Minguettes (Vénissieux) en 1981, troubles à Vaux-en-Velin en 1990. Cette même année, la construction publique sort du ministère de l’Équipement pour devenir un nouveau portefeuille dont le premier à le tenir est Michel Delebarre dans le second gouvernement de Michel Rocard. Après l'élection d'Emmanuel Macron, en 2017, ce ministère de la Ville fusionne dans le ministère de la Cohésion des territoires porté par Jacques Mézard.

Politique de la ville, politique de terrain

Le Comité Interministériel des Villes (CIV), instance de décision de la politique de la ville, s'est réuni le 2 octobre 2017 pour débattre d’un nombre restreint de mesures fortes, lisibles et mobilisatrices mettant en valeur des initiatives et des actions portées par des acteurs de la société civile qui ont vocation à irriguer la société française. L’enjeu du CIV est de mobiliser les moyens de droit commun des départements ministériels au bénéfice des quartiers et de leurs habitants. Un second enjeu est d’orienter les moyens spécifiques de la politique de la ville et d’initier de nouvelles démarches, notamment d’expérimentation. En procédant ainsi, le gouvernement souhaite construire une politique de terrain : identifier, structurer et développer ce qui marche. In fine, le label « 40 ans de la politique de la ville - Inventons les territoires de demain » permet de distinguer des territoires exemplaires sur certains enjeux essentiels à la cohésion des territoires (citoyenneté, image des quartiers, rayonnement culturel…).

Côté finances, le ministère parle de moyens confortés, de crédits aux associations sanctuarisés et de contrats de ville stabilisés en 2018 par rapport à 2017. Les crédits de la politique de la ville représentent 430,4 millions d'euros dont 342,4 millions d'euros pour les moyens investis dans les contrats de ville. Ces moyens sont presque totalement délégués aux préfets et programmés en relation avec les collectivités locales et les autres partenaires dans le cadre des contrats de ville 2015-2020.

« Réparer les fractures qui se sont creusées au fil du temps »

Les contrats de ville reposent sur trois piliers : cohésion sociale (incluant notamment le champ éducatif et culturel), cadre de vie et renouvellement urbain ainsi que développement de l’activité économique et de l’emploi. En Côte-d'Or, les quatre communes concernées par un contrat de ville se trouvent toutes dans la métropole dijonnaise : Dijon évidemment, ainsi que Chenôve, Longvic et Talant. Les services de l’État qui ont accompagné les actions labellisées sont la direction départementale de la cohésion sociale ainsi que la direction départementale des territoires, l'unité départementale de la direction régionale de l'économie, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi.

Ce vendredi 28 septembre 2018, en plus des représentants de structures labellisées, étaient notamment présents dans les salons de la préfecture Colette Popard (adjointe au maire de Dijon et vice-présidente de Dijon métropole), José Almeida (maire de Longvic) et Thierry Falconnet (maire de Chenôve).

 

Bernard Schmeltz, préfet de la Côte-d'Or et préfet de la Bourgogne-Franche-ComtéPour Bernard Schmeltz, préfet de la Côte-d'Or et préfet de la Bourgogne-Franche-Comté, « la politique de la ville incarne la promesse républicaine ». Le préfet a dit voir comme un « signe des temps » la prochaine création d'une Agence nationale de la cohésion des territoires ; après l'aménagement du territoire, « il est devenu plus urgent de tenter de réparer les fractures qui se sont creusées au fil du temps ». Après 40 ans, le préfet concède qu'il reste « beaucoup à faire en matière de politique de la ville » : 5 % de la population régionale vit dans les 58 quartiers prioritaires de Bourgogne-Franche-Comté. Dans ces quartiers, 40 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté (alors que la moyenne régionale est de 13 %).

Samira Hassini, présidente du Jardin des voisinsDans le cadre du projet de développement culturel durable encadré par Zutique Production, Samira Hassini, présidente du Jardin des voisins (un jardin partagé au pied de l'immeuble Boutaric), qui a toujours vécu dans le quartier des Grésilles à Dijon, a fait part de son ressenti: « j'ai vraiment vu le changement avec les grandes tours et ensuite il y a eu la réhabilitation, les tout petits bâtiments. Il fait bon vivre mais il faut que les élus poursuivent leurs efforts dans ce sens-là. Il y a encore de la délinquance sur le quartier des Grésilles. Il y a aussi du mal-logement, il y a pas mal de personnes qui ne travaillent pas. Des acteurs comme la MJC, le centre social, c'est très bien mais il faut qu'on nous donne encore les moyens de rester dans une zone REP pour nos enfants » [NDLR : le classement des établissements scolaires en Réseau d’Éducation Prioritaire a succédé en 2015 aux anciennes ZEP].

Éric Chariot, directeur de la Société Astronomique de BourgogneÉric Chariot, directeur de la Société Astronomique de Bourgogne a souligné l'importance de la vulgarisation scientifique parce que « le scientifique, c'est ce qui nous relie finalement au monde. L'astronomie est accessible à tout le monde. On pense que des citoyens complets sont des citoyens qui sont capables de comprendre leur environnement. Cela permet de relier les gens ensemble parce qu'on parle de tous regarder vers les mêmes immensités ». Dans le cadre du projet Ciel des quartiers, des élèves du collège Rameau ont été impliqués dans la réalisation d'un sentier jusqu’à l'observatoire de la SAB à Corcelles-les-Monts, en haut du parc de la Combe à la serpent.

l'association EVAD, la Boîte à vélos Le centre social des Grésilles, à Dijon, a présenté la parenthèque itinérante qui, autour d'un véhicule utilitaire reconverti, devient un lieu d'échanges entre parents qui se questionnent sur les aspects éducatifs. À Chenôve, avec l'association EVAD, la Boîte à vélos propose un lieu modulable aux habitants du quartier du Mail pour réparer leur vélo. De plus, un vélo électrique de la MJC de Chenôve permettra d'aller à la rencontre des habitants pour des ateliers itinérants. 

 

Jean-Yves Germon, délégué territorial de l'ADIEJean-Yves Germon, délégué territorial de l'ADIE, association pratiquant le micro-crédit pour aider des porteurs de projet à se lancer alors qu'ils n'ont pas obtenu de prêt bancaire conventionnel, a insisté sur l'exemplarité de la démarche d'une réfugiée tchétchène qui a pu ouvrir un restaurant au centre-ville de Dijon après une formation avec la CCI. Le projet Start again, de l'association Amis mots, a pour principal objectif d'accompagner des femmes afin de leur redonner confiance en elles dans le cadre de formations éducatives avec une vocation sociale. Certaines bénéficiaires ont ainsi pu passer leur bac, suivre un stage découverte de métier, accéder à un emploi en CDD voire même en CDI.

 

Thierry Falconnet a présenté le projet participatif « Choisissons notre Marianne »Thierry Falconnet a présenté le projet participatif « Choisissons notre Marianne » qui incite les citoyens de Chenôve à choisir parmi plusieurs propositions pour définir le style de la prochaine Marianne qui sera reproduite sur le mur, actuellement blanc, de la mairie mettant ainsi « la femme au cœur de l'espace public ».

 

 

 

Emmanuelle Gautheron, responsable compétences emploi de l'Union des industries et métiers de la métallurgie de la Côte-d'Or (UIMM 21)

Emmanuelle Gautheron, responsable compétences emploi de l'Union des industries et métiers de la métallurgie de la Côte-d'Or (UIMM 21), a mentionné les actions menées pour rapprocher les publics des entreprises qui « souffrent parfois d'idées préconçues et d'une mauvaise image » alors qu'elles sont « dans une dynamique d'emplois importante ». Depuis 2016, l'UIMM 21 s'adresse tout particulièrement aux habitants de quartiers relevant de la politique de la ville et Emmanuelle Gautheron a pris pour exemple Longvic où des ateliers découverte des métiers, ouverts aux femmes et aux hommes, ont permis des visites d'entreprise cherchant à recruter des profils qualifiés.

 

Texte et photographies Jean-Christophe Tardivon

 

Les huit structures ayant reçu le label sont actives sur le territoire de la métropole dijonnaise :

Zutique Production pour un projet de développement culturel durable

Objectifs : réduire les inégalités d'accès à la pratique culturelle des jeunes, favoriser l'amélioration du cadre de vie des habitants dans le quartier des Grésilles, contribuer à la création, au maintien ou au développement du lien social, proposer aux jeunes des loisirs de qualité, soutenir la production culturelle dans le quartier des Grésilles.

La Société Astronomique de Bourgogne pour le Ciel des quartiers

Objectifs : donner, dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, un accès à la culture scientifique par la première des sciences, l'astronomie, montrer la science et la culture scientifique comme des fondements de notre démocratie et de la laïcité, tiliser le ciel étoilé comme miroir des cultures, ouvrir au monde des quartiers marqués par l'influence notable des dogmes et le repli sur soi, favoriser les liens parentaux.

Le Centre social des Grésilles pour la Parenthèque itinérante

Objectifs :  accompagner les familles dans leur fonction éducative, encourager les initiatives des parents sur le quartier des Grésilles, créer des espaces permettant de rompre avec l'isolement et renforcer les solidarités, favoriser l'échange et valoriser les compétences parentales et la transmission des savoirs et des pratiques, faire connaître et rendre accessibles les institutions et notamment soutenir les parents dans une relation active avec l'école, repérer les problématiques individuelles et/ou collectives rencontrées par les parents et apporter des éléments de réponses : orientation, intervention de spécialistes, accompagnement dans les démarches...

La MJC de Chenôve pour la Boîte à vélos

Objectifs : promouvoir une dynamique de déplacement à vélo, démontrant aux habitants l'utilité de ce moyen de déplacement, efficace, économique, bon pour la santé et écologique, éviter la sédentarité, inciter à la convivialité, mieux respirer en ville.

L'ADIE pour une action d'accompagnement et de financement des porteurs de projet de création et de développement d'entreprise

Objectifs : favoriser l'émergence d'activités économiques, accompagner de manière renforcée les habitants des quartiers prioritaires, proposer une gamme complète de services (financiers et non financiers) répondant aux besoins des micro-entreprises en création ou déjà en activité pour soutenir leur développement.

Amis mots pour l'action Start again (un tremplin pour son avenir)

Objectifs :  reprendre confiance en soi et agir pour reprendre en main son projet professionnel, se préparer à aborder un projet professionnel défini et concret avec la conviction d'avoir trouvé sa voie, réapprendre à apprendre dans les différents domaines et acquérir des savoirs et des savoir-être utiles et pouvant se transposer dans des situations professionnelles.

La Ville de Chenôve pour Choisissons notre Marianne

Objectifs : améliorer le cadre de vie des habitants en favorisant l'appropriation d'espaces de vie partagés tout en soulignant les investissements réalisés, alimenter le quotidien et donc l'imaginaire des habitants par la présence d'œuvres d'art de différentes esthétiques.

L'UIMM 21 pour un accompagnement vers la formation et l'emploi dans l'industrie

Objectifs : communiquer sur les métiers, les offres à pourvoir et les formations possibles, conseiller et orienter les demandeurs d'emploi vers les offres d'emploi ou de formation et les dispositifs, les mettre en relation avec les entreprises, anticiper et organiser des actions de formation pré-qualifiantes et professionnalisantes, préalables ou concomitantes à l'embauche, en concertation avec les financeurs de la formation professionnelle.

 

 

Colette Popard, José Almeida et Thierry Falconnet représentent Dijon, Longvic et ChenôveColette Popard, José Almeida et Thierry Falconnet représentent Dijon, Longvic et Chenôve

 

 Parenthèque itinérante du centre social des Grésilles à Dijon
Parenthèque itinérante du centre social des Grésilles à Dijon

 

 Start again accompagne les femmes pour leur redonner confiance
Start again accompagne les femmes pour leur redonner confiance

 

 Le préfet et les représentants des structures recevant le label « 40 ans de la politique de la ville - Inventons les territoires de demain »
Le préfet et les représentants des structures recevant le label « 40 ans de la politique de la ville - Inventons les territoires de demain »

 Échanges de bonnes pratiques entre la Boîte à vélos de Chenôve et le maire de Longvic
Échanges de bonnes pratiques entre la Boîte à vélos de Chenôve et le maire de Longvic

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Chenôve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain à l'humain
Une double inauguration hautement symbolique. En inaugurant conjointement...
Une inauguration bien arrosée pour le barrage rénové de Pont-et-Massène !
Après plus de deux ans de travaux, le barrage modernisé de...
Du courage et de l'implication, il en faut ! C'est le credo de Bernard Paut, maire de Vitteaux, à l'occasion de ses voeux 2017
Comme chaque année, Bernard Paut est revenu en détail sur les...
En 2017, le bailleur social Orvitis diversifie ses activités et offre désormais plus qu'un logement.
Avec un total de 257 logements mis en service, 2016 pouvait se placer comme...
Avec La Poste, Seurre inaugure sa nouvelle Maison de Service Au Public.
La continuité de l’accès des services au public...
Commission permanente du 13 mars ; 30 rapports adoptés pour un montant global de 6,9 millions d'euros
La Commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or...
Grand Dijon Habitat inaugure de nouveaux logements
Hamid El Hassouni, Président de Grand Dijon Habitat et Pierre Pribetich,...
Val de Saône Vingeanne : Signature du premier Contrat de Ruralité
Mercredi 21 juin a vu la signature du premier « Contrat de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *