Le MuseoParc et France Montgolfières s'envoient en l'air sous le nez de Vercingétorix !

Le MuseoParc et France Montgolfières s'envoient en l'air sous le nez de Vercingétorix  !

Contact :

 

Dans ton sac à dos tu mets, des vêtements et chaussures confortables et pratiques.

Tu prends ton appareil photo ou ton smartphone pour faire des photos et les partager avec tes amis.

 

FRANCE MONTGOLFIERES SARL


4 bis rue du Saussis
21140 Semur-en-Auxois


Tél. : 03 80 97 38 61


12 septembre 2018

Non d’une bedaine de bourguignon, si le grand Moustachu avait su, il aurait attendu de voler avec les oiseaux pour tenter de se faire César avant de s’aplatir après deux mois de siège et de troupes vaincues. Mais autre époque, autres mœurs, depuis les frères Montgolfier sont passés par là, les aérostiers ont fricoté avec les nuages et les bulles colorées des ballons à air chaud ont conquis les passionnés de vols paisibles (enfin pas toujours). Michel Rouger a donc répondu à l’invitation d’Eole et de David La Baume pour ce premier vol archéologique au-dessus du MuseoParc et des fouilles d’Alesia avec France Montgolfières et coup de chance ou pas, le vent soufflait dans le bon sens !

L'histoire en détail !

Rendez-vous sur le parking du MuseoParc, transport à 4 toues motrices à Gresigny Ste Reine et la vingtaine de passagers observent les préparatifs, anxieux pour certains, mettant la main à la pâte pour d’autres. Il faut étaler les deux  toiles, ouvrir, souffler l’air froid pour les gonfler et se hisser à bord pour apprendre les gestes indispensables à un bon vol. E pericolo sporgresi… si ça vaut mieux… et tu te ratatines bien accroupi dans ton coin au fond de la nacelle au moment de l’atterrissage, histoire de ne pas te ramasser comme une crêpe ! Voilà le grand schroufff du coup de gaz est lancé, l’air chaud empli le ballon paré au décollage.

Oui mais comment va se passer le vol ? Au gré du vent, sans itinéraire précis, il faut se laisser porter pour frôler les cimes des arbres et toucher du doigt les nuages, sans la moindre impression de vertige. Pendant le vol, le pilote est en contact avec l’équipe au sol qui sera là pour accueillir les passagers à l’atterrissage. Le ballon va se dégonfler doucement et s'incliner une dernière fois (mais ça peut être plus musclé).

Oui mais pourquoi voler au-dessus d’Alesia ? Un petit bout de réponse avec David La Baume, un américain qui n’a plus quitté la Bourgogne. « En 2019 des survols du site d’Alise-Sainte-Reine, sans doute à raison d’un par mois, en moyenne seront proposés. J’adore l’idée d’archéologie aérienne, car la montgolfière offre une vue optimale, avec une plateforme stable et un champ à 360 degrés ».

Côté MuseoParc il y a aussi de l’idée, on a donc sollicité l’expertise de la médiatrice culturelle Sylvie Tortiller pour laquelle cette proposition ne manque pas d’intérêt.  En effet, à 400m au-dessus du sol, la prise de hauteur est impressionnante et permet de découvrir autrement et en douceur un environnement qui se soupçonne moins du sol, les collines, les champs, les villages, le site des fouilles archéologiques. On pourrait presque toucher la moustache de Vercongétorix ! Et dans le calme serein, quoiqu’un peu troublé par les coups de gaz du brûleur qui pulse l’air chaud dans 8 000 m³ de toile gonflée, quand on vole dans ce sens, malgré les nombreuses les circonvallations et les contrevallations, Alise, Venarey, Pouillenay et même Flavigny au loin, forêts et canal semblent tout aplatis.

Et pourtant c’est bien une magnifique lecture de paysage qui va faire naître des idées comme baliser au sol ce que l’on pourrait repérer depuis là-haut sur le site des fouilles, ou encore préparer un support interactif numérique qui permettrait, avant le décollage, de savoir ce qui va se découvrir, car dans la nacelle, impossible d’entendre le moindre commentaire du guide.  Vu du ciel, il n’y a pas autant de contraste que sur les clichés de René Goguey et Sylvie Tortiller d’expliquer « Gaulois comme Romains étaient dotés d’une grande intelligence de leur territoire et ils étaient capables d’une appréhension précise de ses qualités et de ses défauts pour s’en servir à bon escient ».

Michel Rouger, directeur du MuséoParc Alésia a manifesté l’enthousiasme de ce baptême aérostier, ravi de découvrir autrement ce site  « Ce vol est une première fois pour moi et en plus au-dessus de l'oppidum que je n'avais vu qu'en photo aérienne, c'est vraiment une redécouverte, une très bonne expérience. C’est une grande première très intéressante, à condition d’organiser une véritable pédagogie préliminaire et se mettre autour de la table pour fixer les détails de cette activité et la rendre plus limpide pour le visiteur ». Ce vol test a donc sans doute jeté, un peu en vrac et à travailler, les bases d’une prometteuse collaboration.

En cliquant sur la photo la montgolfière décolle

Une soirée charmante, dirais-je rome-antique qui se termine par le traditionnel toast des aérostiers après que l'enveloppe de la montgolfière soit rangée… c’est-à-dire pliée et vidée du reste d’air et de gaz, roulée et fournée dans son sac avant d’être logée dans la nacelle qui sera tractée sur sa plate-forme. OUF on a eu bien chaud ! Un certificat de vol a été délivré à chaque passager. Puis tout le monde prend le chemin du retour à bord de nos véhicules.

Et France Montgolfières, c’est qui c’est quoi ? Il y a 31 ans (premier vol de votre serviteuse) naissait en Bourgogne, à Vermenton, entre Auxerre et Avallon, une structure inédite France Montgolfières, société agréée par l’Aviation Civile pour le transport public de passagers. L'expérience, le professionnalisme et la passion des deux associés qui gèrent cette entreprise ont fait de France Montgolfières la première société de ballons au rang national.

France Montgolfières c'est une flotte de 17 ballons pouvant accueillir de 2 à 19 passagers, pour des vols pouvant embarquer jusqu'à 100 personnes. C'est aussi une flotte de 18 véhicules 4x4 pour le transport jusqu'aux sites de décollage et d'atterrissage. Au cours de la saison 2017 l'entreprise a transporté plus de 8 000 passagers. En plus des 5 sites présentés, elle est en capacité, par le jeu de partenariats, de proposer 5 autres destinations à travers la France.

 Crédit photos tous droits réservés Michel Rouger (Le voyage en ballon de Vercingetorix )

et Marie Quiquemelle

 

m.quiquemelle@echodescommunes.com

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Les apéros du museo... pour un petit samedi soir qui va bien !
A première vue je me suis demandé si l’invitation à...
Nouvelle saison au MuséoParc Alésia, entrez dans l'histoire de nos ancêtres les Gaulois
Lundi 12 février, la programmation 2018 du MuséoParc...
"Croix de nos villages" de Fontaine-Française et de ses environs.
Les croix de village font partie de l'héritage rural de notre...
A Saint seine l'Abbaye, les vieux métiers font rêver
L’Office de Tourisme du Pays de Saint Seine vous invite à...
Gare de Leuglay, terminus tout le monde s'arrête !
Propriétaire depuis 1995 du site de l’ancienne gare, la commune de...
Commission Permanente du Conseil Départemental, 6 millions d'euros pour la Côte-d'Or !
Les Conseillers départementaux de la Côte-d’Or se sont...
Vercingetorix ce héros !
A défaut d’un siège contre les Romains, c’est un...
L'anis a maintenant son joli musée !
Il est petit, il est kiki, il est mimi…Il est tout mignon le petit...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *