Hôtel des Postes Grangier : au service de la cité.

Hôtel des Postes Grangier : au service de la cité.

Contact :

Hôtel de la poste Grangier
Hôtel de la poste Grangier
Place Grangier, 21000 Dijon
Tél. 09 66 95 13 92

02 mai 2018

Aprés plusieurs années de travaux, l'hôtel des Postes de Dijon Grangier a terminé sa mutation. A travers cette rénovation, La Poste conforte sa place emblématique d'acteur local au service des territoires tout en présentant un nouveau visage symbole de modernité. Car si l'activité traditionnelle - le courrier - diminue, de nouvelles opportunités sont apparues. Pour la municipalité, ce grand chantier vient conforter ses efforts en faveur d'un cœur de ville toujours plus attractif.

  

INAUGURATION DE L’HÔTEL DES POSTES DE DIJON GRANGIER

À l’invitation de Philippe BAJOU, président du conseil d’administration de Poste Immo, secrétaire général du Groupe La Poste, François REBSAMEN, maire de Dijon, président de Dijon métropole, représenté par Nathalie KOENDERS, première adjointe au maire, déléguée à l’administration générale, à la démocratie locale, au personnel, à la tranquillité publique et au plan de sauvegarde, a participé à l’inauguration de l’hôtel des Postes de Dijon Grangier.

Hôtel de la poste Grangier

 

Nathalie KOENDERS, première adjointe au maireNathalie KOENDERS, première adjointe au maire

"... Ce grand chantier de plusieurs années vient conforter les efforts de la municipalité en faveur d'un cœur de ville toujours plus attractif  grâce à une ouverture sur l'extérieur qui s'inscrit dans un ensemble porteur d'avenir.

Concernant la composition commerciale du bâtiment, l’offre hôtelière qui doit s’y développer correspond à un véritable besoin identifié de réponse au développement du tourisme et du tourisme d’affaires. Les autre locaux destinés à des bureaux, des activités mutualistes et des espaces de coworking innovant vont participer à créer une densité d’usage sur la place Grangier et le centre-ville, permettant d’accroître le développement de l’activité commerciale et le rayonnement de notre cœur de ville classé en Zone Touristique Internationale  et qui de secteur sauvegardé voit sa dénomination évoluer en Site Patrimonial Remarquable.

La Poste Grangier est un site stratégique unique qui bénéficie d'une notoriété et d'un attachement affectif très forts de la part des Dijonnais. Je voudrais souligner   la qualité de la rénovation entreprise par La Poste pour mettre en valeur un bâtiment emblématique du centre-ville, un édifice qui fait honneur à l’inscription au patrimoine mondial de l'humanité  du secteur sauvegardé. Le projet global de rénovation de l'hôtel des postes est un projet qui valorise le patrimoine historique de la ville tout en conservant son esprit d'origine.

Et je voudrais féliciter la trentaine d'entreprises (dont la moitié sont locales) qui ont oeuvré avec beaucoup de savoir-faire pour rendre sa splendeur à l'hôtel des postes.

La Poste est aujourd'hui un des premiers Groupes européens de services. Portée par sa mission au service des besoins collectifs, elle occupe une place majeure dans l'économie de notre pays et dans le coeur de ses habitants. La Poste remplit en effet d'importantes missions de service public, auxquelles les Français sont viscéralement attachés. Ses valeurs sont à la fois simples et contemporaines, ancrées depuis toujours au coeur de ses métiers et au coeur de la société : ouverture, accessibilité, équité, développement sociétal. S'il fallait n'en citer qu'une, je retiendrais la notion de proximité qui est enracinée depuis des siècles dans la conscience des Français...

... Le nouvel hôtel de la Poste devient le plus important bureau de Poste du chef lieu du département. Les Dijonnais sont sous le charme de ce bâtiment à l'architecture néo-classique, agrémenté de sculptures du grand et célèbre artiste dijonnais Paul Gasq et de carreaux de Briare. Dijon allait, par ce geste architectural d’une grande audace pour l’époque, entrer symboliquement dans la modernité et le XXe siècle...

Le bureau de poste de Grangier ... Le bureau de poste de Grangier dont le directeur d'établissement est Philippe Fétiveau est le 9ème bureau de France en terme de fréquentation. Aussi, ne voudrais-je pas terminer mon propos sans saluer l'effort d'adaptation de son personnel qui se mobilise quotidiennement pour assurer un service de qualité et offrir le meilleur des accueils et des conseils donnant de la Poste, grâce à la valorisation de son patrimoine immobilier exceptionnel, une nouvelle image qui la projette de plain-pied dans le troisième millénaire.

Mes pensées vont aussi vers les agents des P.T.T. de la Côte-d'Or qui ont fait le sacrifice de leur vie pour la France durant la seconde guerre mondiale. C'est pourquoi, Monsieur le Président, je suis très fière d'être aujourd'hui à vos côtés pour procéder au dévoilement de la plaque commémorative dédiée à leur mémoire et dont la célébration officielle est prévue le 30 mai prochain..."

 

 

 

Philippe Bajou secrétaire général du Groupe La Poste et Président du Conseil d’Administration de Poste Immo Philippe Bajou secrétaire général du Groupe La Poste et Président du Conseil d’Administration de Poste Immo 

 

Recréer de la centralité et du lien
Par ce projet, le Groupe La Poste et Poste Immo avaient donc comme objectif de redonner naissance à une centralité urbaine et de recréer du lien social en répondant aux besoins des postiers qui y travaillent au quotidien, aux nouveaux usages des citoyens dijonnais, mais aussi aux enjeux d’attractivité et d’innovation de la Ville de Dijon.

A titre d’exemple : plusieurs petites entreprises locales s’installent prochainement dans l’immeuble et dans l’espace de co-working StartWay (Les Premières – réseau féminin de Start-Ups ; L’Atelier de Thaïs – architecture d’intérieur ; Innoveo – agence de communication… ).

La restructuration du site de l’Hôtel des Postes de Dijon Grangier s’est organisée autour de 4 objectifs :
C’est un projet postal sur un emplacement stratégique pour l’activité du Groupe La Poste qui vise au maintien sur site des activités postales, des directions régionales du Groupe, du bureau de poste et de l’accueil des clients professionnels. 6800 m² occupés par plus de 200 collaborateurs.
C’est un projet de restructuration et de modernisation, avec l’optimisation des espaces, la mise aux normes de l’ensemble immobilier et l’amélioration de l’accueil du public ainsi que des conditions de travail pour les postiers.
C’est un projet patrimonial : l’architecte Laurent Bonnefoy de l’agence ARC&TYPES a su proposer un projet contemporain, respectueux de l’esprit d’origine des architectes Louis Perreau et Gilles Delavault sur ce bâtiment datant du début du XXème siècle.
C’est un projet urbain qui recrée une centralité, offre de nouveaux usages, tout en contribuant à la stratégie de rayonnement de Dijon.

 

Un peu d'histoire.  Le château fort devenu prison, puis caserne de gendarmerie, puis Hôtel des postes.

château de DijonLe chateau fort de Dijon. Même si l'époque romantique en vénère les ruines, celles
du château de Louis XI ne résisteront pas aux grands projets d'urbanisme.

 

Disons-le d’emblée, le château de Dijon n’a jamais eu bonne presse auprès de ses habitants. Sa construction, ordonnée par Louis XI après la reprise de la Bourgogne, s’acheva sous Louis XII.

Cette imposante forteresse qui ne joua pratiquement aucun rôle militaire, était en fait destinée à surveiller les habitants d’une ville que le pouvoir central pensait enclin à chercher à retrouver son indépendance d’antan. Symbole de la puissance et de la présence royale, ses canons étaient pointés sur la ville avant de l’être sur l’extérieur. Devenu prison puis caserne de gendarmerie, propriété du département après la révolution, il est connu dans la mémoire collective sous le nom de « château des gendarmes ».

Mal entretenu, comme en attestent les tableaux de Jeanniot, sa disparition était prévisible et sa démolition fut pendant des décennies l’idée fixe des municipalités dijonnaises successives.

Cette « bastille » dijonnaise a abrité d’illustres pensionnaires dont les plus célèbres furent le chevalier d’Eon, l’ambassadeur-espion ambigu de Louis XVMirabeau victime de sa fougue envers la très jeune épouse d’un très vieux notable dijonnais ou encore Toussaint Louverture, le libérateur-dictateur de Saint-Domingue.

Après la guerre de 1870 l’offensive pour sa démolition reprend de plus belle et la décision est quasiment acquise lorsque les défenseurs du patrimoine historique se réveillent. Charles Suisse publie en 1876 une étude qui aboutit au classement du château comme monument historique, laissant ainsi espérer son sauvetage. Mais les défenseurs de l’édifice sont bien isolés et à l’issue d’une longue bataille de procédure l’arrêté de classement est annulé en 1887. Pourquoi ? Parce que le château apparaît comme un boulet au pied de la ville entravant le tracé du nouveau boulevard de ceinture, selon la mode haussmannienne, entre la place Darcy et celle de la République alors en plein aménagement. Eternel combat des Anciens et des Modernes.

 

château de Dijon
Autour de 1900... A l'emplacement du château fort rasé, se trouve
désormais une esplanade qui accueillera l'hôtel des postes.

Victime de la modernité et de l’aversion des Dijonnais, ce rare témoignage de l’architecture militaire post-moyenâgeuse portait en lui les prémices des ouvrages de Vauban. Mais, « l’Association pour le Renouveau du Vieux Dijon » n’existant pas en 1897, au sein du conseil municipal, aucune voix ne prit la défense de l’édifice qui marquait la mainmise de Paris sur la province. A sa place on décida de construire la poste après d’âpres discussions financières entre l’Etat et la Ville qui non seulement  dut mettre gratuitement le terrain d’emprise à disposition mais encore verser une participation financière pour la construction. Les transferts de charges ne datent pas d’aujourd’hui...

Oeuvre de l’architecte Louis Perreau, adepte de l’Art nouveau, le bâtiment fut inauguré le 24 octobre 1909 par M. Dujardin-Beaumetz, sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts, alors que Charles Dumont était maire de la ville.

Ce monument remarquable de l’architecture du XXème siècle, façade néo-classique a été réalisé pour sa partie la plus ancienne par Louis Perreau, architecte dijonnais. Les archives ont révélé l’histoire compliquée de cet hôtel des postes bâti à une époque charnière. Dans les années 1900, les communications – courrier, télégraphe, téléphone - connaissent une expansion considérable. L’architecture vit une révolution majeure, avec l’introduction du béton et de l’acier. La IIIe République a besoin de bâtir des temples dans le cœur des cités pour montrer la grandeur de l’Etat. Et l’urbanisme de Dijon est bouleversé par le débastionnement de la ville. L’hôtel des postes se situe au croisement de ces phénomènes historiques majeurs et abrite déjà un programme mixte -  commercial, industriel et habitation.

Hôtel de la poste Grangier

Hôtel de la poste Grangier

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Cité de la gastronomie : Dijon dîne chez Ferrandi et dort chez Hilton
21 mars : jour de printemps pour le pays, jour J pour la Cité...
François Rebsamen annonce aux habitants de Fontaine d'Ouche le lancement d'un grand programme de rénovation urbaine de 114 millions d'euros
Ce lundi 15 octobre, lors d’une réunion publique, François...
Travaux de création d'un échangeur Ecopôle Valmy-Zénith
Fermeture de la bretelle d'accès à la rocade-est depuis le centre...
Dijon présente son projet d'aménagement urbain, places Jean Macé et des Cordeliers, rues Charrue et Piron.
En 2001,  un programme de piétonnisation des artères...
Bellefond investit pour le bien-être de ses habitants.
La crise vous connaissez ? A Bellefond on connait aussi, mais une gestion...
Coup d'envoi pour la Cité internationale de la gastronomie et du vin à Dijon !
Le projet de la Cité internationale de la gastronomie et du vin de Dijon...
Les premières zones d'activité économique (ZAE) dijonnaises raccordées à la fibre optique
François Rebsamen, Maire de Dijon et Président du Grand Dijon,...
Le quartier Stalingrad devient l'éco-quartier via-romana.
Les bâtiments de la cité du soleil, construis entre 1955 et 1959...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *