Sous le signe de la proximité et du quotidien, le Département prépare l'avenir

11 janvier 2018

A l'orée de cette nouvelle année 2018 François Sauvadet, Président du Conseil Départemental a confirmé le rôle du département sur son territoire : éviter les fractures territoriales, assurer la solidarité ville-campagne. Pour le futur, le Président veut préparer l'avenir, anticiper et adapter le territoire aux nouveaux comportements, faire que demain soit meilleur qu’aujourd’hui.

Ces voeux furent aussi l'occasion de rappeler certains points de la stratégie du Conseil Départemental en 2018 avec par exemple la signature de 2 conventions avec la Région permettant au Conseil Départemental de continuer à agir en direction du monde rural et de coordonner sa compétence départementale en matière de solidarité territoriale. 
Sans augmentation des prélèvements, le département va continuer  son effort considérable engagé au titre des investissements d’avenir, notamment l’investissement dans le Très Haut Débit, pour tous. Enfin une conférence départementale des territoires va être créée afin que chaque commune puisse exprimer les services qu'elle souhaite voir instaurés en Côte-d’Or et que le Département pourrait engager avec la Métropole, avec la Communauté d’Agglomération de Beaune et avec les communautés de communes.

 

Discours de François Sauvadet, ancien ministre, Président du Conseil départemental de la Côte-d'Or

Je suis très heureux de vous accueillir dans cette salle d’honneur pour cette cérémonie traditionnelle des vœux du Département de la Côte-d’Or.
Les premiers mots, c’est à vous, Madame la Préfète, que je veux les adresser, pour saluer le travail des forces de sécurité, de nos militaires, de nos gendarmes, de nos policiers.
Ils sont très exposés pour assurer notre sécurité au quotidien et je veux leur rendre hommage au nom du Département de la Côte-d’Or.
Conseil départemental de la Côte-d'OrChacun sait que la menace terroriste reste très présente, nous l’avons vu encore, après les terribles meurtres des 2 jeunes filles survenus à la gare de Marseille en octobre.
Nous avons pris à notre niveau, au Conseil Départemental de la Côte-d’Or, toutes les mesures pour sécuriser nos services, et en particulier nos collèges, qui sont tous dotés désormais de systèmes de sécurité adaptés.
L’année 2017 a été également marquée par les aléas climatiques et des catastrophes naturelles.
La Côte-d’Or n’a pas été épargnée et je veux saluer ici, le travail de nos équipes et celui des pompiers du SDIS de Côte-d’Or.
Avec notre Centre d’Information et de Gestion du Trafic (CIGT) de nos 6 agences de développement territorial, nous continuerons de tout faire pour garantir les meilleures conditions de sécurité sur nos routes.

En 2017, nous avons également vécu une année de changements politiques et institutionnels.

Pour 2018, je forme le vœu que l’Etat et le Gouvernement prennent en compte les aspirations de tous les territoires.
Je suis convaincu que le redressement du pays ne pourra se faire sans impliquer nos territoires.
Ma conviction profonde, c’est que lorsque l’Etat central fait confiance aux acteurs de la société pour qu’ils s’organisent, alors on ouvre de nouveaux espaces de croissance et de vitalité.
On ouvre de nouveaux espaces de libertés créatrices.
Et je veux redire ici que la diversité des territoires de la France est une chance et doit le demeurer : cette diversité porte en elle les germes de la prospérité car les réussites locales sont nombreuses et diverses.
Elles doivent être reconnues et soutenues.

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité rendre hommage à ces Côte-d’Oriens qui ont marqué notre Département par leur engagement, leur implication, leur dévouement, et ceci en lien avec le journal Le Bien Public, dont je veux saluer Franck MAUERHAN, son directeur, que je vais inviter à monter sur scène.
Ce sont des Côte-d’Oriens qui agissent, qui créent, qui mettent la France en mouvement et qui incarnent des valeurs auxquelles nous sommes attachés.
Je veux en citer quelques uns, que j’invite à venir près de nous.

Conseil Départemental de la Côte-d'Or1) Thibaud GARNIER, porte-drapeau à l’âge de 17 ans pour le Souvenir français. Passionné d’histoire, il assure sa mission dans le cadre des cérémonies patriotiques, car il est convaincu, comme nous, que rien de grand ne peut se construire en oubliant l’histoire.
2) Jonathan FOREY (30 ans) et Nicolas LARIOTTE (22 ans) ont sauvé des flammes, avec héroïsme, la maison de M. et Madame Monti à Hauteville-lès-Dijon. Ils sont là ce soir.
3) à Is-sur-tille : Jason FOURNIER, 23 ans, « Musher », pilote de chiens, meneur d’attelage, champion d’Europe en 2017, après avoir été déjà vice-champion de France. Prochain défi : en 2018, il participera au championnat du monde en Suède.
4) Mademoiselle Kessor SEANG et monsieur Paul-André DEMURGER ont été primés au concours Lépine de Paris en 2017 ! Ils ont obtenu la médaille d’or, pour la conception d’une table basse, en bois massif, qui se transforme en table haute grâce à un système de bielles qui permet au plateau de rester horizontal. Ils ont également décroché la médaille d’or au concours Lépine européen de septembre 2017 à Strasbourg. Tous les deux sont ébénistes, diplômés d’un CAP : ce sont des représentants de l’excellence artisanale. [prochain défi : concours Lépine à Paris en avril 2018]
Conseil Départemental de la Côte-d'Or5) Jean-Marc ROULOT, viticulteur à Meursault, un des joyaux de la côte viticole, mais aussi comédien, ancien élève du conservatoire de Paris. On l’a vu cette année dans le beau film de Cédric Klapisch, « Ce qui nous lie », qui a si bien mis en valeur la force humaniste du patrimoine viticole de notre département, le 1er viticulteur de France.
6) Véronique COUVREUX, principale du collège François Pompon à Saulieu, et Rodolphe PESTEL, professeur de sciences et vie de la terre, ont conduit au Groenland, en 2017, une cinquantaine d’élèves du collège de Saulieu et du collège de Liernais, dans le cadre d’un projet Erasmus portant sur la biodiversité et le réchauffement climatique : sujet crucial s’il en est !
Prochain défi en 2018-2019 : la Norvège.
7) Philippe GRANDJEAN, éleveur à Belleneuve depuis 1982, dont l’élevage de mouton Ile-de-France attire des éleveurs de l’autre bout du monde. Après des décennies consacrées à l’élevage, Philippe compte passer la main et se dévouer au bénévolat.
[En 2018, il va continuer à réduire son activité, jusqu’à prendre définitivement sa retraite dans quelques semaines. Il a trouvé un repreneur pour ses champs mais pas encore pour son troupeau].
8) Le lieutenant Luc ANTOINE, chef du centre de secours de Seurre, a été porte-drapeau des pompiers français au défilé du 14 juillet à Paris.


La qualité exceptionnelle du tissu associatif en Côte-d'Or
En Côte-d’Or : 11.000 associations sont actives, dont 50 % dans le domaine culturel, sportif ou de loisirs. Chaque année, plus de 550 associations sont créées. Le tissu associatif de la Côte-d'Or est donc jeune et actif, puisque sur la dernière décennie, plus de 5.500 associations ont été créées, soit la moitié des associations actives recensées. Vous symbolisez la Côte-d’Or telle qu’on l’aime, engagée et innovante.

C’est aussi avec les Côte-d’Oriens que je vous propose, Madame la Préfète, de conduire utilement l’expérimentation territoriale qui vous permettra de déroger à certaines normes réglementaires pour des raisons d’intérêt général, en vue de mieux prendre en compte les circonstances locales.
Cette expérimentation concerne l’essentiel des matières relevant de la compétence des préfets.
Je vous le dis : nous sommes dès à présent disponibles pour nourrir cette expérimentation à vos côtés Madame la Préfète.
Mais je le dis aussi : nous resterons vigilants, s’agissant notamment de la présence des services publics dans les territoires, qu’ils soient de sécurité ou hospitalier.

Conseil Départemental de la Côte-d'OrDans notre grand département, nous avons fait le pari de la présence territoriale et nous avons maintenu tous nos agents, toutes nos unités techniques, toutes nos agences et accueils solidarité famille, tous nos collèges, malgré un contexte budgétaire difficile et face à un bouleversement institutionnel sans précédent avec l’application de la loi NOTRé.
Face à ces évolutions, nous n’avons pas choisi la voie du repli, nous avons fait le choix d’explorer toutes les possibilités pour continuer de faire tout ce que nous faisions au service des Côte-d’Oriens.

C’est dans cette logique que le Conseil Départemental a conclu 2 conventions avec la Région :
a) la première, agricole, nous permettra de continuer à agir en direction du monde rural.
Et nous continuerons, par ailleurs, à accompagner les artisans.
b) la 2è convention concerne directement les élus locaux : c’est la convention territoriale d’exercice concerté des compétences.
L’intitulé résume à lui seul l’exercice complexe en ces temps de simplification.
Mais l’essentiel, c’est que cette convention permet de coordonner notre compétence départementale (en matière de solidarité territoriale) avec le chef de filât régional (qui concerne l’aménagement et le développement durable des territoires).

Cela permettra aux collectivités, et j’attire votre attention sur ce point, de cumuler les aides départementales et régionales dès janvier 2018 et d’abaisser de 30 à 20 % leur taux d’autofinancement.
C’est une avancée et une marque de solidarité dont les communes ont besoin.
Mais là encore, je serai vigilant sur certains sujets qui restent en suspens, et notamment le maintien de la gratuité des transports scolaires pour les familles.
Je veux rappeler ici que 222 communes du Département ont adopté un vœu relatif à la gratuité des transports scolaires pour les familles en Côte-d’Or.
La Région doit répondre à cette demande et achever la réorganisation de son fonctionnement.

Conseil Départemental de la Côte-d'OrEn parallèle, les choses avancent bien et en bonne intelligence avec la Métropole, et nous parviendrons à un accord rapidement, j’en suis convaincu.
La métropole, je l’ai dit à son Président, est une chance pour le Département.
Elle l’est aussi pour la Région, qui a besoin d’une vraie capitale.
Pour autant, nous voulons un territoire rural vivant et nous ne sommes pas du tout dans la situation du Département du Rhône où la totalité des compétences du conseil général de l’époque avait été transférée à la métropole.
Aujourd’hui tout le monde s’accorde à dire, même le Premier Ministre, que c’était un contre exemple à ne pas reproduire.

Dans cet esprit, j’ai décidé, ce que la loi permet, de conserver les collèges pour éviter qu’il y ait en Côte-d’Or une différence de traitement entre les enfants de la ville et les enfants de la campagne.
Pour ce qui est des autres compétences, tourisme, sport, culture, elles ne sont pas impactées.
Sur le plan de la présence physique des agents du Conseil Départemental dans la Métropole, elle restera inchangée, car nous conserverons dans l’agglomération l’ensemble de nos agences solidarité famille, nos centres de secours, nos collèges…
La métropole pour sa part, aura à travailler sur les compétences transférés, pas seulement avec le Département mais aussi avec les communes : je pense notamment aux Centres Communaux d’Actions Sociales (CCAS), que le Département continuera d’accompagner, tout comme nous continuerons d’aider les projets de la métropole et des communes qui la composent.

Conseil départemental de la Côte-d'OrCar notre rôle, au Département, est clair : c’est de tout faire pour éviter les fractures territoriales et assurer la solidarité ville-campagne.
Et il n’est pas question de se limiter au diagnostic.
Nous avons la volonté de continuer d’agir pour éviter que les fractures ne s’aggravent et pour forger un destin commun et cohérent entre villes et campagnes.
Ainsi, nous avons décidé de sacraliser les crédits d’accompagnement aux communes et aux groupements de communes.
C’est un choix politique fort.
Parce que nous voulons soutenir toutes les initiatives des Côte-d’Oriens, être au service des territoires et de tous les territoires.
J’ai, dans cet esprit, proposé d’instaurer, en accord avec le Président de l’association des maires de Côte-d’Or, Ludovic Rochette, une conférence départementale des territoires associant les Maires des chefs-lieux de cantons, y compris les anciens chefs-lieux, les Présidents de ComCom, d’agglomération et de la Métropole...
Au sein de cette conférence départementale, il sera évoqué les services que chaque commune souhaite voir instaurés en Côte-d’Or et que le Département pourrait engager avec la Métropole, avec la Communauté d’Agglomération de Beaune et avec les communautés de communes.

Cette sacralisation des crédits d’aide aux communes, dont je viens de parler, a été votée lors de la session budgétaire de décembre dernier.
Le cap a été clairement réaffirmé.
=> D’abord, préserver le pouvoir d’achat des Côte-d’Oriens : pas de hausse des impôts (taxe sur le foncier bâti) pour la 5è année consécutive.
Parallèlement, nous allons continuer l’effort considérable que nous avons engagé au titre des investissements d’avenir, notamment l’investissement dans le Très Haut Débit, pour tous.
Nous avons voté cette année un plan d’investissement sans précédent, à plus de 100 M €, à la hauteur de notre ambition territoriale qui est de couvrir la Côte-d’Or en très haut débit d’ici 2 ans.
Cet investissement portera aussi sur nos routes.
Conseil départemental de la Côte-d'OrC’est un élément de la sécurité et nous poursuivrons notre engagement.
Je pense à la rocade de Beaune, au contournement de Mirebeau, qui sont des projets très lourds. [notons qu’en 2016 a été inauguré le passage à niveau de Ruffey-lès-Echirey, un projet majeur du CD 21]
Priorité également à l’éducation, avec la poursuite du plan collèges 2021, la reconstruction du collège de Longvic (dont les travaux commenceront effectivement en 2018).
Dans le contexte budgétaire difficile, nous allons continuer de rechercher toutes les voies d’économie nécessaires, d’efficience, pour continuer notre action et ce, je le répète, sans remettre en cause notre présence territoriale et je veux remercier nos 2.700 agents pour leur engagement constant.

Vous le voyez, le Département est bien la collectivité de la proximité et du quotidien et entend le rester.
Oui, chaque jour, nous resterons, en 2018, aux côtés de ceux qui naissent, et de leurs parents, nous resterons aux côtés de ceux à qui la vie a réservé un mauvais sort.
Nous resterons aux côtés de ceux qui vieillissent.
Nous resterons aux côtés des territoires, afin qu’aucun de ses habitants ne se sente oublié.
Mais notre responsabilité, ce n’est pas simplement le quotidien.
C’est aussi de préparer l’avenir.

Conseil Départemental de la Côte-d'Or

L’avenir ne doit plus être ce qui va arriver, mais ce que nous voulons en faire, comme le disait Bergson.
C’est ce que nous avons engagé avec notre programme Futurs 21.
On ne mesure pas aujourd’hui, les mutations profondes, gigantesques, de l’arrivée du numérique, de l’intelligence artificielle, sur nos modes de vie.
On le voit dans nos métiers, dans nos actes d’achat, dans nos relations avec l’administration (ex : la dématérialisation des démarches administratives).
Mais personne ne peut imaginer aujourd’hui la révolution qui est en train de se jouer.
Avec Futurs 21, nous voulons faire de la Côte-d’Or, le laboratoire des modes de vie de demain.
Réfléchir aux modes de vie de demain, c’est prendre conscience de l’environnement dans lequel on vit :
- le changement climatique,
- la biodiversité,
- la sécurité alimentaire,
- les circuits locaux…
Et là aussi nous voulons être expérimentateurs, car dans ce domaine, comme dans d'autres, le futur est à construire !
Nous sommes le premier département français à avoir décidé de lancer une stratégie d’adaptation au changement climatique, qui aura pour parrain le professeur Gilles BŒUF, président du conseil scientifique de l’Agence Française pour la Biodiversité.

Car la vraie menace qui pèse sur l’humanité, c’est la menace du changement climatique avec les enjeux qu’il sous-tend.
2018 doit être l’année, non plus des déclarations, mais celle des actes.
La présentation de notre stratégie d’adaptation au changement climatique est prévue pour juin 2018.
Au-delà de notre propre engagement, tous les acteurs de la société devront s’engager, car c’est nous tous qui détenons les clés du destin de nos enfants.
Le nouveau Conseil Départemental des Jeunes (CDJ) installé le 20 décembre 2017 sera appelé à y contribuer.
Ces 54 jeunes, tous collégiens de Côte-d'Or, consacreront leur mandat de 2 années au développement de projets, autour du thème : « comment voyez-vous la Côte-d'Or dans 30 ans ? »
En résumé : voir loin, pour mieux agir maintenant.
Et là encore, nous avons innové en acquérant 20 ha dans l’agglomération dijonnaise afin d’y installer une activité de maraîchage bio à destination des collèges, des EHPAD, en lien avec la profession agricole.
Dans le même esprit, le projet de Parc national des forêts feuillues de plaine en Bourgogne et en Champagne connaîtra une étape décisive, avec la présentation de la dernière version de la charte en avril et son passage dans tous les conseils municipaux des communes concernées.
C’est un beau projet qui, certes, doit être finalisé avec les forces vives, mais qui a le soutien du Conseil Départemental de la Côte-d’Or.
Tout ceci montre que nous avons une vision de l’avenir fondée sur un équilibre territorial et je le dis, le Département s’est préparé pour affronter les défis du futur.

Alors, par-delà les difficultés souvent exprimées et légitimes, je tiens à vous adresser des vœux optimistes de bonheur pour cette nouvelle année.
Je souhaite à chacun des Côte-d’Oriens que leur vie leur soit plus douce, avec une pensée particulière pour les plus vulnérables d’entre nous, ceux que l’âge a affaiblis, ceux que les accidents de la vie ont éprouvés.
Oui, je vous souhaite une année 2018 de concorde, d’unité, de rassemblement, d’envie d’agir.
Je vous souhaite une année de projets, d’initiatives en Côte-d’Or, au service de l’idée que demain doit être meilleur qu’aujourd’hui.
Voilà le vœu que je forme, en 2018, pour la Côte-d’Or et pour la France.

Que vive la Côte-d’Or,
Que vive la République,
Et que vive la France !

Conseil départemental de la Côte-d'OrConseil départemental de la Côte-d'Or

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Travaux de création d'un échangeur Ecopôle Valmy-Zénith
Fermeture de la bretelle d'accès à la rocade-est depuis le centre...
Bellefond investit pour le bien-être de ses habitants.
La crise vous connaissez ? A Bellefond on connait aussi, mais une gestion...
L'activité estivale 2016 se prépare sur le lac de Pont-et-Massène
A l’initiative de Joël BOURGEOT, Sous-Préfet de...
Alise-Sainte-Reine ou le triple challenge d'un village et de ses élus
Alise-Sainte-Reine tout en haut du Mont Auxois, forcément vous...
Saint-Julien lance les travaux de son pôle de proximité, la ZAE de la Petite Fin.
Projet initié en 2008, la zone d’activités...
Les premières zones d'activité économique (ZAE) dijonnaises raccordées à la fibre optique
François Rebsamen, Maire de Dijon et Président du Grand Dijon,...
Chenôve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain à l'humain
Une double inauguration hautement symbolique. En inaugurant conjointement...
Une inauguration bien arrosée pour le barrage rénové de Pont-et-Massène !
Après plus de deux ans de travaux, le barrage modernisé de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *