Nouvelle offre de dessertes TER en Bourgogne-Franche-Comté pour 2018

06 décembre 2017

Le nouveau service annuel TER 2018 en Bourgogne-Franche-Comté débutera dimanche 10 décembre 2017 à 0h. Concrètement cette mise à jour annuelle des horaires des trains régionaux concernera moins de 20 % des quelque 650 circulations quotidiennes.

Parmi les points remarquables de ce nouveau service, notons :

-        La nouvelle offre de desserte ferroviaire entre Dijon et Besançon (Côte-d’Or et Doubs) : plus de trains, plus rapides avec une plus grande fréquence renforcée aux heures de pointe. La desserte passera de 23 à 26 allers-retours par jour en 56 minutes pour les 16 trains les plus rapides et en 1h05 minutes au lieu 1h13 minutes pour les 10 trains desservant le plus de gares.

-        La création d’une offre de transport routier alternative pour les communes de Neuilly-lès-Dijon, Villers-les-Pots (Côte-d’Or) et Franois (Doubs) suite à la création de la nouvelle offre entre Besançon et Dijon.

-        La création de deux nouveaux allers-retours sur la ligne « pied des Vosges » entre Belfort, Lure et Vesoul (Territoire de Belfort et Haute-Saône), soit
13 allers-retours quotidiens entre Vesoul et Belfort et 17 entre Lure et Belfort.

-        La réouverture de deux lignes, fermées pour travaux en 2017, respectivement le 10 décembre 2017 pour la liaison Paray-le-Monial/Chauffailles (Saône-et-Loire) et le 10 décembre 2017, entre Etang-sur-Arroux et Autun (Saône-et-Loire).

Cette nouvelle offre de desserte correspond pleinement à la politique régionale d’attractivité du mode de transport ferroviaire, « colonne vertébrale » de la mobilité en
Bourgogne-Franche-Comté. Elle est ainsi complémentaire des nouveaux tarifs pour les voyageurs occasionnels qui connaissent des débuts encourageants depuis leur lancement fin août 2017 : augmentation de la fréquentation des jeunes, succès de la carte de réduction destinée au plus de 26 ans, développement de la vente ligne.

Les changements d’horaires (le service annuel) ont lieu chaque année au mois de décembre. C’est l’occasion de faire les modifications sur les dessertes ferroviairesdemandées par les autorités organisatrices de transport (AOT), comme la Région
Bourgogne-Franche-Comté.

La compétence ferroviaire des régions existe depuis 2002. Depuis 2017, elles ont également la responsabilité de l’ensemble des transports interurbains – classiques et scolaires – en lieu et place des départements. La Région devient ainsi le chef de file de l’intermodalité et de la complémentarité entre les modes de transports sur son territoire, chargé de coordonner son action avec celle des autorités organisatrices de la mobilité (AOM) et de définir des règles générales relatives à l’intermodalité entre les services publics de transport et de mobilité.

Les nouvelles fiches horaires sont disponibles
sur le site internet TER Bourgogne-Franche-Comté, rubrique horaires et trafic.

Une nouvelle offre de dessertes pour faciliter les déplacements en train en Bourgogne-Franche-Comté

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 TER en Bourgogne-Franche-Comté pour 2018

Améliorer la relation entre Besançon et Dijon

L’objectif de cette nouvelle offre est de développer l’usage du train entre Besançon et Dijon, les deux principales agglomérations de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté.

Cette ligne est empruntée quotidiennement par près de 7 000 voyageurs.

Pour être plus attractive, cette nouvelle offre répond à trois objectifs :

  • Régularité : la garantie d’avoir des trains qui partent et arrivent à l’heure avec le maximum de correspondances vers d’autres lignes TER et TGV. Pour cela l’amélioration du cadencement[1] doit permettre une optimisation de l’utilisation des matériels et des roulements du personnel (conducteurs et agents d’accompagnement). La desserte est construite en allers-retours avec des demi-tours d’au moins 10 minutes minimum pour garantir la régularité ;
  • un temps de parcours réduit qui incite à prendre le train plutôt que la voiture (56 minutes pour les trains les plus rapides et 1h05 minutes en moyenne contre 1h13 minutes aujourd’hui pour les trains desservant le plus grand nombre de gare) ;
  • des dessertes fréquentes et régulières tout au long de la journée avec une amplitude horaire maximum et une lisibilité des horaires pour faciliter le parcours des usagers. La desserte comprend ainsi 26 allers-retours (soit 3 allers-retours supplémentaires par rapport à la desserte 2017), un cadencement à l’heure entre 5h et 22h et à la demi-heure en heure de pointe, ainsi qu’une optimisation des correspondances à Dijon et à Besançon vers Paris, Laroche-Migennes,
    Chalon-sur-Saône, Nevers et Belfort.

Du matériel moderne

Les trains utilisés seront majoritairement des rames Régiolis de 220 places produites par Alstom. Ce sont les trains les plus récents du parc ferroviaire régional.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

TER en Bourgogne-Franche-Comté pour 2018

1 Train desservant les gares de Dijon-Ville, Genlis, Auxonne, Dole, Saint-Vit, Besançon-Viotte

2 Train desservant les gares de Dijon-Ville, Genlis, Collonges, Auxonne, Dole, Orchamps, Ranchot, Saint-Vit, Dannemarie-Velesmes, Besançon-Viotte

 

Des trains supplémentaires pour le « pied des Vosges »

La liaison ferroviaire entre Belfort, Lure, Vesoul et Épinal, dite « pied des Vosges » va connaitre, à partir du 10 décembre 2017, un renforcement de l’offre de dessertes.

En semaine, trois allers-retours supplémentaires entre Belfort et Vesoul et deux
entre Vesoul et Belfort vont venir compléter l’offre actuelle.

L’objectif principal de la Région est de faciliter les déplacements domicile-travail entre l’agglomération de Belfort et les bassins de Lure, Vesoul et Épinal. La ligne ferroviaire dessert en effet la halte des Trois-Chênes, au nord de Belfort, située à proximité des usines Alstom, General Energy et du parc d’activités Techn’hom qui regroupent une centaine d’entreprises et un pôle universitaire. C’est ainsi l’ensemble du bassin industriel du Nord Franche-Comté qui va bénéficier d’un service renforcé pour les usagers.

Cette nouvelle proposition est structurée pour s’articuler avec la future offre de la région Grand Est sur la ligne de Trains d’Equilibre du Territoire (TET) Paris-Belfort-Mulhouse, offrant ainsi aux habitants de Haute-Saône et du Territoire de Belfort des liaisons adaptées pour se rendre à Paris ou en Alsace.

Des solutions alternatives pour les habitants
de Neuilly-lès-Dijon, Villers-les-Pots et Franois

Afin d’améliorer la desserte Besançon-Dijon, élaborée dans l’intérêt du plus grand nombre, les haltes de Neuilly-lès-Dijon et Villers-les-Pots, qui sont parmi les haltes les moins fréquentées de cet axe, ne seront plus desservies au service annuel 2018.

La halte de Franois ne sera plus desservie par les trains reliant Besançon et Dijon mais elle le sera par les trains de la « ligne du Revermont » entre Besançon et Lons-le-Saunier.

Pour limiter les impacts sur la population qui veut utiliser, à juste titre, les transports en commun, la Région propose des solutions routières alternatives : des navettes par car Mobigo.

Ces aménagements ont été réalisés sur la base de données de déplacement exhaustives et des besoins exprimés lors de réunions avec la population en octobre 2017.

La fréquentation des navettes Mobigo fera l’objet d’un bilan à l’issue des six premiers mois de service, afin de réajuster, si nécessaire, les horaires au plus près des besoins des usagers.

A bord des cars qui assurent les navettes, seront acceptés, d’une part les titres de transport TER, les titres de transport Divia pour les usagers voyageant entre Neuilly-lès-Dijon et Dijon et Ginko pour ceux se déplaçant entre Saint-Vit, Franois et Besançon.

Neuilly-lès-Dijon

Les besoins recensés sont tournés vers des déplacements quotidiens, d’une part, entre Neuilly-lès-Dijon et Dijon et, d’autre part, entre Neuilly-lès-Dijon et Auxonne et Dole.

Sur cette base, la Région propose aux usagers selon leur origine et destination les solutions de mobilités suivantes :

  • Un usager qui se rend de Neuilly-lès-Dijon à Dijon, ou inversement, pourra emprunter la navette par car Mobigo aux horaires suivants :
    • Départ de Neuilly-lès-Dijon à 07h09 et arrivées à Dijon (arrêt Monge – interconnexion avec la ligne 2 du tramway) à 07h31 et à Dijon (arrêt Gare – interconnexion avec la ligne 1 du tramway) à 07h34
    • Départ de Neuilly-lès-Dijon à 08h15 et arrivées à Dijon (arrêt Monge) à 08h37 et à Dijon (arrêt Gare) à 08h40
    • Départs de Dijon (arrêt Gare) à 17h15, de Dijon (arrêt Monge) à 17h18 et arrivée à
      Neuilly-lès-Dijon à 17h40
    • Départs de Dijon (arrêt Gare) à 18h15, de Dijon (arrêt Monge) à 18h18 et arrivée à
      Neuilly-lès-Dijon à 18h40
    • Départs le vendredi de Dijon (arrêt Gare) à 19h15, de Dijon (arrêt Monge) à 19h18 et arrivée à
      Neuilly-lès-Dijon à 19h40
  • Un usager qui se rend de Neuilly-lès-Dijon à une gare à l’est de Genlis ou inversement, pourra emprunter la navette par car Mobigo aux horaires suivants :
    • Départ en navette de Neuilly-lès-Dijon à 07h, arrivée à Genlis à 07h15, départ en train à Genlis à 07h20, arrivée à Auxonne à 07h31, à Dole à 07h40 et à Besançon à 08h14
    • Départs en train de Besançon à 17h17, passage à Dole à 17h49, Auxonne à 17h58 et arrivée à Genlis à 18h08, départ en navette de Genlis à 18h12 et arrivée à Neuilly-lès-Dijon à 18h27.

Villers-les-Pots

Les besoins recensés sont tournés vers des déplacements quotidiens d’une part vers Dijon et, d’autre part, vers Dole et Besançon. Il a été choisi de mettre en place une navette routière entre la halte de Villers-les-Pots actuelle et la gare d’Auxonne, en correspondance avec les TER de la ligne Besançon-Dijon.

En fonction de l’utilisation des navettes et des impacts sur le parking de la gare d’Auxonne, une réflexion pourra être envisagée afin de satisfaire aux nouveaux besoins de stationnement.

Sur cette base, la Région propose aux usagers selon leur origine et destination les solutions de mobilités suivantes :

  • Un usager qui se rend de Villers-les-Pots à Dijon ou inversement, pourra emprunter la navette par car Mobigo et le train aux horaires suivants :
    • Départ de Villers-les-Pots à 06h55 et arrivée à Auxonne à 07h05. Départ du train à Auxonne à 07h09 et arrivée à Dijon à 07h30
    • Départ de Villers-les-Pots à 07h15 et arrivée à Auxonne à 07h25. Départ du train à Auxonne à 07h32 et arrivée à Dijon à 07h52
    • Départ du train à Dijon à 17h09 et arrivée à Auxonne à 17h29. Départ de la navette à Auxonne à 17h37 et arrivée à Villers-les-Pots à 17h47
    • Départ du train à Dijon à 18h09 et arrivée à Auxonne à 18h29. Départ de la navette à Auxonne à 18h37 et arrivée à Villers-les-Pots à 18h47
  • Un usager qui se rend de Villers-les-Pots à une gare à l’est d’Auxonne ou inversement, pourra emprunter la navette par car Mobigo et le train aux horaires suivants :
    • Départ de Villers-les-Pots à 07h15 et arrivée à Auxonne à 07h25. Départ du train à Auxonne à 07h31 et arrivées à Dole à 07h40 et à Besançon à 08h14
    • Départ du train à Besançon à 16h56, à Dole à 17h23 et arrivée à Auxonne à 17h32. Départ de la navette à Auxonne à 17h37 et arrivée à Villers-les-Pots à 17h47
    • Départ du train à Besançon à 17h56, à Dole à 18h23 et arrivée à Auxonne à 18h32. Départ de la navette à Auxonne à 18h37 et arrivée à Villers-les-Pots à 18h47

Franois

Les besoins recensés sont tournés vers des déplacements quotidiens d’une part entre Besançon et Franois et d’autre part entre Dijon (Dole) et Franois.

Sur cette base, la Région propose aux usagers selon leur origine et destination les solutions de mobilités suivantes :

  • Un usager qui se rend quotidiennement de Besançon-Viotte à Franois ou de Franois à Besançon-Viotte pourra emprunter le train aux horaires suivants :
    • Départ de Besançon-Viotte à 06h01 et arrivée à Franois à 06h07
    • Départ de Besançon-Viotte à 07h48 et arrivée à Franois à 07h55 (nouveau)
    • Départ de Besançon-Viotte à 10h04 et arrivée à Franois à 10h10
    • Départ de Besançon-Viotte à 12h18 et arrivée à Franois à 12h24
    • Départ de Besançon-Viotte à 17h26 et arrivée à Franois à 17h32
    • Départ de Besançon-Viotte à 18h17 et arrivée à Franois à 18h23
    • Départ de Besançon-Viotte à 19h25 et arrivée à Franois à 19h32
      • Départ de Franois à 07h05 et arrivée à Besançon-Viotte à 07h12
      • Départ de Franois à 07h36 et arrivée à Besançon-Viotte à 07h42
      • Départ de Franois à 08h37 et arrivée à Besançon-Viotte à 08h44
      • Départ de Franois à 12h49 et arrivée à Besançon-Viotte à 12h56
      • Départ de Franois à 13h36 et arrivée à Besançon-Viotte à 13h42
      • Départ de Franois à 17h08 et arrivée à Besançon-Viotte à 17h14 (nouveau)
      • Départ de Franois à 18h38 et arrivée à Besançon-Viotte à 18h44
      • Départ de Franois à 19h50 et arrivée à Besançon-Viotte à 19h56
  • Un usager qui se rend quotidiennement de Dijon ou de Dole ou de toute autre gare à l’ouest de Saint-Vit aux Hauts-du-Chazal (terminus du tramway) pourra emprunter la navette par car Mobigo et le train aux horaires suivants :
    • Départ en train de Dijon à 06h40, de Dole à 07h11, arrivée à Saint-Vit à 07h27 Départ en navette de Saint-Vit à 07h32 et arrivée à Franois à 07h47, aux Hauts-du-Chazal à 07h54
    • Départ en train de Dijon à 07h09, de Dole à 07h40, arrivée à Saint-Vit à 07h59 Départ en navette de Saint-Vit à 08h05 et arrivée à Franois à 08h20, aux Hauts-du-Chazal à 08h32
    • Départ en train de Dijon à 17h09, de Dole à 17h39, arrivée à Saint-Vit à 17h54 Départ en navette de Saint-Vit à 18h et arrivée à Dannemarie-Velesmes à 18h07, à Franois à 18h16, aux Hauts-du-Chazal à 18h25
  • Un usager qui se rend quotidiennement des Hauts-du-Chazal (terminus du tramway) vers Dijon ou Dole ou toute autre gare à l’ouest de Saint-Vit pourra emprunter la navette par car Mobigo et le train aux horaires suivants :
    • Départ en navette des Hauts-du-Chazal à 06h53, de Franois à 07h, arrivée à Saint-Vit à 07h16 - Départ en train de Saint-Vit à 07h23 et arrivée à Dole à 07h44 et à Dijon à 08h15 - Départ en train de Saint-Vit à 07h27 et arrivée à Besançon-Viotte à 7h38
    • Départ en navette des Hauts-du-Chazal à 07h25, de Franois à 07h32, de Dannemarie-Velesmes à 07h41, arrivée à Saint-Vit à 07h50 - Départ en train de Saint-Vit à 08h08 et arrivée à Dole à 08h23 et à Dijon à 08h52 - Départ en train de Saint-Vit à 07h59 et arrivée à Besançon??Viotte à 08h14
    • Départ en navette des Hauts-du-Chazal à 16h35, de Franois à 16h42, de Saint-Vit à 17h - Départ en train de Saint-Vit à 17h07 et arrivée à Dole à 17h32 et à Dijon à 17h51
    • Départ en navette des Hauts-du-Chazal à 17h35, de Franois à 17h42, de Saint-Vit à 18h - Départ en train de Saint-Vit à 18h07 et arrivée à Dole à 18h23, à Dijon à 18h51

A noter que cette navette permet de connecter la commune de Saint-Vit au réseau de transport urbain du Grand-Besançon via l’arrêt Haut-de-Chazal.

  • Un usager qui se rend quotidiennement d’une gare entre Belfort et Besançon-Viotte vers Franois et inversement pourra emprunter le train aux horaires suivants :
    • Départ en train de Belfort à 06h36, de Besançon-Viotte à 07h46, arrivée à Franois à 07h55 
    • Départ en train de Belfort à 16h36, de Besançon-Viotte à 17h49, départ de Besançon-Viotte à 18h17, arrivée à Franois à 18h23
    • Départ en train de Franois à 07h05, arrivée à Besançon-Viotte à 07h12, à Belfort à 08h24
    • Départ en train de Franois à 07h36, arrivée à Besançon-Viotte à 07h42, départ de Besançon??Viotte à 08h11 et arrivée à Belfort à 09h24
    • Départ en train de Franois à 17h08, arrivée à Besançon-Viotte à 17h14, à Belfort à 18h29
    • Départ en train de Franois à 18h38, arrivée à Besançon-Viotte à 18h44, départ de Besançon??Viotte à 19h11 et arrivée à Belfort à 20h25.

Deux lignes ferroviaires
de nouveau accessibles après travaux

Réouverture de la liaison ferroviaire entre Paray-le Monial et Chauffailles

La ligne entre Paray-le-Monial et Lyon bénéficie à plusieurs centaines d’usagers qui effectuent quotidiennement le trajet domicile-travail entre le sud de la Saône-et-Loire et Lyon, et à d’autres, effectuant des trajets de plus longue distance entre Tours, Bourges, Nevers, Moulins, Paray-le-Monial et Lyon, première gare de correspondances de France.

Moderniser cette voie ferrée, c’est offrir une alternative à la route par le train, moyen de transport plus propre et plus sûr et réduire le temps de parcours de 10 minutes. C’est cet ensemble d’objectifs au service des usagers qui est poursuivi par la Région
Bourgogne-Franche-Comté, le Départemental de Saône-et-Loire, l’État et SNCF Réseau.

Afin de renforcer la sécurité, optimiser les circulations des trains et améliorer le confort des voyageurs, six mois de travaux ont été nécessaires entre fin mai et début décembre 2017 à la modernisation totale de l’infrastructure ferroviaire (remplacement du ballast, des rails et traverses) entre Paray-Le-Monial et Chauffailles.

La modernisation de cette voie ferrée, inscrite au contrat de plan État-Région 2015-2020, s’est effectuée en coopération avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes où sont réalisés simultanément des travaux jusqu’à Lozanne.

Financement des travaux

29 millions d’euros répartis entre :

  • Région Bourgogne-Franche-Comté : 14,5 millions d’euros ;
  • Département de Saône-et-Loire : 5,3 millions d’euros ;
  • État : 4,8 millions d’euros ;
  • SNCF Réseau : 4,4 millions d’euros.

 

Réouverture de la liaison ferroviaire entre Étang-sur-Arroux et Autun

Suite à des dégradations sur le système de signalisation provoquées par des chutes d’arbres, des travaux, d’élagage et de remplacement de la ligne aérienne par la mise en place de câbles le long des voies, ont été réalisés. Ces chantiers ont entraîné une fermeture temporaire de la ligne et la mise en place d’un service de substitution par autocar.

La circulation des trains entre Autun et Étang-sur-Arroux reprendra le 10 décembre 2017.

Le montant des travaux réalisés est de 450 000 euros financés par SNCF Réseau.

Démarrage encourageant pour la nouvelle offre tarifaire
destinée aux déplacements occasionnels

Déplacements occasionnels, de loisirs, professionnels… depuis le 29 août 2017, chacun peut bénéficier d’une nouvelle offre tarifaire unique Bourgogne et Franche-Comté, mise en place par la Région et valable sur tout le réseau, y compris entre Dijon, Auxerre et Paris.

  • Pour les moins de 26 ans, place à une réduction de 50 % sur simple présentation d’une pièce d’identité.
  • Avec la carte de réduction, les 26 ans et plus obtiennent 30 % de réduction la semaine et 60 % les week-ends, jours fériés et vacances. Son coût annuel est de 20 euros.
  • Un tarif unique de 2 euros est également prévu pour les 4-12 ans.
  • La tarification normale est, quant à elle, remplacée par des prix ronds de 5 à 35 euros.

Ainsi, par exemple, avec la carte tarif réduit 26 +, le week-end: le trajet Besançon-Belfort est passé de 17,40 euros à 6 euros et le Dijon-Paris-Bercy est à 14 euros au lieu de 46,10 euros.

Sans oublier les « bons plans » de 2 à 12 euros, toujours en vente en ligne et en nombre limité.

Avec cette nouvelle gamme tarifaire TER régionale, la Région a répondu à deux principaux objectifs :

  • créer une tarification unique valable sur l’ensemble du périmètre TER de la nouvelle région dès 2017 ;
  • proposer des tarifications simplifiées et innovantes avec des prix attractifs par paliers de distance.

Elle sera complétée par une tarification solidaire unifiée prévue au premier semestre 2018. Les offres destinées aux déplacements domicile-travail/études seront renouvelées pour la rentrée 2018.

 

Après deux mois, un premier bilan encourageant peut être dressé :

  • 15 000 cartes de réductions 26+ ont été vendues depuis le lancement ;
  • une hausse de la fréquentation des jeunes de moins de 26 ans de l’ordre de 10 % ;
  • une progression des ventes sur le site TER de 70 % en septembre (par rapport à août) et de 20 % en octobre (par rapport à septembre). En deux mois, les ventes en ligne ont donc doublées.

Pourquoi une adaptation des horaires
chaque année en décembre ?

 

Chaque année, au mois de décembre, un nouveau service annuel (SA) est mis en place par SNCF Réseau. Il permet d’adapter les horaires de circulation des trains en fonction des contraintes liées aux travaux, par exemple, ou de répondre à l’évolution des circulations de train à la demande de ses différents clients, transporteurs de voyageurs ou de fret.

Cette année, il intervient le 10 décembre à 0 heures et concernera, en
Bourgogne-Franche-Comté, moins de 20 % des horaires des quelques 650 circulations journalières sur le réseau régional.

La région est l’autorité organisatrice du transport collectif d’intérêt régional. C’est à ce titre qu’elle a la responsabilité de définir et de financer l’offre de transport ferroviaire. Elle est donc cliente de SNCF Réseau qui adapte le service annuel en fonction des besoins définis par la collectivité.

Les compétences de la Région
en matière de transport et de mobilité

 

La compétence ferroviaire a été attribuée aux régions dans le cadre de la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) du 13 décembre 2000. Depuis le 1er janvier 2002, les régions ont donc la charge de l’organisation et du financement des services ferroviaires régionaux de voyageurs et des services routiers effectués en substitution de ceux-ci, dans le respect d’un système ferroviaire cohérent et unique dont l’État reste le garant et SNCF l’exploitant.

Les régions sont, depuis 2017, les autorités organisatrices de l’ensemble des transports interurbains – classiques et scolaires – en lieu et place des départements. C’est le cas dans les sept départements de la région, à l’exception du Territoire de Belfort où, compte tenu de la taille du territoire, c’est le syndicat mixte des transports en commun du Territoire de Belfort (SMTC) qui exerce cette autorité (la Région est actionnaire de ce syndicat).

Avec l’adoption de la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM), le législateur a fait de la région le chef de file de l’intermodalité et de la complémentarité entre les modes de transports. En tant que tel, l’échelon régional est désormais chargé de coordonner son action avec celle des autorités organisatrices de la mobilité (AOM) et de définir des règles générales relatives à l’intermodalité entre les services publics de transport et de mobilité dans le cadre du schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET).

Chiffres-clés 

Le parc de matériel en Bourgogne-Franche-Comté

La Région Bourgogne-Franche-Comté possède un parc de 134 trains répartis comme suit :

  • 57 rames AGC (Z27500, B81500, X76500) fabriquées par Bombardier ;
  • 39 rames X73500 (dont 4 X73500S) fabriquées par Alstom ;
  • 18 rames Corail ;
  • 9 rames Régiolis Z51500 fabriquées par Alstom ;
  • 8 rames Z9600 (remplacées en 2020 par des rames Régiolis) ;
  • 3 Rames V2N (voitures à 2 niveaux).

Après la livraison de 9 rames, dans le cadre d’un lot de 16 acquises par l’ex région
Franche-Comté en 2015, Alstom procédera en 2018 à la livraison de 7 nouvelles rames Régiolis, pour un investissement total de 100 millions d’euros.L’assemblée régionale a voté, le 17 novembre 2017, des crédits d’investissement de 56,1 millions d’euros pour l’acquisition de 8 nouvelles rames Régiolis, qui seront livrées entre janvier 2019 et avril 2020. Elles sont destinées à remplacer l’ensemble des rames Corail circulant en Franche-Comté.

TER en Bourgogne-Franche-Comté pour 2018



[1] Organisation de la desserte d’une ligne ou d’un réseau de transports selon un rythme régulier, fréquent et facilement mémorisable.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

SNCF pour un réseau toujours plus performant en 2016
En 2016, SNCF Réseau investira 320 millions d’euros pour la...
Co-voiturer avec un agent du parc du Morvan
Depuis le 1er février 2016, le Parc naturel régional du Morvan...
Pour les abonnés TER, Besançon et Dijon à grande vitesse
La région Bourgogne-Franche­Comté et SNCF proposent une...
Dijon : vivre deux mois sans sa voiture
S’imaginer sans voiture personnelle est pour certains une idée qui...
Premier accord entre la région Bourgogne-Franche-Comté et le département de la Côte-d'Or sur les transports.
Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional de...
Les Bons Plans du TER Bourgogne-Franche-Comté
La région et SNCF lancent aujourd’hui «les Bons Plans du TER...
Des échanges utiles entre la Région BFC et les maires.
Les présidents AMF de Bourgogne-Franche-Comté...
Le Grand Dijon et le Grand Besançon intègrent la société publique locale « Bourgogne Franche-Comté Mobilités »
Cette nouvelle structure a pour vocation la gestion de l’ensemble des...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *