On se la jouait sous haute sécurité avec la préfecture de Côte-d'Or !

On se la jouait sous haute sécurité avec la préfecture de Côte-d'Or !

Contact :

Préfecture de Côte-d'Or
53 rue de la Préfecture
21000 Dijon

Accueil public : Cité Dampierre
6 rue Chancelier de l'Hospital
21000 Dijon
03 80 44 64 00


19 octobre 2017

En Côte d’Or et partout en France, se tenait la cinquième édition des « Rencontres de la sécurité ». Un rendez-vous donné à l’ensemble des Français par celles et ceux qui veillent sur leur sécurité. Policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers, représentants de la sécurité et personnels des préfectures, tous étaient réunis pour faire découvrir leur quotidien au public entre interventions et prévention.  A cette occasion étaient associés de nombreux partenaires de l’Etat en matière de sécurité comme les collectivités territoriales mais aussi des associations de protection civile ainsi que leurs nombreux bénévoles.

 

Suite aux nombreux évènements qui ont frappés la France (catastrophes naturelles et actes terroristes) et ce, à plusieurs reprises, l’initiative a été prise par le ministre de l’Intérieur puis coordonnée par les préfets dans tous les départements, en métropole et en outre-mer. Chaque préfecture a alors établi son programme entre évènements et échanges. Ce jeudi, au Jardin du Conseil Départemental, associations et services de secours se sont réunis pour former le public aux gestes utiles pour sauver des vies.

En effet, les sapeurs-pompiers volontaires, la croix rouge, la protection civile ainsi que l’UNASS (Union Nationale des Associations de Secouristes et Sauveteurs) étaient présents pour permettre aux personnes volontaires de passer une formation gratuite des gestes aux premiers secours. Les inscriptions se sont faites auprès des services de préfectures, à savoir que 110 demandes ont été enregistrées pour cette journée !

Les formations se déroulaient sur une durée de 2h. Pendant ses 2h, le public a été initié aux gestes de premiers secours tels que : alerter, masser, défibriller et traiter une hémorragie. A la fin, des attestations ont été remises à chaque participant volontaire au nom de la Préfète et en présence de la Sous-Préfète et directrice du Cabinet, Mme Pauline Jouan.

 

Interview de Mme Pauline Jouan par Chloe HELLE, stagiaire DIDAQTE au GRETA 21,

    munie de son accrédiation presse, de son carnet de notes et de son appareil photo ...

Réussissez-vous à réunir toutes les tranches d’âge pour ces journées « Rencontres de la sécurité » ?

Mme Jouan : "Oui on a du public de tout âge, là aujourd’hui je constate que l’on a une majorité de femmes d’ailleurs il faudrait motiver un peu ces messieurs à venir *rire*

On essaye de sensibiliser dès le plus jeune âge notamment avec des rencontres à l’école pour les enfants, mais aussi au collège et au lycée pour les prévenir sur les risques de la drogue, du tabac, internet…

Suite aux évènements récents (actes terroristes) allez-vous prévoir des formations particulières pour informer les personnes du comportement à adopter dans ces situations ?"

Mme Jouan : "Pour le moment non en revanche les formations de gestes aux premiers secours ont étés renforcés. Avant on allait surtout avoir l’initiation au défibrillateur, la PLS (position latérale de secours) mais maintenant on insiste beaucoup sur le garrot par exemple. C’est un geste qui peut-être nécessaire en cas d’attaque terroriste. Aujourd’hui nous sommes sur des formations gratuites qui délivrent seulement une attestation mais il est possible de se renseigner sur notre site internet pour avoir des informations complémentaires.

Nous proposons des formations complètes sur une journée qui seront, certes, payantes, mais à la clé vous obtenez le brevet de secourisme. La question du comportement à adopter en cas d’attaque terroriste peut-être abordée lors de ces formations avec les associations de protections civiles ou les pompiers."

Pour clôturer l’évènement, la Toison d’Or a accueilli pompiers, gendarmes et policiers de la capitale des Ducs sous l’œil attentif de notre Préfète Mme Christine Barret et de notre Sous-Préfète, Mme Pauline Jouan. Le but était de présenter leur métier ainsi que leurs missions. Pour l’occasion, des activités ainsi que des démonstrations étaient organisées, de quoi éveiller la curiosité de certains (et rien n'échappa  Chloé à qui l'Echo des Communes a confié ma réalisation de ce reportage en deux temps).

Ci-dessus, le tout nouveau camion satellite du SDIS de Dijon

En effet, ce samedi, on aurait pu se croire dans un épisode d’esprit criminel ! Etaient présents : les sapeurs-pompiers, le GRIMP, la police, la police scientifique ainsi que la police municipale, les gendarmes, la protection civile et l’UNASS. Ils étaient tous réunis derrière leur stand pour répondre aux questions du public. Cet échange leur permet d’illustrer et de partager leur quotidien. Dans des conditions souvent difficiles, ils assurent notre sécurité, rétablissent l’ordre public, porte secours et assistance sur des lieux d’accident.

Pour le plus grand plaisir de nos yeux, le GRIMP a effectué une démonstration qui consistait à évacuer une personne d’un restaurant situé au 1er étage jusqu’à la place Marie de Bourgogne. La préparation s’est faite à partir de 9h. Pour cette fois-ci, il ne s’agira que d’un mannequin dans le matelas coquille mais le sérieux et le professionnalisme de l’équipe du GRIMP nous a plongé dans une ambiance telle un film d’action !

Le tout s’est déroulé sous les yeux du public ainsi que de la Préfète et Sous-Préfète. On admire le courage de cette équipe d’intervention hors du commun.

A l’entrée de la Toison d’Or se trouvait le stand de sécurité routière. Le personnel offrait la possibilité aux personnes intéressées de repasser leur code de la route et d’essayer un simulateur de conduite deux roues. Préfète et Sous-Préfète se sont prêtées au jeu de bonne grâce !

L’UNASS (Union Nationales des Associations de Secouristes Sauveteurs) a répondu présent aussi à cette journée pour initier le public au défibrillateur ainsi qu’au massage cardiaque.

Sur le stand de la DIPJ (Direction Interrégionale de la Police Judiciaire) étaient disposés des objets tout à fait banaux. Et pourtant, sachez que ces objets étaient imprégnés de traces papillaires. Avec leur mallette d’intervention, la DIPJ a attisé notre curiosité en relevant  les traces grâce à leur poudre dactyloscopique. Il s’agit d’une poudre spéciale pour relever les empreintes sur des surfaces claires.

La police municipale s’octroie une petite pause pour la photo. Ici, sont présents deux vététistes de notre brigade dijonnaise qui en compte une dizaine à ce jour. Cet équipage arpente nos rues chaque jour à bord de leur vélo pour veiller au respect des lois et améliorer notre quotidien.

Passons aux véhicules deux-roues motorisés, la gendarmerie est venue ce samedi avec un de leurs bijoux, la Yamaha FJR 1300. La BMO (Brigade Motorisée) s’occupe particulièrement de surveiller et contrôler la circulation (pose de radar, test d’alcoolémie, contrôle du permis etc).

En cas d’accident de la route, ils interviennent pour réguler la circulation et alerter les autres usagers de la route ainsi que les autorités compétentes. Dans certains cas, la BMO se verra escorter les personnalités publiques ainsi que les autres unités si besoin. Sachez que cette machine possède 146 chevaux, de quoi calmer certains fous du volant !

Ce samedi, la gendarmerie présentait plus particulièrement son recrutement ainsi que la lutte contre les cybermenaces. Si internet est un espace de liberté culturelle et divertissante, cela ne se passe pas comme prévu lorsque cet espace est utilisé pour porter atteinte à la sécurité de l’Etat ou de ses concitoyens. Ses attaques virtuelles visent aussi bien les entreprises que les particuliers avec à la clé des dommages considérables. Face au développement de la cybercriminalité, le ministère de l’intérieur met en place une action de lutte contre les cybers menaces pour protéger l’ensemble de la communauté nationale.

Rappelons que ce type de menaces est présent pour les plus jeunes aussi, des interventions seront prévus dans les collèges ainsi que les lycées pour sensibiliser les élèves sur le danger permanent que représente internet.

 

Deux jeunes pompiers volontaires étaient présents à l’occasion pour conseiller et guider les personnes intéressées par l’engagement en tant que pompier volontaire. Cette année, on recense 55 nouveaux arrivants au sein de cette unité. Une cérémonie d’intégration a eu lieu le 1er octobre au SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours). A ce jour, 1 500 sapeurs-pompiers volontaires se sont engagés en Côte d’Or. Cependant, en juillet, un manque de disponibilité se faisait ressentir dans certaines casernes de la région.

Pour terminer ce tour des stands, nous retrouvons les bénévoles de la protection civile côte d’orienne. Avec leur tenue orange et bleu, ils sont reconnaissables de loin, mais qui sont-ils vraiment ? Chaque jour, ils assurent des actions de secours à la personne, effectuent des formations aux premiers secours ainsi que de soutien aux populations. Ils ne sont pas moins de 32 000 volontaires prêts à aider, secourir et former aussi bien en France qu’à l’Etranger.

 

 

Rédaction Chloé Helle

Crédit photos Chloe Helle et Marie Quiquemelle

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

HOPE : Des parcours pour l'intégration des réfugiés en Bourgogne-Franche-Comté
Une soixantaine de jeunes réfugiés de la région...
Bourgogne et Franche-Comté mobilisées pour l'accueil des réfugiés
Le Président de la République a annoncé, le 7 septembre...
Anticiper au mieux l'arrivée de demandeurs d'asile.
Dans la continuité de la réunion que le ministre de...
Cérémonie des voeux du Conseil Départemental
François SAUVADET, Député de la...
La 5ème édition de "Rêves d'Enfants Malades" bat tous les records.
Depuis 5 ans, la manifestation "RÊVE D'ENFANTS MALADES" a lieu au...
Coup d'envoi du réseau PAPOT'AGES à Gevrey-Chambertin
En présence de Christophe Lucand, président de la...
16ème Journée des Assistants Familiaux
Jeudi 19 mai, le Conseil Départemental a organisé pour la...
Drame de Saint-Etienne-du-Rouvray.
Communiqué de Monseigneur Roland Minnerath, archevêque de Dijon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *