20 ans, pas une ride et le mors aux dents, c'est l'ESAT de Fontaine-les-Dijon !

20 ans, pas une ride et le mors aux dents, c'est l'ESAT de Fontaine-les-Dijon !

Contact :

ESAT PEP 21
9 RUE DES CORTOTS
21121 Fontaine-lès-Dijon
03 80 55 02 02
03 80 55 02 00
esat@pep21.org

 


11 octobre 2017

Cette année-là, ils ouvraient pour la première fois, les clients ne les connaissaient pas. Cette année-là le CAT venait d’ouvrir ses portes en passant de Bel Air à Fontaine. Les travailleurs aimaient ça et déjà, les ateliers faisaient quatre métiers, tous au top et le directeur disait ça va marcher !! Dans l’ESAT ils ont bien rigolé, et tout ça grâce aux festivités alors… Quelle équipée ces années-là. Ensuite ils ont dit bonjour à l’Intervalle, à Valmy tandis que les Cortots battaient tous les records. Ces années-là, de 40 ils sont passés à 100. C’était hier, c’était il y a 20 ans et aujourd’hui tout a changé mais la même énergie qui les guide encore et encore. L’ESAT de Fontaine a 20 ans et ça se fête !

 

20 ans !... 20 ans, nom d’un chien c’est une étape qui marque ! Que ce soit dans la vie de n’importe quel jeune quand on n’est plus un adolescent et pas encore tout à fait un adulte, un adulte en devenir qui s’apprête à voler de ses propres ailes. 20 ans, ça se fête en famille, entre amis et c’est sans doute pour cela qu’il y avait autant de monde aux côtés de Muriel LAFONT, directrice de l’ESAT et des Travailleurs comme l’on dit dans le jargon… les travailleurs en situation de handicap qui ont trouvé, au-delà d’un emploi, un statut, une reconnaissance, une place une vraie place dans le monde du travail et dans la société.

A l’ESAT de Fontaine, depuis 20 ans on a démarré dans la vie ou assis son emploi, on décide de sa propre voie sociale, familiale… humaine ! Alors vraiment cela valait bien la petite chanson qui tient lieu de chapô à cet article.

Ils peuvent être fiers les Travailleurs de l’ESAT. Fiers d’avoir franchi de nombreuses étapes, surmonter des difficultés malgré, parfois, le découragement quand on craint de ne pouvoir atteindre le but fixé. Et cela vaut bien un joli mot de monsieur le président, Michel Canelle ;

"Aujourd’hui, j’avancerais presque que l’ESAT est devenu un simple passage avant d’intégrer la société civile si je puis dire ou plus simplement la vie ordinaire.

Certes, on n’arrive pas à l’ESAT par hasard, on n’y arrive plus qu’au moment où une place se libère. Une arrivée se prépare ; elle se prépare en plusieurs étapes aussi bien en interne qu’en externe ; elle passe par des stages de sensibilisation professionnelle, des stages d’immersion, permettant d’apprécier le niveau d’acquisitions des apprentissages fondamentaux, «scolaires» tout autant que techniques, les aptitudes socioprofessionnelles... Arrive enfin la phase de professionnalisation qui permettra de confirmer ou d’infirmer l’inscription dans un parcours de formation qualifiante en finalisant le projet de formation et d’insertion sur la base des évaluations réalisées."

Si la loi de 2005 a apporté des modifications importantes en marquant un rapprochement avec les dispositions de droit commun sur les droits à congés, la formation, et la possibilité de bénéficier de démarches de Validation des acquis de l’expérience (VAE), même s’il a fallu attendre 2009 pour qu’un décret fixe les mises en forme et les procédures. Maintenant, le parcours professionnel est clairement un élément à part entière du projet individuel. Et différentes formules parleront à certains… le service d’appui au CFA, Challenge-Emploi, l’organisation de stage en milieu professionnel, la mise en place de bancs d’essais en CFA, la collaboration avec les CFA de l’agglomération dijonnaise, les Missions Locales, Pôle-Emploi dans le but de trouver les meilleures solutions d’insertion en fonction du projet individuel.

Les entreprises automatisent le plus possible les tâches de conditionnement ce qui a conduit les ESAT à se rapprocher des métiers existants mais aussi des besoins de la population. Tout cela fait que les niveaux d’emploi ont dû être diversifiés afin que tout le monde s’y retrouve et que les accompagnements restent individualisés.

Bon, ce n’est pas le tout, mais un peu d’histoire s’impose tout de même, parce qu’ils le valent bien !

Créé en 1996 sur le site de l’IME La Rente de Bel Air afin de permettre l’insertion professionnelle des jeunes adultes issu de cet établissement, l’ESAT PEP 21 accueille à ses débuts un effectif de 40 usagers en situation de handicap mental. Les activités initiales sont les mêmes que celles auxquelles ces jeunes ont été formés à l’IME, la blanchisserie, le conditionnement et le contrôle qualité des pansements URGO, les espaces verts et le ménage.

Après quelques années de mise en place de ce nouvel établissement, le besoin de développer une identité et un fonctionnement propre à l’ESAT se fait sentir, et l’association travaille sur un projet de déménagement sur un site dédié, inséré dans le tissu économique de l’agglomération de Dijon. C’est le site de la rue des Cortots à Fontaine les Dijon qui est finalement choisi, et le déménagement a lieu en août 2003. Les nouveaux locaux sont organisés autour de ces mêmes 4 activités « historiques ». La même année, l’agrément de l’ESAT est augmenté de 5 places.

Cette nouvelle implantation et le soutien de la Mairie de Fontaine-les-Dijon sont porteurs de développement et de diversification des activités, au profit des Travailleurs accueillis et du développement économique.

Au fil des années, l’établissement propose de nouveaux services aux particuliers (vente de bois de chauffage, boutique de repasserie etc.) et aux entreprises (montage de faisceaux électriques pour Schneider, travaux de maintenance et de second œuvre, lavage de voitures, traitement de linge de résidents de maison de retraite, service de livraisons).

A Partir de 2006, la politique d’insertion en milieu ordinaire est renforcée avec la mise en place de prestations individuelles (petits travaux dans une crèche et une clinique, mise en rayon dans un supermarché) puis, quelques années après, des prestations collectives en entreprises sous forme de petites équipes encadrées par un moniteur (travaux de conditionnement et de façonnage).Une boutique de blanchisserie « annexe » est également ouverte en 2007 sur un petit site indépendant situé à la Fontaine d’Ouche.

En parallèle, l’agrément de l’ESAT ne cesse de croître à un rythme soutenu. 50 places en 2007, 60 places en 2008. Cette même année, un document d’extension de capacité d’accueil est déposé et accepté pour l’obtention de 60 places supplémentaires afin de créer des places notamment pour des jeunes de l’IME en amendement Creton, ce qui aurait dû porter l’agrément total de l’ESAT à 120 places d’ici 2012. Finalement, seules 24 places sont obtenues et l’agrément passe ainsi à 75 places en 2009 puis à 94 places en 2010.

L’accompagnement professionnel et médico-social de ces jeunes, dont la plupart viennent de l’IME, par les encadrants est déterminant afin de les accompagner dans la construction de leur projet de jeune adulte. Les activités de soutien, les formations, les certifications de validation des acquis d’expériences, les stages inter-ESAT et en milieu ordinaire sont autant de dispositifs développés par l’établissement au fil du temps afin d’étayer cet accompagnement et de permettre de véritables parcours professionnels.

Dès 2002, cette politique d’insertion porte ses fruits avec la première embauche d’un travailleur en milieu ordinaire de travail (entreprise adaptée ou classique). Depuis, 5 autres travailleurs de l’ESAT ont rejoint le milieu ordinaire de travail. Une politique d’amélioration de la qualité est également activement menée par l’ESAT, avec le lancement d’un premier cycle d’évaluation interne entre 2007 et 2011, puis l’obtention de la certification ISO en mars 2014 et enfin la première évaluation externe en 2014.

Sur la base du dossier de demande d’extension (CROSM) déposé en 2008, plusieurs projets importants de développement d’activité économique sont réfléchis, et en particulier un projet de création d’une unité de restauration. C’est ce projet qui est finalement retenu, et qui est lancé en 2010 : une option est mise sur un terrain sur le parc Valmy en construction, puis est créée une petite équipe de ménage-restauration en 2011.

Les travaux et la formation des Travailleurs construite en collaboration avec le CFA de La Noue débute en 2013 en alternance avec des lieux de stage en milieu ordinaire de restauration et se déroule sur une année jusqu’en octobre 2014. Toute l’équipe restauration est ainsi constituée   en novembre et procède à l’ouverture fin 2014 d’un restaurant en libre-service …L’Intervalle !

Cette restauration accueille une vingtaine de Travailleurs et leurs encadrants et propose plus de 200 places assises sur place, sans oublier les repas préparés et livrés quotidiennement pour les 70 Travailleurs du site de Fontaine les Dijon et les prestations traiteur.

En 2016, la boutique de blanchisserie déménage de Fontaine d’Ouche au parc Valmy et arbore un nouveau nom … Le Savoir Fer ! Puis le développement du parc Valmy et l’arrivée de nouvelles entreprises et organisations, et donc de potentiels clients, conduit à la construction d’une extension de l’Intervalle sous la forme d’un 2ème espace de restauration libre-service qui porte le nombre de places assises à plus de 350 à partir de mi-2017. Au cours de ces 20 années d’existence, l’ESAT a su mener de profondes mutations et s’adapter aux changements à la fois des besoins des usagers accueillis et de l’environnement économique.

Cette dynamique ne pouvait pas se mener de façon isolée, et l’établissement a su également construire de solides partenariats en direction du monde médico-social (autres ESAT, foyers, SAVS, CREAI) et du monde économique (GIE Les ateliers de Bourgogne, clients, clubs d’entreprises).

« C’est une grande satisfaction et une grande fierté pour l’ensemble de l’équipe encadrants et de travailleurs d’avoir contribué à cette belle « entreprise », au sens premier du terme, tout en s’adaptant aux changements d’organisation inhérents à une telle évolution : de 40 usagers sur un site à plus de 100 aujourd’hui sur 2 sites… dira Jean RAQUIN, Directeur du Dispositif Adultes PEP21

Depuis mi-2016, une nouvelle étape est en cours pour l’établissement. En effet, l’ESAT Le Goéland, ouvert en 1983 et qui fait partie des PEP 21 depuis 2013 et accueille une quarantaine de travailleurs en situation de handicap psychique, est progressivement consolidé avec l’ESAT Fontaine afin de constituer un ESAT unique.

Ce sont de nouveaux changements, mais surtout de nouvelles opportunités en perspective pour les Travailleurs accueillis et le personnel d’encadrement … mettre en commun des moyens, élargir les compétences, développer des synergies, diversifier les activités… les défis sont nombreux mais l’avenir est prometteur pour l’ESAT PEP 21 !

Ces vingt années de fonctionnement se sont appuyées  sur trois axes qui ont donné du sens et des valeurs à ce développement : Penser  « compétences à développer et créativité »  en ne doutant pas des ressources humaines  à mettre en valeur avec la contribution de  la formation professionnelle tant pour les travailleurs que leurs encadrants… Créer un climat de travail ou chacun au quotidien aura  sa place et aura la possibilité de s’épanouir  avec des temps communs institués de convivialité et de régulation… Anticiper sur les changements  nécessaires notamment  dans notre activité de production de façon à  ne pas être victime  d’une conjoncture économique compliquée et dans l’objectif d’assurer la pérennité des emplois et de l’ établissement

 

Ici, tous ont appris, progressé, évolué, gagné en autonomie, mais on réfléchit à l’après  et une réflexion s’engage entre les PEP 21, l’ARS et le conseil départemental pour entrevoir la ou les solutions qui pourraient être envisagées pour les Travailleurs vieillissants et qui pourraient de surcroît être atteints d’un handicap au moment où ils envisageront de prendre leur retraite.

 

 

m.quiquemelle@echodescommune.com

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Conseil Départemental : Signature des nouveaux contrats d'apprentissage pour la rentrée 2017
François Sauvadet, ancien ministre, Président du Conseil...
3 nouvelles agences pôle emploi dans le bassin dijonnais
3 agences accueillent le public avec plus de confort dans des locaux...
Première conférence du dialogue social régional.
La conférence du dialogue social régional portant sur...
Emplois d'insertion : optimiser les dispositifs !
La semaine dernière, Christiane Barret, Préfète de la...
Le Service civique, un engagement volontaire au service des collectivités locales
Le Service Civique permet aux jeunes âgés de 16 à 25 ans,...
583 nouveaux projets soutenus par les fonds européens.
Sous la responsabilité de la région, autorité de gestion,...
Lancement de la plateforme participative de la région Bourgogne-Franche-Comté
Marie-Guite Dufay, présidente de la région...
Pôle Emploi, les bons chiffres de la grande région
Pôle Emploi Bourgogne Franche-Comté a présenté ses...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *