La FRTP fait ses législatives

La FRTP fait ses législatives

Contact :

Fédération Régionale des Travaux Publics
BOURGOGNE FRANCHE-COMTE
Siège régional et adresse courrier
3, rue René Char - 21000 DIJON
Tél. : 03.80.41.93.21 - Fax : 03.80.41.93.20


21 septembre 2017

6 sur les 15 députés fraîchement élus de la Bourgogne se sont déplacés à Beaune à l’invitation de la Fédération régionale des travaux publics. L’occasion de faire le point sur les carnets de commande et de connaître le sentiment des parlementaires quant à la mise en place du Conseil d’orientation des infrastructures de transport souhaité par le gouvernement.

Ils sont venus, mais pas tous là : aucun élu de la Nièvre, un seul représentant pour chacun des départements de la Saône-et-Loire et de l’Yonne, mais en revanche tous les députés LREM de Côte d’Or pour entendre Vincent Martin, président de la FRTP à l’occasion de ces « Législatives des travaux publics » organisées par la Fédération professionnelle.

 

Un début 2017 en demi-teinte

Si le moral des entrepreneurs, dopés par l’élection présidentielle et les annonces du gouvernement semble se porter mieux - « la confiance est retrouvée, confirme Vincent Martin, avec seulement 8 % de patrons pessimistes » – la reprise est en demi-teinte sur les carnets de commande. « Les TP sont en convalescence, poursuit le patron des TP de la région Bourgogne Franche-Comté. Nous avons besoin de visibilité. Car c’est la politique qui conditionnera le dynamisme du secteur. » Bonne nouvelle donc pour les TP que la mise en place d’un conseil d’orientation des infrastructures de transport annoncée lors de la Conférence nationale des territoires qui s’est déroulée au Sénat le 17 juillet, et qui associera les élus locaux aux discussions.

Des chantiers en panne ?

En Bourgogne Franche-Comté, les entrepreneurs ont rappelé combien l’état des lieux demeurait préoccupant sur la qualité des réseaux d’eau, du réseau routier et sur le déploiement du THD, seule voie possible pour un dynamisme économique et démographique équilibré entre pôles urbains et monde rural. Sans oublier les crédits dormants car gelés par des grands travaux qui prennent du retard au lieu d’être injectés dans le secteur… Un constat nuancé par Didier Paris, député LREM de la Côte d’Or qui rappelle que le taux d’exécution du contrat de plan Etat-région 2015-2020 s’établit à 48,3% même si, ont reconnu les élus, certains chantiers restent en panne comme la liaison Troyes-Bourges ou la  déviation Sud d’Auxerre.

Ils ont dit…

S’ils ont partagé le constat des professionnels des TP, les parlementaires ont eu l’occasion de donner leur sentiment sur ces premiers mois de mandature. Conseil d’orientation, endettement, baisse des dotations… les ont inspirés.

La FRTP fait ses législatives

Fadila Khattabi (LREM, Côte-d’Or) : « Le conseil d’orientation des infrastructures de transport sera une instance pertinente pour dégager les priorités. »

Didier Martin (LREM, Côte-d’Or) : « Il y a un changement d’état d’esprit, l’idée que l’on va s’en sortir esemble. Nous devons procéder à une baisse de la dépense publique. Pas par dogmatisme, mais parce que respecter les 3 % du PIB comme niveau d’endettement c’est garantir la signature de la France sur les marchés. »

Didier Paris (LREM, Côte-d’Or) : « La Bourgogne est la première région hors Ile-de-France à mobiliser les budgets pour ses infrastructures avec 48,3 % de niveau d’engagement. Concernant la baisse des dotations publiques (1) nous sommes au croisement de pas mal de données mais vu l’état financier de la France nous avons besoin de trouver 10Mds d’euros dans le secteur. Il faut donc des priorisations. Au-delà des grands projets structurants, il nous faut aussi regarder de près les réseaux de proximité du quotidien par le ferré par exemple. »

Rémy Rebeyrotte (LREM, Saône-et-Loire) : « Les collectivités nous disent qu’ils votent des budgets à l’équilibre mais on ne vote pas un budget à équilibre avec les dotations de l’État. Il faut être davantage attentifs au fait que les collectivités locales aient mobilisé tous leurs potentiels de crédits et il faut travailler sur les dotations avec un système de bonus/malus pour rééquilibrer les dépenses entre fonctionnement et investissement. »

Yolaine de Courson (LREM, Côte-d’Or) : « Souvent on constate dans les collectivités que le niveau d’investissement est faible par rapport aux trésoreries. »

André Villiers (LR, Yonne) : « Nous assistons à une moralisation de l’ensemble des grands projets »

La FRTP fait ses législatives

 

(1) La FRTP  rappelle que 70 % de ses carnets de commande viennent des commandes publiques.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

L'investissement public, un levier de croissance des territoires
Vincent Martin, Président de la FRTP Bourgogne demande aux élus...
FRTP : Il est urgent d'entreprendre !
Prenez un homme d’action : Vincent Martin, président de la...
La Fédération des Travaux Publics suggère 12 proposotions au futur Président de la République
Pour que le prochain Président de la République prenne des...
MiCA : conseil et assistance aux collectivités
Le Conseil Général a mis en place début 2012 la Mission...
La commune de Vielverge sollicite la MiCa
Le Conseil Général a mis en place, début 2012, la Mission...
Choisir un exploitant pour gérer la distribution de l'eau potable.
La démarche conduisant à choisir un délégataire de...
Visite des installations bois énergie du Pays Seine-et-Tilles.
Dans le cadre du Printemps de l'environnement, François Sauvadet,...
Présentation du plan départemental de soutien à la voirie communale et au développement économique local.
François Sauvadet, président du Conseil départemental de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *