Changer l'environnement pour sauver des vies

Changer l'environnement pour sauver des vies

Contact :

Agence régionale de santé (ARS) 
Bourgogne-Franche-Comté

Le Diapason - 2, Place des Savoirs 
CS 73535 - 21035 Dijon cedex
0 808 807 107 (numéro non surtaxé)

14 septembre 2017

Le  Plan Régional Santé Environnement de Bourgogne-Franche-Comté (2017-2021) a été présenté officiellement par la préfète de région, Christiane Barret, la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay et le directeur général de l'Agence Régionale de Santé, Pierre Pribile. Il définit les objectifs à atteindre et les actions à mettre en œuvre collectivement, en particulier pour réduire les inégalités de santé sur notre territoire.

Ce troisième plan, qui décline les orientations du Plan National Santé Environnement 3 adopté en novembre 2014 par le Gouvernement, s’inscrit dans le périmètre des deux régions fusionnées et intègre les spécificités de la région Bourgogne-Franche-Comté. Le plan s'articule en 5 axes, 16 objectifs opérationnels déclinés en 55 actions concourant à un environnement favorable à la santé des habitants de Bourgogne-Franche-Comté, sur des thématiques ciblées comme l’a reprécisé Christiane Barret : « la qualité de l’eau, la qualité de l’air intérieur puisque nous passons en moyenne 80 à 90 % du temps dans des lieux clos », avec une action particulière visant le radon. « Très présent dans la région, c’est un gaz naturel radioactif qui se dilue à l’air libre mais peut s’accumuler dans les espaces clos lorsque l’étanchéité de l’interface sol/bâtiments n’est pas assurée ». « Chaque année en France 2 000 cas de cancers du poumon sont imputables au radon accumulé dans l’air intérieur, précise même Pierre Pribile. Or 5 % du parc régional de l’habitat en Bourgogne Franche Comté est classable comme potentiellement « indigne »Est ciblée enfin la qualité de l’air extérieur, avec l’objectif d’améliorer la connaissance des sources de particules atmosphériques fines en Bourgogne-Franche-Comté pour faciliter la mise en place d’actions ciblées. « Nous partageons le constat de l’influence de la qualité de notre environnement, et du milieu dans lequel nous vivons et nous travaillons sur l’état de santé, a conclu Christiane Barret. Il importe de pouvoir agir là-dessus . C’est un enjeu national. » En effet. Plusieurs indicateurs précisent même l’influence du cadre de vie sur la santé publique : « Santé publique France nous a récemment rappelé que dans un scénario sans pollution atmosphérique par les particules fines, où la qualité de l’air en France continentale serait identique à celle de ces communes les moins polluées (5 μg/m3), plus de 48 000 décès seraient évités chaque année en France, dont plus de 2 200 en Bourgogne Franche-Comté. Soit une baisse de 9 % de la mortalité en France et de 8 % en Bourgogne Franche-Comté », précise Pierre Pribile quand Marie-Guite Dufay souligne : «la revue Nature confirme que 70 % à 90 % des cancers seraient liés à l’environnement. » Enfin rappelons qu’en mars dernier, l’Organisation mondiale de la Santé évaluait à 12,6 millions /an,  le nombre de morts dû à la pollution de l’air, de l’eau, des sols, des substances chimiques, perturbateurs endocriniens et changement climatique.

 

Des chiffres qui appellent à l’action

 

« Il ne s’agit pas bien entendu de sombrer dans le fatalisme ou l’effarement. C’est du bon sens, a souligné la présidente de Région. Il s’agit de prendre conscience, de sensibiliser, de mobiliser, de prévenir, de réduire les impacts, de montrer que cela est réversible si nous changeons de braquet, si nous modifions nos modes de production, de consommation et nos comportements. Il y a des solutions, des outils, des technologies, des pratiques alternatives à expérimenter et dupliquer, et aussi de nouvelles façons d’aborder la médecine. Il y a des politiques ambitieuses et volontaristes à mettre en place. » Ainsi la Région s’est positionnée en entrant « au capital de plusieurs sociétés d’économie mixte qui installent des éoliennes, dans la Nièvre et dans le Morvan », faisant également du transport par rail « le cœur de notre intervention en matière de mobilité, c’est bien parce que nous pensons que la transition énergétique est un enjeux majeur et qu’il faut aller vers une économie bas-carbone, non seulement pour lutter contre le réchauffement climatique, mais aussi pour améliorer la qualité de l’air. » Enfin, la Région intervient et interviendra à travers ses politiques sectorielles sur la plupart des déterminants de la santé environnementale : agriculture biologique, circuits alimentaires de proximité, rénovation des lycées, équipements de recherche (Centre Georges-François Leclerc par exemple où la Région a investi en 5 ans plus de 2,5 M€), énergies renouvelables, mobilité douce, tourisme fluvial, eau, biodiversité….. et sport dont le budget atteint plus de 9 M€. En matière agricole enfin, la Région revendique « le développement de l’agriculture biologique grâce à des contrats de filière, mais aussi, en tant qu’acheteur, en développant le bio dans les cantines ».

 

Des actions globales sans polémiques

 

Concernant enfin l’habitat, Pierre Pribile a souligné que « pendant les vagues de chaleur, le fait d’habiter dans un quartier plus chaud (îlot urbain de chaleur), multiplie le risque de décès par 2, si la chaleur persiste la nuit et pendant plusieurs jours. » C’est pourquoi le PRSE 3 souhaite promouvoir la prise en compte de la santé dans les documents d’urbanisme et notamment former les décideurs et les bureaux d’études aux enjeux de santé environnement. Il est également souhaitable « de systématiser les évaluations d’impact santé préalablement à la mise en œuvre des projets ». Une action globale donc, dégagée des ambitions politiciennes ou des vaines polémiques sur une « écologie politique » ou non : il est question ici de la santé publique et des politiques de santé publiques à mettre en œuvre car elles ont un impact direct sur la vie des citoyens. Un cancer n’est ni de droite ni de gauche… mais lorsqu’il est imputable de 70 à 90 % à l’environnement, ce sont bien aux élus locaux et nationaux, peu importe leur sensibilité, de s’emparer du sujet !

 

Le PRSE 355 actions et 5 axes stratégiques

Le PRSE 3 comporte 55 actions, structurées autour de 5 axes stratégiques :

  • L’eau dans son environnement et au robinet : Comment améliorer, en quantité et en qualité, la ressource en eau depuis le milieu naturel jusqu’à la distribution au robinet du consommateur ?

  • Habitats et environnement intérieur : Quelles actions mettre en place pour prendre en compte les enjeux de santé liés aux espaces clos (bruit, radon, air intérieur, confort thermique …) ?

  • Qualité de l’air extérieur et santé : Quelles actions mettre en place pour limiter les expositions à la pollution atmosphérique et les allergies dues aux pollens ?

  • Cadres de vie et urbanisme favorables à la santé : Comment intégrer les enjeux de santé environnement dans les stratégies et les projets d’aménagement, d’urbanisme et de mobilité (déplacement, bruit…) ?

  • Dynamiques territoriales et synergies d’acteurs : Comment, à partir des dispositifs existants, développer des actions et dynamiques territoriales en faveur de la santé environnementale ?

     

 

Téléchargez le document

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Comment faciliter la vie des personnes âgées dans les communes de Côte-d'Or ?
En 2035, plus de 30% de la population française aura plus de 60...
COMMUNE CHERCHE MEDECIN DESESPEREMENT.
La désertification médicale nous guette.L'état des lieux...
Les médecins libéraux de bourgogne se font entendre...
Demain, la Côte d’Or, la Bourgogne sans médecins...
Une Maison Universitaire de Santé et de Soins Primaires A Chenôve, au coeur du quartier du Mail
Véritable innovation sociale, la Ville de Chenôve inaugure...
Journée Séniors de la COPAS, un succès confirmé pour l'édition 2015 !
C’est la 8ème édition de la journée Séniors...
Anticiper au mieux l'arrivée de demandeurs d'asile.
Dans la continuité de la réunion que le ministre de...
Les habitants de Marsannay-le-Bois inaugurent leur maison médicale
Christophe Monot, maire de Marsannay-le-Bois a invité les habitants de...
Stop à l'hémorragie des services médicaux dans les territoires ruraux
Suite à la fermeture des urgences de nuit de l’hôpital...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *