Avec l'OPAD, on vitamine sa vie !

24 janvier 2017

Ce lundi 23 janvier, les opadiennes et les opadiens étaient invités à venir célébrer leur cérémonie des voeux dans la prestigieuse  Salle des Etats du Palais des Ducs. Venus nombreux, elles et ils ont pu s'entendre confirmer par François Rebsamen leur rôle de ciment social dans une société de communication qui crée paradoxalement toujours plus de solitude. Dijon, « Ville amie des aînés » depuis maintenant cinq ans, prend en compte, dans tous les domaines de la vie économique, sociale, culturelle, sportive et sanitaire, les attentes des séniors pour en faire une ville plus douce à vivre pour tous. 
Aujourd'hui, les séniors vivent majoritairement en meilleure santé ; pour cela, comme le rappelle Lydie Pfander-Meny, présidente, l'OPAD par les activités qu’elle propose, répond à cette évolution dans ses nouveaux programmes mais aussi par les valeurs fortes de solidarité qu’elle fait vivre. Bien vieillir, c’est avoir la liberté de décider selon son propre parcours, ses souhaits et son état de santé.
Alors : On nage, on court, on marche, on déguste, on pique et on coud, on peint, on médite, on randonne, on « zumba », on « taiji », on golfe, on s’étire, on écrit, on voyage, on joue, on « vidéo », on « informatique », on se cultive, on photographie etc.….
Vous l’avez compris, avec l’OPAD, on vitamine sa vie !

 

 

Cérémonie des voeux à l'OPAD
Lundi 23 janvier 2017 à 15H 00
Salle des Etats

François Rebsamen, maire de DijonAllocution de François Rebsamen, maire de Dijon

Je me réjouis de vous accueillir très nombreux dans cette Salle des Etats pour fêter avec vous la nouvelle année et vous dire tout le prix que j'attache à l'action de l'OPAD dans notre ville.
Permettez-moi d'abord de vous dire que je suis extrêmement sensible à la présence de chacune et de chacun d'entre vous. Je suis personnellement très attaché à cette rencontre que nous voulons très conviviale.
Je forme pour vous toutes et vous tous, pour vos proches, les voeux les plus chaleureux. Voeux de santé et de bonheur pour vous-même, pour vos familles et pour tous ceux qui vous sont chers. Je sais combien les opadiennes et les opadiens, qu’ils soient anciens ou nouveaux membres, sont unis, quelles que soient les tranches d’âges, par des liens de réelle amitié.
C’est à la place qu’une société réserve à ses anciens que l’on mesure, dit-on, son degré de civilisation.
Contrairement aux discours convenus des déclinistes patentés, notre pays dispose de formidables atouts et de pôles d'excellence.

Mais, l'un des plus beaux atouts dans notre pays c'est, à tout âge, sa population, dynamique, bien formée, productive et inventive, et notamment ses seniors qui sont une richesse, une richesse dont l'importance ne va cesser de croître car nous sommes en la matière, pour les 30 ans qui viennent, devant un Everest démographique.


Dans un monde toujours plus morose, regardons la vie en rose ! Prenons l'habitude de voir le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide ! Cessons de nous complaire dans le pessimisme dont on prétend qu'il serait un sport national en France. Ainsi, vivrions-nous un paradoxe : pessimistes sur le plan collectif, nous serions plus de 80 % à nous déclarer heureux à titre personnel !
On oublie que des milliers d'initiatives et d'innovations sociales voient le jour chaque année, conduites par les associations, les entreprises sociales et solidaires et les entreprises tout court, par les collectivités territoriales, les communes et leur C.C.A.S., par des individus tout simplement de tous âges.
Que ces initiatives produisent de l'activité, génèrent des emplois et des richesses, préparent et inventent, loin des chemins balisés, un avenir plus économe en moyens, plus préoccupé de qualité de vie et de l'environnement. Qu'elles sont soucieuses, en outre, de permettre à tous de s'épanouir tout au long de la vie. Une autre manière de vivre en commun émerge progressivement. La société de demain s'invente aujourd'hui.
Mesdames, Messieurs, par votre engagement associatif, à travers votre engagement bénévole, vous contribuez, à une place éminente, à l'émergence d'un nouvel ordre social plus coopératif, plus doux à vivre pour tous. L'allongement de la vie et la hausse continue du nombre de personnes à la retraite et impliquées dans la vie sociale, mais aussi le désir d'un nombre accru d'actifs de s'engager dans des voies professionnelles qui soient davantage porteuses de sens, posent avec plus d'acuité la réflexion autour de la notion d'activité.

Les retraités « inactifs », au sens statistique du terme, sont, et vous en êtes le témoignage, des hyperactifs sociaux qui fabriquent du sens et du lien social.
Les retraités contribuent directement à la richesse nationale par la production de lien social, par le soutien aux activités associatives, par l'engagement citoyen et par le fait que 4 millions d'entre eux sont des aidants de personnes très fragiles et en perte d'autonomie.
Vous participez directement à l'élévation du Produit Intérieur Doux pour reprendre une formule québécoise. Une douceur d'autant plus importante que notre société de communication, qui crée paradoxalement toujours plus de solitude, ne facilite pas nécessairement les interactions et les relations de confiance.
Notre société se fabrique largement à travers l'aide, le service, l'attention réciproque, l'accompagnement. Pour résumer : à travers le souci de l'autre.
Pour développer une politique qui prenne en compte cette transformation, tout en répondant aux enjeux d'une plus grande justice sociale comme d'une amélioration continue des conditions et de la qualité de la vie, il importe de faire évoluer les regards et les repères attachés à la contribution des seniors. L'enjeu est pour nos villes, notre ville, de donner une perspective politique et de développer une stratégie d'accompagnement de ces modes d'action.
C'est tout le sens du label mondial « Ville amie des aînés » dont j'ai doté Dijon depuis maintenant cinq ans, afin de prendre en compte, dans tous les domaines de la vie économique, sociale, culturelle, sportive et sanitaire, vos attentes pour faire ensemble de Dijon, une ville plus douce à vivre pour tous. Dans le cadre de cette politique, l'OPAD joue aux côtés du C.C.A.S., de l'Observatoire de l'Age, des services municipaux, des bailleurs sociaux, des associations sociales, culturelles et sportives, un rôle éminent que je veux saluer ici.


La révolution démographique du vieillissement implique un autre rapport au temps. Jamais nous n'avons vécu si longtemps avec autant de temps pour faire les choses. Nous gagnons du temps sur le temps : 700 000 heures de vie en moyenne pour un individu contre la moitié il y a 200 ans. Depuis 50 ans, nous gagnons chaque année une espérance de vie supplémentaire de trois mois, autrement dit, nous gagnons six heures par jour. Jamais non plus nous avons eu la possibilité de vivre si longtemps sans la contrainte horaire.

l'OPADAvec votre concours et à travers vous celui de l'OPAD, nous voulons favoriser à Dijon un profond mouvement d'inter-génération solidaire dans tous les domaines de la vie sociale, éducative et économique notamment, car l'inter-génération est une des conditions du contrat social qui font le vivre ensemble des citoyens.
Cette approche implique que l'apport, l'expérience, l'histoire et le savoir-faire de chacune et de chacun soient valorisés et puissent être mis à contribution par la société.
Aujourd'hui, on le constate, la transmission est double : les plus âgés ont l'expérience, les plus jeunes l'appétence notamment pour les technologies numériques. L'économie du numérique, comme l'économie de la connaissance, prennent une place prépondérante dans nos sociétés. J'y vois une chance pour la conduite d'une démarche inter-générationnelle car elles ne répondent plus à la seule logique descendante mais permettent véritablement la réciprocité de l'échange et la qualité de la coopération entre les générations. Cette réciprocité ne peut se développer que si, jeunes et seniors, se considèrent et se respectent dans leur différence. Si bien que l'échange nécessite d'abord la reconnaissance.
La coopération entre les générations demande des efforts et du temps, suppose de faire évoluer et de nuancer les stéréotypes des uns et des autres pour permettre la construction d'un socle de valeurs communes.
L'enjeu collectif consiste à passer de l'ignorance à l'alliance, de l'indifférence à la coopération, de la défiance à la mutualisation.
La ville a besoin d'inter-génération et de fluidité. Lorsque j'ai décidé avec la municipalité d'agir en faveur de la qualité de vie des aînés, loin de léser les plus jeunes, j'ai estimé que cette orientation contribuait au contraire à améliorer leur situation. Rendre la ville plus douce à vivre pour les plus âgés, c'est la rendre plus douce à vivre pour tous.

La démarche inter-générationnelle n'est ni naturelle, ni évidente et ne va pas nécessairement de soi. Elle doit être conçue comme une conquête, celle de l'envie de vivre ensemble.
Mesdames, Messieurs, à l'occasion de cette cérémonie des voeux à l'OPAD, et à travers vous, je m'adresse à l'ensemble des seniors dijonnais. Je tenais, en ce début d'année 2017, à vous dire l'attachement de la collectivité et le mien à l'activité d'une association, presque unique en son genre, en France, pour permettre aux seniors de vivre une retraite active et épanouissante, facteur de longévité en bonne santé.
Vous bénéficiez, pour vous-même, d'activités innombrables qui contribuent à maintenir votre qualité de vie et votre autonomie et vous contribuez largement par votre engagement bénévole à faire vivre la vie civique et sociale à Dijon, à conforter sa place de capitale régionale Bourgogne-Franche Comté, à renforcer son image de ville accueillante et innovante car, et je veux en remercier la présidente de l'OPAD Madame Lydie Pfander-Meny, l'ensemble des administrateurs, le directeur Pierre Pertus, les personnels et les bénévoles. L'OPAD promeut en son sein, et au bénéfice de tous, des actions innovantes souvent primées au plan national visant à réduire l'isolement des seniors, à maintenir leur autonomie. « Les dimanches de la vie », « Le portage des livres à domicile », les temps de loisirs pour les aidants familiaux, les cours de conduite pour les seniors, etc... autant d'actions de valeur efficaces et pertinentes au sein du dispositif global labellisé par l'organisation mondiale de la santé, « Dijon ville amie des aînés ».

Madame la Présidente,


La solidarité entre les générations est une condition essentielle de vitalité de notre ville, parce qu’une ville qui ne sait pas donner la place qu’elle mérite à ses anciens est une ville qui se coupe de ses racines et compromet son avenir.
La solidarité est une valeur forte, inspirée par cet élan de fraternité que l'on peut définir comme la joie d’aller vers les autres et le plaisir d’être ensemble. Les opadiennes et les opadiens ne sont pas seulement dépositaires de notre mémoire collective. Ils contribuent à donner un sens à la vie de notre cité. Et de cela, le maire de Dijon tenait, Mesdames, Messieurs, à vous en remercier publiquement.
Bonne année à toutes et à tous !

 

Lydie Pfander-Meny, présidente de l'OPADAllocution de Lydie Pfander-Meny, présidente de l'OPAD

Votre invitation, Monsieur le Maire, à tenir notre cérémonie des vœux 2017 dans cette prestigieuse Salle des Etats et votre souhait de la présider en personne honorent grandement les 2600 adhérents de l’OPAD que l’on nomme plus familièrement les opadiennes et les opadiens. D’ailleurs l’affluence des adhérents et de nos partenaires cet après-midi, nous sommes en effet près de 400 , témoigne de l’attachement à cette cérémonie.

IL est vrai que l’OPAD occupe une place particulière dans le monde associatif dijonnais.
-Par le nombre de ses membres : un peu plus de2600 adhérents cette année, je l’ai dit.
-Par la multiplicité et la qualité de l’offre qu’elle propose : plus de 110 activités, nous y reviendrons ;
-Par l’accompagnement de plus de 100 bénévoles qu’ils soient lycéens ,étudiants ou adhérents ;
-Par le partenariat fort qui est le sien avec la Ville et ses services, le CCAS .
Tout cela fait la force et l’originalité de l’OPAD.

Sens de l’OPAD
Si tout le monde, ou presque connait l’OPAD, on connait moins derrière cet acronyme ce que signifient ces 4 lettres.
« Office pour les Personnes Agées de Dijon »
Cela pourrait avoir quelque chose d’un peu suranné non ?
L’OPAD a plus de 40 ans et elle a su évoluer comme la place des séniors a évolué dans notre société.
On a parlé autrefois des anciens, des Vieux (on pense évidemment tous à Brel), ensuite des Personnes âgées, puis des retraités, on a ajouté des retraités-actifs et aujourd’hui on parle davantage des séniors.
L’espérance de vie s’allonge, les séniors vivent majoritairement en meilleure santé et leur dynamisme repousse très loin l’image de grands-parents immobiles au coin du feu comme le montraient certaines photos des années 50.

Derrière cette évolution du vocabulaire, il y a une réalité. Celle d’une génération, les baby-boomers qui a pris une place démographique importante et qui se vit, non comme arrivée dans un tunnel étroit à l’âge de la retraite mais comme celle d’esprits libres, compétents, entreprenants et avec beaucoup d’envies nouvelles à satisfaire.
L’OPAD est là pour répondre à cette évolution, par les activités qu’elle propose et sera amenée à développer dans ses nouveaux programmes mais aussi par les valeurs fortes de solidarité qu’elle fait vivre.
Bien vieillir, c’est avoir la liberté de décider selon son propre parcours, ses souhaits et son état de santé.
Alors : On nage, on court, on marche, on déguste, on pique et on coud, on peint, on médite, on randonne, on « zumba », on « taiji », on golfe, on s’étire, on écrit, on voyage, on joue, on « vidéo », on « informatique », on se cultive, on photographie etc.….
Vous l’avez compris, avec l’OPAD, on vitamine sa vie !

Les perspectives pour 2017
Elles sont de 3 ordres :

- tout d’abord moderniser l’association : son image est encore à travailler ( enquête BSB), ses locaux doivent être plus accueillants, adaptés au public mais surtout, la communication doit prendre en compte les évolutions actuelles : à savoir un site internet attractif et inter-actif permettant une meilleure information sur la vie et les activités de l’association afin d’accompagner au mieux nos adhérents. C’est un premier gros chantier pour cette année.

-la création ou le renforcement de partenariats :
L’OPAD ne peut exister sans travail étroit avec les services, le CCAS, avec nos collègues de l’Observatoire de l’âge, avec le travail conduit de Mme Martin-Gendre dans le cadre de DIJON/VILLE AMIE des AINES, mais l’OPAD également doit tisser des liens plus ténus avec la Culture ( Mme Martin), les Sports ( M. Decombard), le Tourisme ( M. Martin) etc.
Mais il est un domaine que nous allons aborder prochainement avec Mme Juban , c’est celui de la Silver économie.En effet 32000 personnes de plus de 55 ans à Dijon qui consomment, circulent en ville cela fait des partenaires intéressants pour l’OPAD.

-le dernier point sera lié aux stratégies à mettre en œuvre pour développer davantage notre action dans 2 directions :
- en accord avec la Politique de la Ville dans certains quartiers de Dijon où nous ne sommes pas encore suffisamment présents ;
- et pour lutter contre l’isolement de celles et ceux qui ne peuvent plus se rendre dans les lieux de nos activités. ( projet avec les Bibliothèques pour portage de livres).

Michel Serres, le philosophe, dit :
« Il n’y a pas de plus grande tristesse pour une génération que de n’avoir pas de contact avec une autre. »
Vous l’avez rappelé, Monsieur le Maire, la question intergénérationnelle est centrale aujourd’hui pour éviter une société segmentée. Il s’agit de tisser des liens d'entraide mais aussi de passation des savoirs. L’OPAD a une véritable œuvre de citoyenneté à exercer dans ce sens.
C’est ce que nous faisons au quotidien que ce soit avec les étudiants bénévoles de BSB que je salue, les collégiens et lycéens que nous accueillons régulièrement. A ce titre, je remercie les jeunes du lycée Antoine pour l’encadrement de cette manifestation.

Au nom du Conseil d’administration et de l’équipe de l’OPAD, je vous souhaite Monsieur le Maire, Mmes et Messieurs les Opadiennes et les Opadiens, chers Amis, une excellente année 2017 qu’elle soit FRATERNELLE, SOLIDAIRE et CLEMENTE à chacun d’entre vous.

 Dijon OPAD

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Repas à domicile, la ville de Dijon au service de ses ainés
Des repas équilibrés, adaptés aux goûts et aux...
Avec ORVITIS, l'EHPAD de Fleurey-sur-Ouche fait peau neuve
Ouvert en 1992, l’établissement pour Personnes Agées...
Saccages à Dijon. Lettre très ouverte d'un citoyen excédé par le crétinisme ambiant... Ne nous taisons plus !
Non contents d’avoir à subir l’état d’urgence...
Dispositif d'aide et de déneigement des trottoirs pour les personnes agées et les personnes en situation de handicap
Comme chaque année, la ville de Dijon et ses services municipaux se...
Dijon sur le podium de L'Express des villes où il fait bon vivre et travailler
Soucieux de guider les Parisiens désireux de quitter la capitale vers...
Arnay-le-Duc va avoir sa résidence intergénérationnelle Sérénitis
Avec les résidences Sérénitis, Orvitis propose aux...
Inauguration de la Maison des Syndicats
Vendredi 10 février 2017 à 11 h 30, François REBSAMEN,...
Marsannay-la-Côte inaugure son village sénior
L'ensemble résidentiel pour les séniors situé impasse...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *