BARBARA sur la Réserve... et dans la Réserve !

19 janvier 2017

Non pas une réserve africaine propre aux safaris… mais volontaire dans la Réserve de la Gendarmerie. Notre rencontre fut donc dédiée à la Côte d’Or et à son engagement.  Avec beaucoup de réserve !!!

Jeune Femme de 31 ans, maman de deux enfants, travaillant, en famille, dans les vignes, sur quelques hectares dans les Côtes entre Nuits Saint Georges et Santenay ! Et sur son temps libre, Gendarme réserviste. Brigadier. Pas de nom, pas de lieu, pas de photo… pour des raisons évidentes de prudence ! Sans aucun fantasme sécuritaire de sa part mais par beaucoup de discrétion. Qui est, aussi chez elle, un trait de caractère affirmé.

« J’ai toujours voulu être dans l’armée ( Sa maman : « c’est pas trop pour les filles ! » ). Mais ayant un conjoint réserviste et pompier volontaire, j’ai déposé mon dossier en 2009. Donc bien avant les attentats. Après des études viti-ono et un bac pro commerce des vins j’ai pu donc allier tous mes désirs ».

« Je suis réserviste depuis 2012. J’aime le contact avec la population, l’aide à la population. Mais j’aime aussi la rigueur, la droiture, le côté militaire. La gendarmerie est très respectée et le mérite. ».

Avec Barbara pas d’envolées lyriques : «  il faut vraiment connaître de quoi l’on parle. Sans préjugés, sans pensée toute faite, prête à consommer. Ne surtout pas s’arrêter à une couleur ou à une religion car il y a des bons et des mauvais absolument partout ».

Affectée ( Les réservistes ont le choix des affectations ) à la Brigade de Gendarmerie Autoroutière à Beaune sa mission se situe « autour l’autoroute » : lutte anti cambriolage entre autres missions. Son pire souvenir étant, en « mobile » ( déplacement pour plusieurs jours d’un groupe de gendarmes ) lors d’un rallye du sel à Salins avoir été « déposée » à un poste à midi pour être « relevée » … à minuit !!! Sachant qu’un Gendarme réserviste est indemnisé de 50 € par jour quelques soient le nombre d’heure dans la journée… Je vous laisse faire le calcul horaire !!

Obligation de service : 30 jours par an ( maximum 60 ).

Son meilleur souvenir étant 5 jours passés à Paray pendant le campement des Evangélistes. « En « mobile » nous avions une vraie cohésion, une véritable vie de groupe ». Mais il n’y a plus de réserve mobile !

Très active, véritablement engagée au service des populations et de « ses » concitoyens, elle assume avec fierté le « bleu, blanc, rouge » de notre drapeau national et les mots « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Courageuse – incontestablement -, franche ( mais réservée !! ), disponible quand on a besoin d’elle, elle sait aussi être exigeante, parfois rancunière et maniaque ( Ce qui doit, parfois, agacer son père avec lequel elle travaille et qui semble être… plus cool ! Style gentleman Biker !

Elle réalise ses rêves. S’occupe des vignes familiales, de ses enfants, de la population… Son prochain rêve… « tout plaquer et monter une exploitation viticole à l’étranger, demain ou un plus tard... ». D’autres horizons certes mais tout en conservant … le domaine familial en Côte d’Or. Réservée mais réaliste. 

Pour ceux qui voudraient rejoindre Barbara dans la Réserve opérationnelle...

 

Gendarme réserviste

 

LA RÉSERVE OPÉRATIONNELLLE

Forte de 28 500 militaires dans ses rangs, la réserve opérationnelle de la gendarmerie devrait atteindre l'effectif de 40 000 fin 2018. elle est une composante de la toute nouvelle garde nationale qui repose sur un pilier ministère de la défense et un pilier ministère de l’Intérieur (police et gendarmerie).

La réserve opérationnelle est composée de deux entités :

- la réserve opérationnelle de premier niveau (RO1) à laquelle appartiennent les impétrants est constituée de volontaires, citoyens français âgés d'au moins 17 ans, issus de la société civile avec ou sans expérience militaire, qui souscrivent un engagement à servir dans la réserve opérationnelle, un contrat rémunéré d'une durée de 1 à 5 ans renouvelable. Ces volontaires font le choix de servir leur pays sans faire du métier des armes leur seule profession.

 

Ces femmes et ces hommes reçoivent une formation et un entraînement spécifiques afin d’apporter un renfort temporaire de quelques dizaines de jours par an aux unités d'active et aux organismes de commandement. Leur disponibilité varie selon leurs études et/ou leurs activités professionnelles.

La réserve opérationnelle de deuxième niveau (RO2) est composée de tous les anciens militaires d'active soumis à une obligation de disponibilité durant les 5 ans suivant leur départ des forces armées. Ce contingent peut être rappelé partiellement ou en totalité, en complément de la RO1, dans des situations exceptionnelles.

Missions

Les réservistes placés sous contrat d’Engagement à Servir dans la Réserve (ESR) sont employés pour renforcer ponctuellement les unités de gendarmerie proches de leur domicile.

 

Exemples d’emplois :

 

• Service quotidien des unités (patrouille de surveillance, intervention, conseil et secours).

• Services d’ordre (manifestations sportives ou culturelles).

• Missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance.

• Mesures exceptionnelles de sécurité telles que le plan VIGIPIRATE.

• Lutte contre les conséquences des catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées.

• Renforts mis en place à l’occasion des grands rassemblements ou mouvements de population.

• Encadrement de formation des réservistes.

• Participation à l’emploi, la gestion, l’administration des réservistes des échelons territoriaux et groupements de gendarmerie.

• Assurer temporairement des missions en opération extérieure (exceptionnel).

• Remplir momentanément des fonctions requérant des qualifications particulières.

 

En Bourgogne, ils sont fortement engagés sur des détachements de surveillance et d’intervention mis en place la nuit. Ce sera d’ailleurs le cas pour la nuit de la Saint Sylvestre.

 

Ils apportent également leur concours dans des emplois de soutien et d’état-major qui permettent aux militaires d’active de remplir au mieux leurs missions.

 

Xavier MULLER

Correspondant de l’Echo des Communes

06 09 72 56 94

 

Avec l’aide de Corinne GIVRON (Communication Gendarmerie de Dijon )

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Comment faciliter la vie des personnes âgées dans les communes de Côte-d'Or ?
En 2035, plus de 30% de la population française aura plus de 60...
COMMUNE CHERCHE MEDECIN DESESPEREMENT.
La désertification médicale nous guette.L'état des lieux...
Quel avenir pour la ruralité ?
Lutte contre la désertification des campagnes, dynamisation...
Un Vill'âge Bleu à Dijon pour les personnes âgées.
Alternative entre le domicile et la maison de retraite, le concept de...
Un nouveau Centre Social et Relais des Services Publics, à Arnay-le-Duc
Le CSRSP  rassemble dans un bâtiment unique une...
Orvitis : des travaux d'éco-rénovation sur 450 logements
Joël ABBEY, Président, et les membres du Conseil d'administration...
Bilan 2014 de la Fondation " AGIR en Champagne-Bourgogne "
En aidant financièrement 54 projets pour un montant de 141 361...
Mal-logement, quelle responsabilité pour le maire ?
La lutte contre le mal-logement demeure une priorité depuis 2006 sur le...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *