Alain CARTRON déclare sa candidature à la présidence de la nouvelle Communauté de communes de Gevrey-Chambertin et Nuits-Saint-Georges.

19 janvier 2017

Environ 70 élus avaient répondu présent à l'invitation d'Alain Cartron, ce lundi 16 janvier, à la salle communale de Morey-Saint-Denis. Dernier président de la Communauté de communes du Pays de Nuits-Saint-Georges, Alain Cartron, avait invité les élus du nouvel EPCI, afin de leur présenter sa vision sur ce que devra être la nouvelle Communauté de communes dans les années futures.

 

Discours d'Alain Cartron

"Avec ses 30 000 habitants, ses 56 communes, notre nouvelle Communauté de communes est la plus importante du département, juste après la métropole de Dijon et la Communauté d’agglomération de Beaune et c’est justement entre ces deux « poids lourds » qu’elle est située.

Elle se doit donc d’exister et de vivre pour la complète satisfaction de ses habitants. Elle doit aussi absolument se faire connaître.

Projet de territoire

Il lui faut donc attirer et fixer des habitants et pour cela offrir tous les services que la population est en droit d’exiger, se battre pour que les services de l’Etat ne soient pas délocalisés, multiplier et soutenir l’offre en matière de sport et de culture, et maintenir voire développer les commerces de proximité.

Il lui faut aussi attirer les entreprises afin de créer de l’activité ainsi que les emplois qui maintiendront la population sur place.

Enfin elle doit profiter de son formidable potentiel universellement connu et reconnu pour développer le tourisme.

Parallèlement, elle devra encourager les évènements culturels et festifs récurrents qui y sont organisés et proposer de nouvelles activités, en partenariat avec les nombreuses associations qui s’y trouvent.

Ceci constitue un vrai projet de territoire, concret, réalisable et parfaitement en phase avec les compétences que la loi donne à la Communauté.

Soucis permanents

Il n’est pas concevable d’abandonner les bonnes résolutions qui ont été prises par le passé et donc nous aurons le souci de protéger les paysages et le patrimoine, et aussi de maîtriser le développement. Il conviendra de prendre tout ce qu’il y a de bon dans chaque partie de notre communauté et  de le généraliser.

Pour cela nous aurons à modifier ou adapter les divers documents d’urbanisme qui existent ( Scot, Avap, Plu …) et les étendre à tout le territoire. Nous aurons aussi à cœur de protéger les ressources naturelles ( l’eau en particulier), d’économiser l’énergie ( traitement des déchets, éclairage leds, chaufferies bois) et enfin d’aider les particuliers à économiser l’énergie chez eux .

Principes

Il y a d’abord une obligatoire solidarité entre les 56 communes qui passe par l’implantation des diverses installations sur l’ensemble du territoire et pas seulement dans les communes principales, par la mise à disposition du personnel et des services communautaires pour certaines tâches ou missions particulières, et même pourquoi pas une aide budgétaire dans certains cas.

Il y aussi la solidarité entre les habitants qui doit devenir un principe incontournable. Les disparités sont fortes actuellement ; il conviendra à terme que quel que soit leur lieu d’habitation, tous les habitants de la communauté paient le même prix dans les restaurants scolaires, dans les écoles de musique, pour le traitement des déchets etc. Cela prendra du temps, mais c’est incontournable.

De même les taux d’imposition devront être harmonisés, comme la loi l’impose. Mais cette obligation n’est pas conforme à mon engagement de ne pas augmenter les impôts pendant la mandature. Il va donc falloir prendre le temps et bien étudier tout ce qui est possible.

C’est un principe de base : les habitants doivent avoir un égal accès aux services.

Enfin, j’appliquerai la même vision « économique » de la gestion que j’ai toujours eue, celle qui consiste d’abord à maîtriser les dépenses de fonctionnement (il faudra absolument mutualiser les services), à faire beaucoup de prospective avant de se lancer dans des projets et enfin à rechercher sans cesse des ressources nouvelles qui ne soient pas issues des impôts car nos concitoyens n’en peuvent plus, 

Gouvernance

J’avais imaginé que ces trois années ne seraient qu’une transition difficile qu’il convenait de mener tous ensemble. Cette proposition n’a pas été acceptée par l’un des trois Présidents des ex-communautés et donc m’oblige à envisager une autre solution.

Je me présente donc à la Présidence, soutenu par l’ancien président de la Communauté du Sud Dijonnais comme 1er vice président. Nous serons accompagnés chacun par une partie (il a bien fallu en réduire le nombre) des vice présidents qui étaient avec nous et dont nous avons apprécié la compétence et la disponibilité. Mais pour ne pas fermer la porte au 3è territoire, nous lui réserverons quelques places qu’il occupera comme bon lui semblera.

Cet ensemble formera un Bureau représentatif de toutes les composantes de notre territoire qui sera doté des pouvoirs suffisants pour mener à bien la fusion. Il s’appuiera bien évidemment sur le travail des commissions qui seront nombreuses et soumettra toutes les décisions qui ne relèvent pas de la gestion quotidienne au Conseil communautaire.

Moyens

Tout le personnel des trois anciennes communautés sera repris et ce, dans des conditions identiques de statut et de salaire. Là aussi une harmonisation est indispensable mais elle sera conduite lentement en liaison étroite avec les comités techniques et autres instances réglementaires.

Toutes les installations seront reprises et occupées.

Cela engendrera, pour certains personnels, des déménagements, c’est inévitable, mais ils seront conduits en parfaite concertation et des mutations internes seront offertes.

Conclusion

C’est une période de trois années laborieuses et délicates que je me prépare à conduire. Travail, études et concertation seront au menu de ces 3 fois 365 jours. Mais j’insiste pour que la fusion se fasse dans le calme et la sérénité et toujours avec le souci d’apporter aux habitants ce qu’ils sont en droit d’attendre.

Nous aurons atteint notre objectif si nous parvenons à livrer à ceux qui nous succéderont en 2020, une Communauté bien installée, en parfaite santé financière, appréciée par des habitants heureux d’y résider ou d’y travailler et prête à se lancer immédiatement dans d’autres projets."

 Alain Cartron

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Fusion des C.c. de Gevrey-Chambertin, Pays de Nuit-Saint-Georges et Sud Dijonnais : anticiper pour ne pas subir (acte 6)
Pour cette 6ème réunion préparatoire, la mobilisation des...
Acte 7 de la fusion des C.C. de Gevrey-Chambertin, Pays de Nuits-Saint-Georges et Sud Dijonnais.
La construction engagée depuis le début de l'année se...
Christophe Lucand déclare sa candidature à la présidence de la Com Com fusionnée de Gevrey-Chambertin, Nuits-Saint-Georges et du Sud-Dijonnais
Devant une cinquantaine de maires et de délégués...
L'investissement public, un levier de croissance des territoires
Vincent Martin, Président de la FRTP Bourgogne demande aux élus...
Les travaux publics de BFC pour l'économie d'aujourd'hui et les générations futures
Devant les chefs d'entreprise des TP et les élus venus...
Des élus et des souhaits !
Partie à la rencontre de plus de 80 élus  à...
Fusion des communautés de communes, prendre son destin en main.
A l'initiative de Christophe LUCAND, président de la communauté...
Fusion des Communautés de communes, Alain Cartron souhaite une véritable réflexion.
Suite à l'article paru la semaine dernière dans les dossiers...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *