Appel à projets national « Territoires hydrogène » : le projet « ENRgHy » de la Bourgogne-Franche-Comté est retenu

13 décembre 2016

Ségolène Royal, ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, en charge des relations internationales sur le climat, vient de confirmer à Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, que le dossier « ENRgHy » est retenu dans le cadre de l’appel à projets « Territoires hydrogène ».

Marie-Guite Dufay se félicite de cette importante décision ministérielle qui va hisser la région à la pointe de la filière hydrogène : « Toutes les équipes se sont mobilisées sur ce dossier depuis des mois dans un formidable élan collectif. Avec Frédérique Colas, vice-présidente en charge de la transition énergétique, les porteurs de projets, les représentants de la filière, l’agence régionale de développement économique, le cluster éolien Wind for Future, le pôle Véhicule du futur et les élus des territoires concernés, notre dossier a été ardemment défendu à Paris. Il a fait la démonstration de son envergure, de son intérêt et de sa participation concrète à l’accord de Paris sur le climat. Je suis fière de savoir aujourd’hui qu’il est reconnu, labellisé et qu’il va bénéficier d’un soutien national ».

D’un montant prévisionnel de 23 millions d’euros et impliquant plus d’une vingtaine d’industriels, le projet régional « ENRgHy » s’est bâti autour de trois territoires pilotes :

- le territoire du Grand Dole, avec la première démonstration à grande échelle d’une filière industrielle sur l’économie de l’hydrogène grâce aux projets « Vhyctor » (valorisation de l’hydrogène issu des processus industriels), « Newmhyll » (utilisation pour la navigation de l’hydrogène produit à partir de l’hydro-électricité) et « Isthy » (institut national de stockage de l’hydrogène) ;

- l’Yonne, avec les projets « Eolbus » à Auxerre et « Hycaunais » à Saint-Florentin, qui proposent respectivement de faire la démonstration qu’une agglomération peut passer à un système de transport 100 % énergies renouvelables à base d’hydrogène et que la technologie du « power to gaz » a de l’avenir ;

- l’aire urbaine de Belfort-Montbéliard, avec les projets « Hyban» et « Hydata » pour tester respectivement les piles à combustible de forte puissance et la technologie hydrogène pour les data centers.

« Notre grande région fait avec ce dossier innovant, un grand pas vers la démonstration et l’expérimentation à grande échelle et multi-usages de la viabilité du vecteur « hydrogène énergie ». ENRgHy est une pierre de plus à l’édifice de la transition énergétique », conclut Marie-Guite Dufay.

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Dijon : vivre deux mois sans sa voiture
S’imaginer sans voiture personnelle est pour certains une idée qui...
CRBFC, la commission permanente du 7 avril 2017 attribue 74,7 millions d'euros d'aides
Culture, économie, emploi, gestion des réserves naturelles...
Amour, gloire et déchets
A Chagny (71), l’usine de tri-méthanisation-compostage, mise en...
Les fonds européens pour les porteurs de projet.
Patrick Ayache, vice-président de la région...
Vers une région à énergie positive en 2050
11 associations et coopératives, actives dans les énergies...
La biodiversité s'installe à Dijon au mois de juin
Dans le cadre des 5es Assises Nationales de la Biodiversité qui se...
Longvic inaugure l'Autopartage
Depuis le mois d’Octobre 2014, les agents de la ville de Longvic...
EDF et Shop in Dijon sensibilisent les commerçants Dijonnais à la mobilité électrique.
La ville durable est en train de se dessiner, et intègre un volet...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *