ChenĂ´ve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain Ă  l'humain

ChenĂ´ve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain Ă  l'humain

Contact :

Emilie BILLOT, directrice de la communication
emilie.billot@ville-chenove.fr
+33 (0)3 80 51 56 17 - +33 (0)6 17 41 03 49


13 octobre 2016

Une double inauguration hautement symbolique. En inaugurant conjointement la construction de la résidence Cour Margotla au coeur de Chenôve et la nouvelle voie « Maney et Jacques PERIGNON », qui prend sa place au cœur de ce « cœur de ville » Thierry Falconnet a concretisé sa volonté de conjuguer l’Humain à l’Urbain.

 

 

La pose de la 1ère pierre de la résidence « Cour Margot » constitue une étape importante de la construction du coeur de ville de Chenôve.

Chenôve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain à l'humainSitué à équidistance du vieux bourg et du quartier du Mail, ce futur centre-ville commence à prendre forme.


Depuis 2011, la SPLAAD, Société Publique Locale "Aménagement de l’Agglomération Dijonnaise" qui a la charge de l’aménagement de ce coeur de ville, dans le cadre du Programme National de Renouvellement Urbain, a réalisé sur ce secteur d’importants travaux de réseaux, de voiries et d’aménagements d’espaces publics en préparation de ce futur centre-ville de Chenôve.

Parallèlement, la desserte de Chenôve par le tramway (en décembre 2012), l’inauguration du Cèdre (en septembre 2014) et aujourd’hui la pose de la 1ère pierre de la résidence « Cour Margot » dotent ce coeur de ville d’une offre de transports, de services et de logements importantes qui viennent renforcer l’attractivité de Chenôve.

Aujourd’hui, « la sortie de terre » de la résidence « Cour Margot » du promoteur SCCV Les Pressoirs représente une étape supplémentaire dans la concrétisation de ce centre-ville qui conjugue l’humain à l’urbain en intégrant 44 logements d’habitations (du T2 au T4) et des commerces de proximité en rez-de-chaussée.

44 logements du T2 au T4 - 40 logements bénéficient d’une prime de l’ANRU diminuant leur prix de vente de 10.000 €
1 rez de chaussée commercial
1 pôle médical (médecins, généraliste, paramédical)
1 parking en sous-sol
www.ville-chenove.fr


Inauguration de la nouvelle voie de circulation située entre la rue Alfred Changenet et le boulevard Maréchal de Lattre de Tassigny

Chenôve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain à l'humainLa concrétisation d’un nouveau quartier, d’un futur centre-ville passe aussi par la création de nouvelle rue, de nouvelle voie de circulation.
Le futur centre-ville et les récents aménagements de voieries ont donné naissance à une nouvelle voie de circulation située entre la rue Alfred Changenet et le boulevard Maréchal de Lattre de Tassigny.
Conformément à l’engagement pris par monsieur Jean ESMONIN, alors Maire de Chenôve et suite à la délibération du dernier conseil municipal du 26 septembre dernier, cette rue est dénommée « rue Maney et Jacques PERIGNON » afin d’honorer la mémoire de Madame Maney PERIGNON et Monsieur Jacques PERIGNON. Ensemble, ils se sont constamment tournés vers les autres, au service des autres dans le souci d’améliorer réellement et concrètement la vie quotidienne de leurs concitoyens sous toutes ses formes qu’il s’agisse d’aide aux plus démunis, des problèmes de logement, de formation, de scolarité, de santé ou de la condition des femmes.

Maney PERIGNON était une femme d’engagement et d’actions, militante syndicaliste familiale, présidente nationale des Aides Familiales Populaires, cofondatrice du Centre Promotionnel Féminin de Chenôve (1972) ; Quant à lui, son mari, Jacques PERIGNON, fût un militant syndicaliste, président du Groupe d’Actions Municipales de Chenôve (1970-1973), secrétaire fédéral du PSU de Côte d’Or.

L’Unité de Production Vidéo de la Ville de Chenôve a réalisé un film documentaire où Maney Pérignon évoque elle-même son parcours, ses opinions, ses actions, ses engagements. « Maney Pérignon, l’itinéraire d’une rebelle » (51 minutes / 2009). Dvd disponible en prêt à la Bibliothèque Municipale François Mitterrand et en vente à la Direction des Affaires Culturelles (le Cèdre).

 

 

Chenôve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain à l'humainDiscours de Thierry Falconnet, maire de Chenôve.

"je veux ce soir vous dire ma grande fierté de vous voir ici réunis pour la pose de la première pierre de la résidence Cour Margot, premier programme de construction du Cœur de ville, opération phare de la mutation urbaine de Chenôve engagée dans le cadre du Programme National de Renouvellement Urbain !

Une grande fierté, déjà, parce qu’au travers de ce lancement des travaux, nous mesurons tout le travail qui a été réalisé depuis tant d’années pour notre ville. N’oublions pas que, depuis le 12 mai 2005, Chenôve est engagée avec l’ANRU, dans le cadre d’un premier Programme de Renouvellement Urbain, pour désenclaver le quartier du Mail, le rééquilibrer et diversifier l’offre de logements.

C’est à l’intérieur même de ce quartier que se trouve le « cœur de ville » qui s'étend des abords de la mairie jusqu’au cours du Général De Gaulle, avec au sein de ce périmètre la Zone d’Aménagement Concerté Centre-Ville (ZAC Centre-ville), voulue et initiée par la ville (délibérations des 22 septembre 2008 et 11 avril 2011). Ce nouveau centre-ville, créé à proximité de l'Hôtel de Ville, donnera à Chenôve une identité nouvelle. C’est la volonté des équipes municipales qui se sont succédées depuis 2008 : faire du centre-ville le véritable « cœur » du projet urbain.

L’aménagement de ce « cœur de ville » a été confié à la SPLAAD (Société Publique Locale d’Aménagement de l’Agglomération Dijonnaise) qui avait déjà réalisée d’importants travaux de réseaux, de voiries d’aménagements d’espaces publics qui, avec la desserte de Chenôve par le tramway (décembre 2012) et l’inauguration du Cèdre (septembre 2014), ont contribué à l’émergence du futur cœur de ville.

Ce quartier, comme celui qui prendra lieu et place sur l’ancien site Divia, le futur quartier des Vergers du Sud, est l’avenir de notre ville en jouant à terme ce rôle essentiel, celui d’espace fédérateur, au sein d’une ville composée de quartiers divers. Un véritable « cœur de ville qui fait lui aussi rayonner notre ville, qui la rendra encore plus attractive en mettant encore davantage en valeur ses nombreux atouts.

Une grande fierté, ensuite, car ce lancement des travaux de la résidence Cour Margot est le fruit d’un véritable travail coopératif, que nous avons su mener, ensemble, en parfaite collaboration avec la SPLAAD et son Président, avec l’appui du Président du Grand Dijon, et avec les Promoteurs et les équipes de la SCCV Les Pressoirs.

Sans ce travail, main dans la main, sans cette coopération de chaque instant, ce projet n’aurait très certainement pas pu voir le jour. La situation a ainsi été débloquée en 10 mois à peine alors que les inquiétudes sur la viabilité du projet étaient vives à la sortie de l’été 2015. Face à cette situation, avec la SPLAAD et la SCCV "Les Pressoirs", nous nous sommes mobilisés, nous avons conjugué nos efforts pour relancer la commercialisation de ce 1er programme de construction et les délais ont été maitrisés.  

Notre travail collectif sur ce beau projet est le signe tangible du renouveau des relations entre la ville de Chenôve et le Grand Dijon et de notre volonté commune de construire ensemble des réponses adaptées aux besoins de notre territoire et aux attentes des habitants.

Vous voir ici réunis est donc une grande fierté pour moi et pour toute mon équipe municipale car la pose de cette première pierre permet d’envisager la suite. Ce 1er programme de construction sur le secteur (îlot A de la ZAC "Centre-ville") sera livré à l’été 2018, et sa construction va, par un effet d’entrainement, engagée l’implantation de l’activité commerciale et des services en RDC des constructions neuves, la poursuite des actions engagées sur le secteur Saint-Exupéry et le lancement  comme la commercialisation des autres îlots.

Notre « cœur de ville », animé et attractif, commence à prendre forme, la construction de la résidence Cour Margot rend maintenant concret ce projet pour les habitants de notre ville ! Ce qui était virtuel il y a encore quelques mois devient véritablement réel à partir de maintenant !

Marie-Louise dite « Maney » PERIGNON et de Jacques PERIGNONEt il prend forme avec une volonté toute particulière, celle qui est la nôtre : conjuguer l’Humain à l’Urbain. C’est cette volonté que nous concrétisons ce soir en posant cette première pierre et en inaugurant conjointement la nouvelle voie « Maney et Jacques PERIGNON », qui prend sa place au cœur de ce « cœur de ville ».

C’est un moment intense de la vie de Chenôve que nous venons tout à l’heure de célébrer en dévoilant ensemble, tous réunis, famille et amis, la plaque de rue en hommage à ces deux illustres et actifs militants de Chenôve, à ces deux vies au service des autres, celles de Marie-Louise dite « Maney » PERIGNON et de Jacques PERIGNON.

 « Les difficultés ne sont pas faites pour abattre, mais pour être abattues ». Maney PERIGNON n’a eu de cesse de le clamer et de mettre en application ce principe avec son époux, Jacques. Ensemble, ils se sont constamment tournés vers les autres, dans le souci d’améliorer réellement et concrètement la vie quotidienne de leurs concitoyens sous toutes ses formes qu’il s’agisse d’aide aux plus démunis, des problèmes de logement, de formation, de scolarité, de santé ou de la condition des femmes.

 

Originaire de Montceau-les-Mines où il est né le 2 décembre 1920, Jacques PERIGNON fut tour à tour ouvrier, magasinier, secrétaire administratif, fraiseur. A partir de 1957, il devint contrôleur de sécurité à la Caisse de Sécurité sociale de Dijon. Militant chrétien, il fut un syndicaliste actif au sein de la CGT puis de la CFDT et s’engagea vigoureusement dans la vie politique en tant que président du GAM (Groupement d’action municipale) à Chenôve et du PSU en Côte d’Or (il en fut le secrétaire fédéral).

Sa femme, Maney, née Marie-Louise Gauthier, déploya la même activité généreuse et engagée. Formée à l’école du scoutisme, femme de foi et d’action, elle ne cessa de concilier sa vie familiale avec sa vie professionnelle, sa vie politique et sa vie militante. Tour à tour, clerc de notaire, employée de banque et secrétaire, elle fut aussi tout à la fois mère de sept enfants, présidente nationale des associations d’aide familiale populaire, et fondatrice de l’association syndicale des familles (ASF) avec Jacques, son mari. Plusieurs fois candidate à des élections sous l’étiquette PSU puis « Gauche unie », elle ne connut jamais le bonheur d’être élue.

Mais sa plus grande fierté fut, c’est elle qui le disait, le CPF, le Centre Promotionnel Féminin de Chenôve, qu’elle dirigea jusqu’en 1982, et qui a permis à près de 1200 femmes de bénéficier de multiples formations.

Jusqu’en 2011, à plus de cent ans, Maney impressionnait par sa lucidité et sa verve : elle appelait toujours et encore au réveil des consciences, au militantisme et à l’action pour plus de solidarité, de dignité, de tolérance. Jacques n’était plus, mais elle continuait d’exprimer leur engagement commun, celui d’un couple indissociable, citoyen, généreux, exemplaire.

Qui mieux donc que Maney et Jacques PERIGNON peut nous permettre aujourd’hui de saluer l’Humain ?

L’humain, en effet, c’est bien de cela dont il aura été systématiquement question dans les luttes qu’ils ont menées, ensemble ou séparément, en authentiques militants de la condition familiale et féminine, portés par une foi indéfectible, prêts à monter au créneau pour s’opposer à toute forme d’injustice.

Un formidable couple de militants qui, durant 55 années de vie et d’actions communes, ont défendu la solidarité, la dignité et la tolérance, avec un sens admirable du collectif.

Un formidable couple de pionniers et de visionnaires, qui, dès la fin des années 60, avaient bien perçu les dangers à terme de cette Z.U.P. imposée par l’Etat que Maney qualifiait de « machine à loger dont l’âme est absente »…

50 ans après, comment ne pas partager une appréciation d’une telle lucidité, à laquelle nous tentons de répondre par le biais des opérations conduites, comme celle de la Cour Margot, dans le cadre de notre projet de renouvellement urbain qui, dans sa deuxième phase, est certes destiné à construire le Chenôve de demain, mais en conjuguant l’humain à l’urbain, en proposant une meilleure qualité de vie à la population, en insufflant ce supplément d’âme par des innovations sociales, et notamment par la mise en place d’une démocratie de proximité et l’association des citoyens, des habitants aux décisions qui les concernent.

Saluant aujourd’hui leur mémoire, j’ai également une pensée forte pour Roland CARRAZ, qui a remis à Maney PERIGNON le premier exemplaire de la plaque de Chenôve en mai 1987, à l’heure où, à 77 ans, elle avait décidé de quitter la Commission administrative du Bureau d’Aide Sociale après avoir tant donné pour venir en aide aux plus défavorisés de nos concitoyens. Roland CARRAZ qui était présent aussi en juin 1998 lors de votre remise des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur, reçus ici même des mains du Maire honoraire de Quetigny, Roger Rémond. Maney PERIGNON avait également été faite citoyenne d’honneur de notre ville le samedi 16 mai 2009 des mains de Jean Esmonin en salle du Conseil Municipal.

Chenôve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain à l'humainAlors, comprenez, que ce n’est pas sans une certaine fierté non plus, je dois bien l’avouer, que je suis aujourd’hui avec vous tous ici pour célébrer ensemble cet évènement rare, cet événement important pour notre ville, cet acte de reconnaissance et de célébration du militantisme et de la défense des valeurs qui pour nous sont essentielles.

Par leurs convictions inébranlables, par leur sens du devoir et par leur force de caractère, par leur dynamisme communicatif, ils sont un exemple pour nous tous dans les responsabilités que nous assumons quotidiennement au nom de l’intérêt général, pour le bien-être de nos concitoyens.

Croyez bien que nous leur en sommes extrêmement reconnaissants en ces temps difficiles où notre pays semble perdre ses repères les plus vitaux, quand peuvent être piétinés parfois les acquis obtenus de haute lutte par des femmes et des hommes de leur trempe.

En leur mémoire, avant de remettre à leurs plus proches un souvenir de cette journée puis de laisser la parole à nos partenaires, je voudrais conclure mon propos par la diffusion d’un extrait du documentaire réalisé par Jean-Marc BORDET (dont je voudrais ici saluer le travail) sur leur parcours militant (« Maney Pérignon, itinéraire d’une rebelle », 2009 : Séquence de remise de la Légion d’Honneur par Roland Carraz + Lecture par Jacques PERIGNON d’un poème de Pablo Neruda « la centaine d’amour » à sa femme).

Cette cérémonie solennelle et amicale me donne aussi l’occasion d’exprimer à Jean-Christophe PERIGNON nos remerciements les plus chaleureux pour l’aide qu’il nous a apporté dans la préparation de cette cérémonie.

Au nom de la ville de Chenôve, au nom de mon équipe municipale et en mon nom personnel, j’ai l’honneur de vous remettre la plaque de la nouvelle rue de Chenôve, la rue « Maney et Jacques PERIGNON » en hommage à l’action militante de vos parents et grands-parents qui aura été des plus précieuses pour notre collectivité". 

 

Chenôve : Thierry Falconnet veut conjuguer l'urbain à l'humain

 

CALENDRIER DES TRAVAUX

Démarrage terrassement – juillet 2016 

Démarrage gros œuvre – 4ème trimestre 2016

Livraison du RDC – novembre 2017

Livraison des logements – 1er trimestre 2018

Préparation du chantier de construction entre la Ville, la SCCV et la SPLAAD

Convention d’occupation précaire pour l’installation de chantier sur l’îlot B entre la SCCV et la SPLAAD                       

Constat de bornage contradictoire entre la SCCV et la SPLAAD

Réunion à organiser avec les services techniques de la ville, la SCCV et la SPLAAD pour mettre au point toutes les questions relatives aux accès chantier, stationnement véhicules, sécurité des usagers, dans un objectif de limiter l’impact sur la vie quotidienne

Livraison du RDC commercial en novembre 2017. Plateau brut

Aménagement intérieur du RDC commercial en accord avec les besoins des futurs commerçants – SPLAAD (vitrines, cloisons, isolations,….) cellules prêtes à l’installation des commerçants

Aménagement intérieur des cellules / décoration intérieure (revêtements muraux et des sols et finitions pour leur commerces) réalisé par les commerçants

Aménagement des espaces publics au pourtour du programme immobilier - SPLAAD                     

Ouverture des commerces prévue pour septembre 2018 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Du courage et de l'implication, il en faut ! C'est le credo de Bernard Paut, maire de Vitteaux, Ă  l'occasion de ses voeux 2017
Comme chaque année, Bernard Paut est revenu en détail sur les...
En 2017, le bailleur social Orvitis diversifie ses activités et offre désormais plus qu'un logement.
Avec un total de 257 logements mis en service, 2016 pouvait se placer comme...
Commission permanente du 13 mars ; 30 rapports adoptés pour un montant global de 6,9 millions d'euros
La Commission permanente du Conseil départemental de la Côte-d'Or...
Varois et Chaignot investit pour le bonheur de ses enfants... Et parents!
Vincent Delatte, maire de Varois et Chaignot, a inauguré en...
Bellefond investit pour le bien-ĂŞtre de ses habitants.
La crise vous connaissez ? A Bellefond on connait aussi, mais une gestion...
Les habitants de Marsannay-le-Bois inaugurent leur maison médicale
Christophe Monot, maire de Marsannay-le-Bois a invité les habitants de...
Catherine Louis et Charles Barrière, Conseillers Départementaux du Canton d'Is-sur-Tille présentent leurs voeux
Prés de 300 personnes, élus, responsables d'associations, chefs...
L'activité estivale 2016 se prépare sur le lac de Pont-et-Massène
A l’initiative de Joël BOURGEOT, Sous-Préfet de...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *