Le Lions Club, roi de la générosité.

13 juillet 2016

Servir la communauté : c’est sur cette conviction que des hommes de bonne volonté créaient en 1917 aux Etats-Unis le Lions club international. Rapidement, les valeurs d’altruisme, de solidarité et d’entraide propres au Lionisme vont essaimer dans le monde entier. En France, le premier Lions Club voit le jour en 1948. A Dijon, le plus ancien club local (Dijon Doyen) fête ses 60 ans et avec ses homologues, n’en finit pas d’organiser des actions en faveur des personnes dans le besoin afin d’être fidèle à la devise du Lions Club International : We Serve (Nous servons) !

 

 

 

 

 

 

Chômage, isolement, maladie… certains épisodes de la vie frappent cruellement et notre société de plus en plus individualiste et propice à la méfiance envers l’autre n’arrange rien. Dans ce contexte il est bon de savoir que des personnes refusent cette fatalité et s’impliquent au service des plus fragiles. Cet engagement est même au cœur du mouvement qui les réunit : le Lionisme.

 

Un peu d’histoire…

 

C’est en 1917 que le Lionisme voit le jour, sous l’impulsion d’un homme d’affaires : Melvin Jones. Alors que l’Europe est à feu et à sang, lui et d’autres collèges fondent à Chicago le premier Lions Club avec cette conviction en tête : que des hommes « qui ont réussi grâce à leur dynamisme, leur intelligence et leur ambition, mettent leurs talents au service de la communauté. » Cet esprit généreux et altruiste, apolitique et non religieux séduit : un premier congrès à Dallas est suivi en 1920 de la création d’un club au Canada, puis jusqu’en Chine et au Mexique ! Mais il faudra une seconde guerre mondiale pour que le Lionisme s’installe en Europe avec en 1948 la création de clubs à Stockholm, Genève et Paris. Sachez enfin que c’est en 1919 que l’acronyme « Lions » a été adopté par les membres pour définir leur action. Il signifie : Liberty Intelligence Our Nation Safety, c’est-à-dire « la liberté et la compréhension sont la sauvegarde de la nation », tandis qu’en 1954 un concours international aboutit à la création de la devise internationale des Lions Clubs : « We serve » (servir). En 2017, les Lions, toujours unis autour de leurs valeurs fondatrices, fêteront leurs 100 ans d’actions au service des autres. En France, ils sont désormais 27 000 membres au travers de 1207 clubs locaux et régionaux. Et à Dijon, le plus ancien des clubs locaux (Dijon Doyen) fête ses 60 ans ! Dans la capitale des Ducs, le premier Lions Club est créé par son président fondateur Pierre Baut le 16 septembre 1955. D’abord appelé Lions Club Dijon, il se nomme ensuite Lions Club Dijon Nord en 1965 lors de la création d’un 2ème club à Dijon. Puis en 1980, et alors que deux autres clubs sont fondés en ville, il est définitivement baptisé Dijon Doyen. Autour de lui, ce ne sont pas moins de huit autres clubs (1), riches d’environ 25 membres pour chacun d’eux qui s’activent, avec toujours en tête le credo des Lions : servir la communauté.

 

Des actions remarquables !

 

Le Lions Club, roi de la générosité Pour récolter les fonds qui servent ensuite à aider les autres (au travers de dons à d’autres associations par exemple), les Lions de Côte-d’Or ne manquent pas de créativité et se distinguent au travers de manifestations remarquables : la journée Rêves d’enfants malades, qui se passe sur le circuit de Dijon-Prenois, permet par exemple à des enfants atteints de lourdes maladies comme des cancers de faire des tours de piste en Ferrari tandis que des baptêmes sur piste (payants), participent à la récolte de fonds. De multiples animations font de cette journée un rendez-vous exceptionnel, très attendus par les petits malades dont certains ne quittent pas leur chambre pendant de longs mois de traitement. « La journée finie, ils nous parlent déjà de la prochaine ! », explique, avec beaucoup d’émotion Charles Steinkamp, Lion depuis 2008, ancien président de Dijon Doyen (le mandat ne dure qu’un an chez les Lions) et actuel chef du protocole. Cette seule journée, qui voit passer environ 5 000 visiteurs,  a ainsi permis de récolter 72 600 euros en 2015, répartis entre plusieurs associations d’aides aux petits malades. Battra-t-on ce record le 1er octobre 2016 ? Depuis 2011, ce ne sont pas moins de 267 600 euros qui ont déjà été glanés par les Lions de Dijon Doyen  ! Autre opération : Sang pour Sang campus, don du sang organisé à l’uB en accord avec la direction de l’université et en collaboration avec l’Etablissement français du sang. Mis en place sous chapiteau avec animations et petites douceurs pour les donneurs, il a permis de Le Lions Club, roi de la générosité   fédérer 600 donneurs lors de sa première édition en 2015. Objectif pour cette deuxième édition les 8,9 et 10 novembre prochain : un chapiteau de 400 m² et pourquoi pas 800 donneurs au moins ? C’est du moins ce qu’espère Michèle Curtil-Faivre, Lion depuis 2009, Présidente de la Zone 21, à qui cette journée tient très à cœur. Les clubs participent aussi au Téléthon, à la Journée de la vue (le Lionisme est très impliqué dans diverses campagnes à travers le monde pour lutter contre la cécité et la malvoyance) et tous les clubs se retrouvent lors du Chocolat Show qu’ils organisent conjointement : des virtuoses du chocolat, des ateliers, des gourmandises sont présentés au public lors de ce salon dont les bénéfices servent aussi à financer des causes. Prochaine édition : le 4 décembre 2016 à Talant. Et puisqu’on parle de « talent » à mettre au service des autres, pourquoi ne pas devenir un « Lion » ? Outre les qualités d’altruisme déjà évoquées, cela demande évidemment un sens des responsabilités (on est amené très vite à « monter en grade » chez les Lions), de l’assiduité… et de ne pas faire rimer Lionisme avec opportunisme !

 

Pour en savoir plus sur le Lionisme, voir le site http://e-clubhouse.org/sites/dijon_doyen/ ou contactez Charles Steinkamp, chef du protocole au Club Dijon Doyen sur charless21@free.fr

 

  • Argo, Marcs d’Or, Vallon, Dijon Sud, Eiffel, Langres, Marie de Bourgogne, Phoenix qui est un club “Leo”, de jeunes membres.

 

 

Emmanuelle de Jesus
proscriptum.presse@gmail.com

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

La 5ème édition de "Rêves d'Enfants Malades" bat tous les records.
Depuis 5 ans, la manifestation "RÊVE D'ENFANTS MALADES" a lieu au...
Rêves d'enfants malades, 65 882 euros distribués aux associations caritatives.
Suite à la journée Rêves d’Enfants Malades du 1er...
Le Brunch des Halles de Dijon #2
La ville de Dijon organise pour la seconde édition le Brunch des Halles...
Chenôve présente sa saison culturelle #4
"La Saison culturelle #4 qui débutera en septembre sera...
Quand l'art contemporain s'invite au pays de la grande vénerie !
Il fut un val, celui de la chouette effraie qui, au fil des siècles,...
Blaisy Bas - Udenheim... 50 ans d'amitié pour une jolie fête
Blaisy bas, c’est un fort joli village, de belles maisons de pierres...
Mais elle était complètement folle la lessive à Salmaise !!!
Ma foi, il y eut du linge sale, du linge propre et aussi du beau linge aux...
Comment faciliter la vie des personnes âgées dans les communes de Côte-d'Or ?
En 2035, plus de 30% de la population française aura plus de 60...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *