Focus sur la jeunesse en Bourgogne

Focus sur la jeunesse en Bourgogne

Contact :

.


17 novembre 2015

L’Etat des lieux de la jeunesse en Bourgogne est le produit d’un partenariat de près de 40 institutions publiques et associatives. C’est la première publication de l’observatoire régional de la jeunesse de Bourgogne, le début d’une réflexion commune sur toute une population.

 

 

 

 

 

 

 

La Bourgogne enregistre une baisse démographique des jeunes

 

En 2013, la Bourgogne compte environ 266 000 jeunes de 15-29 ans soit 16% de la population. Comme de nombreuses régions françaises, la Bourgogne enregistre une baisse démographique des jeunes. Même si ces derniers résident davantage à proximité des villes, plus du tiers habite une commune rurale. Les jeunes sont nombreux à quitter le territoire bourguignon pour leurs études ou pour trouver un emploi. Seul le département de la Côte-d’Or enregistre un solde positif dû à l’arrivée de nombreux jeunes venant étudier à Dijon.

 

176 000 jeunes ont suivi une formation dans le second degré ou post-bac durant l’année scolaire 2013/2014

 

En Bourgogne, l’enseignement professionnel garde une place privilégiée malgré la perte de vitesse de l’apprentissage due en partie à la crise. En 2013, 4,5 % des élèves bourguignons du second degré étudient dans un lycée agricole. Malgré la baisse constatée depuis 2009, ce taux reste bien supérieur à celui constaté au niveau national. On compte également 2 100 étudiants diplômés dans le champ « social et paramédical » et 360 dans le champ « jeunesse et sport ». Dès le premier palier de l’orientation en fin de troisième, filles et garçons font des choix bien différenciés. Ils arrivent donc sur le marché du travail avec des niveaux et des spécialités de diplômes distincts dont dépend leur insertion professionnelle.

 

Près de la moitié des 15-29 ans sont en emploi ou en apprentissage, 20 % au chômage

 

Après la fin de leurs études, la plupart des jeunes cherchent à s’insérer sur le marché du travail. Cette étape intervient généralement entre 15 et 29 ans. Ainsi, en Bourgogne, près de la moitié des jeunes de cette tranche d’âge sont en emploi ou en apprentissage, 30 % sont en formation et environ 20 % d’entre eux sont sans emploi. Globalement, les jeunes bourguignons accèdent plus jeunes et moins qualifiés sur le marché du travail que leurs homologues de France métropolitaine. De nombreux jeunes bourguignons rencontrent des difficultés à s’insérer professionnellement avec des périodes de recherches d’emploi plus ou moins longues qui peuvent retarder leur autonomie. Cette phase d’insertion est de durée et de complexité variable et dépend de nombreux facteurs : le diplôme obtenu, le domaine de formation étudié, le lieu de résidence… Cette période est cruciale et conditionne en général l’accès à l’autonomie financière et résidentielle. De plus, en cette période de crise économique, les difficultés sont accrues et les jeunes ne sont pas épargnés. Cependant, avec l’âge, les situations s’améliorent : 84% des jeunes de 30 ans sont insérés socialement et professionnellement.

 

Les conditions de vie des jeunes évoluent très vite entre 18 et 29 ans

 

Entre 18 et 29 ans, les jeunes franchissent de nombreuses étapes familiales et professionnelles et leurs conditions de vie évoluent très vite. En l’espace de 10 ans, ils passent du stade de l’adolescent habitant chez ses parents au stade de jeune adulte vivant dans un logement indépendant. A 18 ans, les deux tiers des jeunes habitent chez leurs parents et à 29 ans, ils ne sont plus que 10 %. L’accès au logement des jeunes est souvent rendu difficile pour des raisons financières et d’accès à l’emploi. Mais des revenus garantis ne suffisent pas systématiquement pour disposer de son propre logement. En effet, parmi les jeunes résidant chez leurs parents, environ un tiers est en CDI. En Bourgogne, environ 26 400 jeunes vivent sous le seuil de pauvreté. Le taux de pauvreté diminue avec l'âge et les jeunes sont donc plus touchés que leurs ainés. Les allocataires CAF de 20-29 ans sont beaucoup plus nombreux à vivre sous le seuil de bas revenu que les plus âgés (47 % contre 36 % pour les 30 ans et plus).

 

La grande majorité des jeunes bourguignons se considèrent en bonne ou très bonne santé

 

En 2014, 85% des jeunes bourguignons de 15-29 ans se déclarent en bonne ou très bonne santé, 13% d’entre eux l’estiment « moyenne ». Cependant, cette perception positive de leur état de santé a tendance à diminuer avec l’avancée en âge. De nombreux changements physiologiques et physiques interviennent à l’adolescence, il s’agit à la fois d’une « étape de maturation et d’évolution psychologique complexe » et « d’une période de curiosité, de prises de risque et de défi ». Ainsi, même si les jeunes se perçoivent globalement en bonne santé, l’adolescence est une période difficile pour près de 60 % d’entre eux. Une petite partie est confrontée à des états de mal-être plus ou moins profonds (santé mentale fragile avec notamment baisse d’estime de soi et de confiance en soi, des épisodes dépressifs, voire des tentatives de suicide.

 

L’engagement des jeunes est difficilement quantifiable car peut prendre des formes très variées

 

Les jeunes, comme leurs ainés s’engagent, cet engagement peut prendre des formes très variées (bénévolat, militantisme, promesse, don de soi…). Sa définition est assez floue et les données d’observation sont dispersées et souvent difficilement mobilisables. La mesure du niveau d’engagement des jeunes est donc particulièrement compliqué. Seuls quelques constats ont pu être mis en lumière notamment l’inquiétude des associations bourguignonnes au sujet du renouvellement de leurs instantes dirigeantes. En effet, une enquête menée en région Bourgogne en 2009 montre que plus du tiers des dirigeants d’associations étaient âgés de 60 ans ou plus. Depuis la mise en place du service civique jusqu’en décembre 2014, près de 1 800 jeunes se sont engagés dans ce dispositif dans une structure bourguignonne. Les jeunes ruraux et les moins diplômés connaissent un accès plus difficile.

 

Plus d'infos : Téléchargez le pdf

 

 

 

Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Bourgogne

 

10 boulevard Carnot – CS 13430 – 21034 Dijon Cedex
Tél. 03 80 68 39 00 – Fax : 03 80 68 39 01

drjscs21@drjscs.gouv.fr - www.bourgogne.drjscs.gouv.fr

 

Centre de ressources / Mission observation


Nathalie Charpentier : nathalie.charpentier@drjscs.gouv.fr – 03 80 68 39 62
Jeanne-Clémence Andrey : jeanne-clemence.andrey@drjscs.gouv.fr – 03 80 68 39 43
Ariane Lhuissier : ariane.lhuissier@drjscs.gouv.fr – 03 80 68 39 26

 

 

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Comment faciliter la vie des personnes âgées dans les communes de Côte-d'Or ?
En 2035, plus de 30% de la population française aura plus de 60...
COMMUNE CHERCHE MEDECIN DESESPEREMENT.
La désertification médicale nous guette.L'état des lieux...
Quel avenir pour la ruralité ?
Lutte contre la désertification des campagnes, dynamisation...
Un Vill'âge Bleu à Dijon pour les personnes âgées.
Alternative entre le domicile et la maison de retraite, le concept de...
Un nouveau Centre Social et Relais des Services Publics, à Arnay-le-Duc
Le CSRSP  rassemble dans un bâtiment unique une...
Orvitis : des travaux d'éco-rénovation sur 450 logements
Joël ABBEY, Président, et les membres du Conseil d'administration...
Bilan 2014 de la Fondation " AGIR en Champagne-Bourgogne "
En aidant financièrement 54 projets pour un montant de 141 361...
Mal-logement, quelle responsabilité pour le maire ?
La lutte contre le mal-logement demeure une priorité depuis 2006 sur le...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *